OSIRION - Août 2009

 



Hailz ! Là où de nombreux groupes UG ne donnent plus signe de vie après le 1er album, on dirait bien que Osirion s'affirme comme un coriace tenant du Black/Thrash français...

Turannos (guitares) : Hell Necrowarrior ! Oui, l'UG est peuplé de combos qui restent dans leur garage et n'ont plus rien à dire après un album ! Mais OSIRION est un groupe durable, fait de chair et d’os, que le public metal a pu voir à maintes reprises sur les scènes de la région Rhône-Alpes depuis 2001. Et pourtant, nous avons eu notre lot de galères en tout genre, avec encore récemment un gros changement de line-up, et nous accueillons un nouveau bassiste et un nouveau chanteur (qui officie déjà dans Les Alabres à Toulon). Mais tant que la flamme noire brûlera, nous jouerons et enregistrerons des productions qui s'améliorent à chaque fois... Seule la volonté triomphe !

1/ Pour ce nouvel album vous avez signé chez Eisiger Mond Prod. Qu'est-ce qui a motivé ce choix ? Êtes-vous en froid avec D.U.K.E. ?

Bah, pour DUKE c’est déjà de l’histoire ancienne : nous avons sorti chez eux Evil made History en 2003 et Har sabbat en 2005, deux prod « sold out » chez eux. Il semblerait que Kurgan ait eu malheureusement de gros problèmes de santé et n’ait donc plus donné signe de vie au moment où sortait notre opus. Nous avons donc signé chez Eisiger qui avait l'air très motivé pour sortir son premier CD pro. Entre temps, nous avons sorti des prod (split, réédit’) sur diverses structures (War Prod, Infernal Kommando, Winterreich prod).

2/ On retrouve encore dans cet album cet aspect thrashisant qui fait la marque d'Osirion, vous retrouvez-vous dans l'appellation « Black/Thrash »?

Oui, nous assumons cette touche rétro-thrash qui est en fait un retour aux sources du style black metal : ces plans thrash sont bien mixés aux riffs plus typés « black » des années 1990 et donnent la pêche à la musique. Ils sont aussi un hommage aux vieux KREATOR, SODOM, SCHIZO, NOCTURNAL BREED, VENOM, SAMAEL, ROTTING CHRIST, etc... D’ailleurs, notre prochaine reprise sur scène pourrait être « Flag Of Hate » de KREATOR, car c’est un titre venant d’une période (album Endless Pain) ou le thrash et le black n’étaient pas encore clairement dissociés.

3/ Comme sur le précédent album, vous avez à la fois fait une reprise (IMPALED NAZARENE sur Har Sabbat et SODOM sur Reconquista) et réenregistré un des titres de vos démos (en ghost-track sur la dernière piste du dernier album, pour les inattentifs), la reprise sera-t-elle désormais un passage obligé des albums d'OSIRION ?

En effet, la reprise d’un de  nos groupes cultes est déjà de mise depuis notre deuxième démo Evil Made History en 2002, avec « The Secrets Of the Black Arts » de DARK FUNERAL. Nous avons également contribué aux trois volumes « Tribute to old school spirit » édités par mes camarades de la Horde Noire Webzine, en offrant des titres de ANCIENT (« The Call Of The Absu Deep »), IMPALED NAZARENE (« Saddhu Satana » et MARDUK (« Materialized In Stone »). Ce dernier titre est aussi paru sur le split Ep avec THE BLACK DEATH (Tasmanie). C’est un exercice risqué que de jouer la musique d’un autre, qui plus est connu, car il faut y insuffler sa propre énergie. Bref, vous l’aurez compris, jouer des titres cultes nous plait, et sur scène, le public adore aussi ça pour clore un show.


4/ J'ai cru pendant les premières écoutes de Reconquista que vous étiez retournés à une boîte à rythme tellement la vitesse du batteur semblait inhumaine, y'a-t-il un quelconque trucage dans l'enregistrement de la batterie, ou bien l'heureux public qui assistera à vos  prochains lives jouira-t-il de la débauche de vitesse présente sur l'album ?

Oui, nous étions en transition entre deux batteurs et nous avons bien joué avec les boutons de la console, c’est sûr ! Le nouveau, Mhorgh, n’a pu poser que la base rythmique et nous avons utilisé les moyens technologiques qui permettent de booster la batterie ; finalement, nous avons trouvé la démarche intéressante de mêler l’humain et le mécanique : le rendu est plus clinique, froid et violent. D'autant que pas mal de groupes qui en ont les moyens le font. De là à continuer ainsi, je ne me prononcerai pas… En live, les parties de batterie seront aussi rapides et carrées, mais moins sophistiquées et plus directes.


5/ Les vocaux sont très mis en avant sur cet album, est-ce un choix purement musical, où souhaitiez-vous qu'un public francophone ne puisse faire abstraction de celle-ci, et que la teneur des paroles ne puisse ainsi être dissociée de la musique ? Est-ce que tu penses que cet aspect du dernier album a pu poser problème aux auditeurs étrangers ?

Oui, nous avons décidé de miser à 80% sur des textes français, car nous les avons beaucoup travaillés. Je sais que les textes ont peu d’importance dans le métal, mais nous aimons les challenges. Et plutôt que de penser à s’exporter dans le monde entier, nous préférons nous ancrer en priorité sur notre  public francophone (France, Belgique, Québec, et surtout nos voisins Suisses chez qui nous avons déjà joué plusieurs fois). Et dans les années 1980, la langue française n’a pas gêné le décollage de groupes de metal (ADX , NIGHTMARE, TRUST…), peut-être que l’étranger n’est pas si chauvin… Et la moitié des labels qui nous distribuent sont étranger (Italie, Singapour, Russie, etc.) L’avenir nous dira si c’est un bon choix, et nous verrons si nous continuons l’expérience.


6/ Le message d'Osirion est clairement anti-religions monothéistes, et, chose rare, s'attaquant aussi bien à l'Islam qu'au Christianisme. Est-ce que cela a pu vous poser problème dans le contexte actuel où attaquer l'Islam est assimilé à du racisme ? Par opposition, vers quelle voie « spirituelle » vous sentez vous attirés.... le polythéisme antique grec, celtique... ou bien êtes vous plutôt partisans de l'athéisme pur et dur ?

Si nous entrons dans le jeu du langage « politiquement correct », il devient impossible d’écrire le moindre texte de black metal, musique pourtant fondée sur le blasphème ! Quant à l’islam, je vois très bien ce que tu veux dire. Feindre de confondre « race » et « religion » relève du terrorisme intellectuel. C’est juste un piège grossier forgé par les « Ayatollah de la pensée », des Bobos relativistes aux Barbus intégristes, unis dans la même haine de la culture européenne.
D’ailleurs, les barbus n’ont rien à foutre de OSIRION (même pas reçu un lâche mail d’insulte depuis la sortie de Reconquista) car nous ne sommes pas médiatisés : quand l’islam veut faire du prosélytisme, il préfère accuser d’ « islamophobie » des gens connus pour trouver des caméras complaisantes : les caricaturistes danois, les écrivains (Houellebecq, Rusdhi) les universitaires (Redecker), ces derniers gagnant, heureusement, leurs procès.
Mais ce qui me navre le plus, c’est la paralysie qui s’empare de la scène black dès que l’on évoque cette ultime chiure du désert : il est bien plus confortable de tirer uniquement sur les ambulances chrétiennes et de refuser de voir le nouveau danger intégriste en face !
Selon moi, le satanisme et le paganisme sont liés, puisque les dieux païens ont été démonisés par le christianisme sous l’étiquette ridicule de l’effrayant Satan biblique. Je vois dans les dieux païens (et leur étiquette « satanique ») un message très actuel de quête personnelle de puissance, d’honneur, et de fierté, mais aussi de piété envers les Anciens et les forces naturelles : ils m’ont donné une vision du monde cyclique, malthusienne et darwinienne, et me guident dans ma vie quotidienne…Le paradis marxiste sur terre ou monothéiste au ciel est un bluff bien orchestré pour les masses grégaires et stupides !

7/ J'ai été étonné après l'ode à l'athéisme qu'est « Fable christique » d'entendre des vers d'Alfred de Musset. Que penses-tu du mouvement romantique, et de ses liens avec le christianisme ? Est-ce que tu crois que le Black Metal est un mouvement qui serait sans avoir l'air d'y toucher, une sorte d'approche moderne du romantisme ?

Le point commun du black metal avec le romantisme est cet aspect mystique, cet appel du haut et du large, et aussi ce gout démesuré pour la nostalgie ; le romantisme imprègne fortement certains styles de métal : de l’imagerie goth à certains titres (ANIMUS HERILIS avec son « Mort joyeux » baudelairien ou CELTIC FROST dans « Into the Pandemonium »). Et surtout, Alfred de Musset est un personnage un peu à part, aristocratique, attiré par le noir, sale et usé, dans le « Spleen de Paris ». Il faut faire le tri dans le romantisme, on y trouve des auteurs/textes bien adaptés au black metal...

8/ Difficile de ne pas sentir la griffe de l'historien que tu es dans les paroles d'Osirion. Penses-tu à faire un concept-album historique dans la veine de la demo Evil Made History ?

Non, nous avons déjà fait ce concept sur cette démo, on ne veut pas tourner en rond, comme CRADLE OF SHIT qui nous épuise avec ces monstres à la Bathory, Gilles de Ray & co. Et nous avons eu l’impression que les auditeurs s’intéressent surtout à la musique. Par contre, il y aura toujours, de manière isolée, des portraits de grands personnages déjantés, qui exercent un phénomène collectif étrange de fascination-repoussoir.

9/ J'ai eu plusieurs fois l'occasion de vous voir en live, et il est clair que le style d'Osirion s'y prête bien, avez-vous quelques projets de live en vue, est-ce que vous avez à nouveau un line-up le permettant ? D'une manière générale, quels sont les prochains projets d'Osirion ?

Holmgang (chant) : Les projets de l’entité OSIRION Sont de promouvoir l’album Reconquista sorti l’année dernière. Ayant eu de nombreuses chroniques positives, nous nous devons de donner des concerts, car c’est devant un public que le « vrai » black metal (peintures de guerre, sang, sexe et ésotérisme) prend toute son ampleur. En effet, on se doit de relancer la machine de guerre et que l’on parle à nouveau d’OSIRION que ce soit en bien ou en mal. Les répétions ont repris depuis deux mois et le line-up est quasiment reformé ; il ne nous manque plus qu’un exécutant au poste de second guitariste. Ce nouveau line-up fût assez difficile à remonter : trouver des gens motivés, prendre du temps pour travailler chacun de notre côté les morceaux… Trop de personnes entrent dans des formations pour espérer être connus, gagner de l’argent, se pavaner devant des groupies à deux balles, qui ne les suceront même pas dans les loges ! Les membres du groupe appartiennent à OSIRION, et non le contraire. Nous devons être en symbiose avec la musique, les paroles et l’esprit d’OSIRION. Nous nous produirons quand même en live avec une guitare, nous avons hâte de monter sur scène et montrer aux jeunes fans de black metal ce que doit être le vrai black metal. Trop de jeunes formations arborant le Corpse Painting veulent jouer aux guerriers noirs lors de leur show ou bien des groupes de Black qui se produisent sans peintures de guerre. En quoi appartiennent-ils au mouvement ? Qu’on leur donne le nom de Dark ou Extrême Métal mais qu'ils ne salissent pas le style ... On n’est pas là pour être gentil ni pour aimer notre prochain… On sera sur scène pour choquer, ce qu’est et ce que doit être le Black Metal. Pourtant notre patrie comporte d’excellents groupes de Black, mais aujourd’hui, tout comme le Death en France, les groupent se doivent d’être cool, c’est triste et rageant à la fois. Vous voulez que je vous parle du Hellfest 2009 et du groupe Catho qui y a joué ? N’est ce pas paradoxal ? Vous croyez que je suis allé les saluer ? Oui, mais à ma manière! Si tout va bien à la fin de l’année 2009, OSIRION remontera sur scène. On ouvrira le concert, si le deal se confirme et si nous sommes prêts, d’un célèbre groupe de black metal Suédois. Actuellement, nous  travaillons exclusivement la set-list, on veut faire honneur à la musique qu’on a la chance de jouer. Étant un nouveau membre, et ayant remplacé l’excellent chanteur-guitariste, je suis fier et reconnaissant d’appartenir à OSIRION, et je développerai  toute ma haine afin d’être à la hauteur des compositions. Notre set-list regroupe pratiquement tous les meilleurs morceaux de la discographie d’OSIRION que ce soit le morceau « Misanthropie » de la démo An Opus for Lucifer » de 2OO2 ou bien « Jack, ripper off éphores » de la démo Evil Made History de 2003 en passant par « Ultime assaut » et « Ave Jésus » de l’album Har Sabbat de 2005 et enfin trois titres du dernier album Reconquista. Notre but est donc de donner un maximum de concert car c’est sur scène qu’un groupe de metal extrême à sa place et nulle autre part !
Turannos : Rangez femmes et enfants, enterrez vos bijoux, garez votre Harley devant nos futures salles de concerts, on arrive pour lancer la « Reconquista » sur scène ! Attendez-vous au pire !

Comme il est de coutume, je te laisse le mot de la fin ...

« La moralité moderne veut que l'on accepte les normes de son époque. Qu'un homme avisé puisse les accepter me semble la pire des immoralités ». (Oscar Wilde)

New line-up :
Holmgang : Screams
Turannos : 666 strings & backing screams
Abyssion: 4 strings
Morgh : Drums

Contact :
osirion666@hotmail.com
http://osirion.free.fr
http://www.myspace.com/osiriontheband

Diskographie:
► “Reconquista” / Album CD 2008 (Eisiger MOnd Prod.)
► “Har Sabbat” / Tape album réédition 2007 (Infernal Kommando Records)
► “Smashing the Symbols Of Dead religions” / Split Ep 2006  avec The Black Death  (Winterreich Prod.)
► “Resurrection From Hell” / Split tape 2006 avec Vorkuta (War prod.)
► “Har Sabbat” / Album CD 2005 (D.U.K.E)
► OSIRION -Z’B’T / Split CD-r 2003 (Symbolic prod.)
► « Evil Made History” / demo tape – CDr 2003   (D.U.K.E.)
► « An Opus For Lucifer » / demo 2002 (Autoproduction) / Réédition 04 (L.H.N. Prod.)

Propos recueillis par Necrowarrior pour Postchrist.