AUGURE FUNEBRE - Avril 2014

Dans le flot des sorties actuelles, il est malheureusement de plus en plus facile de passer à côté d'albums méritants. Les débuts d'AUGURE FUNEBRE illustrent bien cela : un album limité à 100 exemplaires, sorti en auto-prod en 2012 avec très peu de promo, mais pourtant d'une grande qualité, se classant directement auprès des meilleurs hommages que la scène toulonnaise ait connue ces dernières années (oui oui !). Comme il n'est jamais trop tard pour bien faire, c'est en ce mois d'avril 2014 que Lord Ucuetis a bien voulu répondre à nos questions, de manière très lucide et sincère, sur sa musique comme sur le scène Black Metal en général. Merci à lui.

1) Pour commencer, qu'est ce qui a motivé la création d'AUGURE FUNEBRE ? Tu ne pouvais pas faire tout ce que tu voulais au sein d'ESUS ? Il faut dire qu'en 9 ans d'existence, vous avez fait beaucoup de concerts, mais peu de sorties physiques finalement (3 démos seulement… dont deux lives !), c'était une des raisons ? 

Lord Ucuetis : Salutations. En fait mon précédent groupe, ESUS a splitté début 2012, ça faisait déjà pas mal de temps que ça couvait, nous n’avions pas les mêmes conceptions de la musique, pas tout à fait les mêmes influences, à cela s’est ajouté le comportement lamentable de la part de certains musiciens, enfin d’un pour être précis.

Il est vrai qu’ESUS était principalement un groupe de scène, le travail de composition était assez compliqué au vues de nos diverses influences, en plus il faut ajouter à cela de gros problèmes de line-up, car là où j’habite les black metalleux ne courent pas les rues. Ce qui explique les 3 démos dont 2 lives, l’une a d’ailleurs été enregistrée lors d’une première partie de BLESSED IN SIN à Aix-en-Provence.

Alors début 2012 lorsque le groupe a splitté, je me suis décidé à former A.F. immédiatement, pour ne pas perdre la main. Je suis parti sur un one-man-band, car je ne voulais plus avoir de contraintes quant à la composition des morceaux. J’ai composé l’album en quelque mois, je l’ai enregistré dans la foulée car je ne voulais rien perdre de la spontanéité des compos.

Parallèlement, j’ai formé un autre groupe avec Hugin, un ancien guitariste d’ESUS, qui a exactement les mêmes goûts musicaux que moi. Nous travaillons actuellement sur notre premier opus qui sortira à mon avis fin 2014 début 2015, mais là c’est Hugin qui s’occupe de la composition.

2) Pourquoi ce nom de groupe ? A première vue, cela peut paraître assez cliché et en faire fuir certains, non ?

Il faut bien comprendre qu’AUGURE FUNEBRE ne signifie pas un présage morbide, L’Augure Funèbre est en fait une légende Romaine. A l’époque lorsque quelqu’un mourait subitement sans avoir fini sa tâche, il arrivait que son fantôme revienne pour délivrer un dernier message, ou terminer ce qu’il avait à faire. Vu que mon groupe venait de splitter et que j’avais encore très envie de faire du Black Metal, j’ai trouvé que ce nom collait bien à la situation. Honnêtement je me moque que ça fasse cliché ou non, si ça en fait fuir certains, tant pis pour eux…..

3) La configuration solo impose d'être multi-instrumentaliste, c'est quelque chose qui est venu naturellement chez toi ? La musique a toujours fait partie de ta vie ?

Mon premier contact avec le Metal ne date pas d’hier en effet : je m’en souviens très bien je venais de rentrer au collège quand un de mes amis, m’a prêté une cassette d’IRON MAIDEN : Fear of the Dark, et j’ai compris de suite que c’était ça qui me plaisait, je n’avais jamais rien entendu de tel ! A l’époque c’était pas évident de découvrir des groupes, il n’y avait pas encore Internet, fallait connaitre des gens qui écoutaient ce style, c’était la seule manière de découvrir des groupes… Plus tard à mon entrée au lycée j’ai découvert IMMORTAL avec l’album : Battle in the North, et là j’ai repris une claque musicale, et depuis je n’ai plus jamais décroché du Black ! Alors oui, on peut dire que la musique a toujours fait partie de ma vie. Ensuite comme j’étais bien à fond, j’ai voulu apprendre à jouer d’un instrument dans le but de monter mon propre groupe, je me suis donc mis à la basse, puis plus tard à la guitare, car le travail de composition à la basse est assez laborieux. En fait j’ai appris à jouer de la musique uniquement dans le but de faire du Black Metal.

Je me suis intéressé par la suite aux techniques d’enregistrement, de mixage et de mastering. 

4) Tu t'occupes également de toutes les étapes d'enregistrement, tu es aussi crédité pour l'artwork. En réalité tu fais tout sauf les paroles. Pourquoi ce choix ? De manière générale, quelle importance accordes-tu aux textes ? Pour la pochette, à l'ère de Photoshop, pourquoi avoir choisi de la faire au crayon ?

Il me semble fondamental pour un groupe de Black Metal de s’occuper soi-même de l’enregistrement et du mixage, car c’est ce qui fait LE son du groupe, et dans le Black, le type de son utilisé est primordial. Si tu écoutes bien A.F., j’ai choisi volontairement un son très agressif, avec peu de basses et beaucoup d’aigus, car pour moi ce type de son est l’essence même du Black Metal. En plus si tu regardes bien, beaucoup de petits groupes vont dès leur premier album en studio et ils en ressortent au final avec un son fait par l’ingé son, bourré de grosses basses et de guitares surcompressées pour avoir du « gros son » qui ne correspond pas du tout à un son BM. Le pire, c’est qu’au final on se retrouve avec un son Metal standardisé qui a perdu toute son âme, le seul avantage c’est qu’avec un gros son, ça sonnera toujours bien pour la majorité des auditeurs, même si tu fais de la merde…

En ce qui concerne l’artwork, le problème est différent. Pour l’album « Au travers des forêts profondes » on va dire que je l’ai fait avec les moyens du bord, je ne maîtrise pas vraiment les outils des graphistes et je ne connaissais personne dans mon entourage capable de faire mieux que l’esquisse que j’avais, je me suis donc débrouillé pour le réaliser avec l’aide de ma copine. Je me voyais mal aussi confier cette tâche à un étranger car il fallait que l’artwork colle bien à l’album et à ce que je voulais y exprimer. Si j’ai choisis de le faire au crayon, c’est pour garder le côté old school. Honnêtement, je ne pense pas qu’un artwork fait de photomontages aurait reflété l’esprit de l’album et de ce que je voulais exprimer. Ensuite pour le split que j’ai fait avec SOMBRE CROISADE, c’est un de leurs potes qui nous a proposé de le faire gracieusement et comme tout le monde a bien accroché avec les premières esquisses qu’il nous avait fait parvenir, les choses se sont faites naturellement. 

Les textes sont également une composante majeure d’un album, en fait il faut que tout soit cohérent. C’est moi qui décide intégralement des titres, des thèmes et de la tonalité des paroles, puis après c’est Claire ma copine qui écrit les textes. J’aime bien travailler comme ça car elle a une manière d’écrire assez mélancolique, or l’aspect mélancolique fait parti intégrante de la musique d’AF. En plus, ça me permet de suivre en temps réel l’écriture des paroles et de vérifier que ça colle bien à ce que j’avais en tête. Je lui fais d’ailleurs souvent modifier les textes, ou je les modifie moi-même pour que ça colle au mieux à ce que je veux faire passer à l’auditeur.

 

  

 

5) Toutes tes sorties sont de l'auto-prod, aucun label n'en voulait ou c'était plus simple pour toi de t'occuper de tout ? Limité à 100 exemplaires c'est peu, quels ont été les retours depuis la sortie de l'album (en dehors de ton cercle d'amis j’entends !) ? Des retours à l'étranger ? 

Ben pour que les labels puissent en vouloir, il aurait fallut que je leur fasse écouter. Quand l’album a été prêt, j’ai décidé de le sortir directement car il collait à mon ressenti du moment, c’était donc important pour moi de le sortir à ce moment-là. Parfois les sorties sur les labels prennent du temps sans compter le temps de trouver un label, c’est pour ça que l’autoproduction s’est imposée comme le meilleur choix. En plus j’aime bien l’idée de m’occuper de tout directement du producteur au consommateur comme on dit. Quelques mois après, l’album est sorti en version tape sur le label québécois Atramentum Production. Par contre, je reconnais que c’est beaucoup de travail. Du coup, j’ai quasiment délaissé l’aspect promotion, déjà parce que c’est pas du tout un aspect que je maîtrise et en plus ça ne m’intéresse pas. A l’avenir si je trouve un label sérieux, qui me fait des propositions raisonnables, il est possible que j’opte pour cette solution. A l’heure actuelle rien n’est décidé…

C’est vrai que 100 exemplaires ça peut paraitre peu, mais à l’heure où de plus en plus de gens piratent les cds, et où ils ne jurent plus que par youtube ou leur iphone, je pensais que ça serait déjà pas mal pour un premier album. Là, clairement, je me suis trompé : l’album est sorti depuis un peu plus d’un an et il ne me reste plus que 3 exemplaires de disponibles… si j’avais su j’en aurais fait plus. Je corrigerai le tir lors des prochaines sorties.

La majorité des retours que j’ai eu sur l’album sont très positifs, et d’ailleurs ce qui est assez étrange c’est que l’album ait mieux marché au Japon qu’en France, chose que j’ai du mal à m’expliquer car je n’ai absolument aucun contact là-bas. Ça vient peut-être de la culture, peut-être que le piratage est moins développé au Japon qu’en France… J’ai eu aussi de bons retours de la part de l’Allemagne, de l’Italie et de la Hongrie, où l’album à été chroniqué dans pas mal de fanzines. 

6) Certains l'auront remarqué, on sent une énorme influence de la scène toulonnaise dans ta musique, particulièrement KRISTALLNACHT et FUNERAL, que représente cette scène pour toi ? On sait qu'elle a inspiré énormément de groupes, ne serait-ce que la scène finlandaise, ça te parle autant ?

C’est très simple la scène toulonnaise puis Finlandaise représentent à elles seules environs 80 pour cent de ce que j’écoute. J’ai découvert d’abord, quand j’étais ado, la scène toulonnaise avec BLESSED IN SIN et l’album Melancholia, j’ai de suite accroché, et par la suite j’ai découvert SEIGNEUR VOLAND. Puis KRISTALLNACHT et FUNERAL ce sont des groupes que j’écoute encore toujours beaucoup à l’heure actuelle. Idem pour la scène Finlandaise. J’aime beaucoup SATANIC WARMASTER, SARGEIST, HORNA, GOATMOON, et plus récemment, j’ai découvert VIRVATULET et bien d’autres. J’ai beaucoup aimé car c’étaient des accords qu’on ne retrouvait pas énormément dans le Black à l’époque. Pour être honnête, quand j’ai composé l’album je n’avais pas conscience que ces influences étaient aussi visibles, mais j’ai tellement écouté ces groupes et joué leurs chansons que je pense que ça a inconsciemment influencé ma façon de jouer et de composer.  

 

   

   

 

7) Tu ne fais pas que dans l'hommage sur ce premier album, il comporte aussi son lot de particularités qui le distinguent, quelles sont tes autres influences ? As-tu une démarche particulière pour composer ? Que souhaitais-tu exprimer surtout via cet album ?

J’écoute aussi beaucoup de DISSECTION, NARGAROTH, WINDIR et pas mal de groupes issus de la scène Québécoise, comme FORTERESSE, MONARQUE, NEIGE ET NOIRCEUR… pour les plus connus. Après je ne sais pas si ces groupes influencent vraiment ma manière de composer… Lorsque je compose j’ai 2 manières de procéder : soit j’ai une mélodie en tête que je retravaille, soit c’est simplement en jouant de la guitare que les riffs me viennent, après je fais un tri. Il doit y avoir 90 % des riffs qui finissent à la poubelle, je garde que ceux qui me plaisent le plus et ceux qui sont cohérents entre eux.

Dans cet album j’ai voulu exprimer toute la violence et la mélancolie qu’on retrouve dans la nature. Que ce soit dans la nature « sauvage » ou dans la nature humaine, je pense que la nature a un côté apocalyptique et destructeur, mais malgré tout elle arrive toujours à reprendre le dessus. Il n’y a pas de catastrophe naturelle, il y a juste des phénomènes violents pour permettre à la nature de faire le tri. Les mieux adaptés et les plus forts survivent, les autres disparaissent. C’est « marche ou crève » et j’aime ça ! Je suis un darwiniste convaincu et je déplore la « tapettisation » de la société française où l’on ne favorise pas le plus fort mais le plus pleurnichard. Au fil des générations cela aura des conséquences désastreuses… C’est un peu ce que j’ai voulu faire passer dans « Chagrin Rural », où je déplore le changement d’un mode de vie rural authentique, sobre et fier, à un mode de vie moderne qui engendre des générations d’assistés pleurnichards qui sont persuadés que tout leur est dû et que tout tombe du ciel !

8) Où trouves-tu ton inspiration de manière générale ? La nature, la musique, des lectures précises ?

C’est dur de répondre à cette question, je ne sais pas. L’inspiration me vient naturellement, y a des périodes où je vais écrire 2 titres en une semaine, et d’autres où je mettrai 6 mois pour écrire un titre, où on peut pas dire que ça me vient comme ça. Sinon, c’est vrai que je vis en pleine nature ce qui doit jouer, c’est sûr… Niveau musique, ben comme je te disais tout à l’heure ça vient de ma manière de jouer, je ne nie pas qu’elle ait pu être influencée par les scènes toulonnaise et finlandaise….

Niveau lecture j’aime beaucoup Tolkien, Lovecraft et dans un tout autre style Céline. Après je ne suis pas un grand lecteur, enfin faut dire que sorti de ces auteurs y a pas grand-chose qui m’intéresse.

9) Malgré tes références musicales, assez orientées idéologiquement parlant, tu restes assez neutre de ce point de vue là. Rien au niveau de l'artwork ou des paroles par exemple. Une raison à cela ? Ca ne t'intéresse pas ? Certains pensent que c'est une idiotie de mélanger musique et politique, es-tu de cet avis ?

Oui, la raison est très simple je ne suis pas national-socialiste, à partir de là je ne mets aucune référence à cela. A une époque c’était devenu la mode dans le milieu, il y avait plein de groupes qui se disaient NS, mais il y en avait les ¾ qui faisaient ça juste pour l’image… C’est pas mon style, je ne suis pas NS, donc aucune référence à cela.

Je comprends tout à fait qu’un groupe ait envie de mélanger politique et musique, dans la mesure où les paroles collent à la musique. Tant que le groupe est authentique dans sa démarche ça ne me gène pas… Après si ils font ça uniquement dans le but de vendre des cds je trouve ça minable. Je suis plus attaché à l’authenticité d’un groupe qu’au message qu’il véhicule, cela ne concerne pas uniquement les groupes politisés : c’est pareil pour les groupes satanistes.

Ce que j’ai du mal à comprendre par contre ce sont les polémiques sur ces groupes. Je veux dire, quand je regarde un film, je me branle royalement que le réalisateur ou les acteurs, soient communistes, NS, socialistes, chrétiens ou satanistes… Si le film est bon je le regarde, c’est pareil en musique. En plus, on est dans le Black Metal, c’est un courant violent avec peu de limites. Alors je vais pas faire ma vierge effarouchée lorsqu’un groupe sort un disque avec des références NS. S'il est bon, je l’achète quand même. Si certains bobos veulent s’en offusquer, grand bien leur fasse, mais avec cette mentalité ils feraient mieux de regarder BFM que d’écouter du BM….

10) Beaucoup d'idéologies traversent la scène Black Metal, du satanisme au paganisme, en passant par le national-socialisme ou l'antichristianisme pour ne citer que les plus courantes. Comment vois-tu chacune d'entre elles ? Certaines te semblent plus légitimes que d'autres ?

Voilà une bien vaste question ! Je pense que la légitimité de ces idéologies n’est pas universelle : elle dépend pour beaucoup du pays d’origine et de la situation sociale du groupe. Je veux dire par là que pour la branche scandinave des premiers groupes de Black Metal dont la plupart sont satanistes, cela se justifie pleinement par l’histoire de ces pays. Le christianisme n’est arrivé que récemment en Scandinavie et il a écrasé les croyances vikings, il est donc logique qu’il y ait un refus de cette religion qui a été imposée par la force. Ce refus s’est traduit par un satanisme exacerbé de la part de certains groupes. Après, dans des pays comme la France où, même si c'est regrettable, il ne reste plus rien de l’héritage préchrétien -au niveau des mœurs je veux dire- et où les règles de la société sont celles imposées au fil du temps par le christianisme, je pense que la plupart des groupes se disant satanistes ne font cela que pour se donner une image « evil ». Et là on sombre carrément dans le ridicule, surtout si pour les besoins de l’exportation ce groupe chante en Anglais ! Je pense d’ailleurs que justement, les groupes de Black Metal devraient s’exprimer dans leur langue natale. Je suis d’ailleurs un grand fan de WINDIR, qui chante dans un patois norvégien, et il n’est pas exclu qu’un jour je fasse quelques titres, voire un album, chanté en Languedocien ! Je pense que le Black Metal c’est avant tout le refus de la culture de masse et de l’uniformisation des esprits. Dans les pays où il y a encore une religion d’Etat, je comprends également que certains groupes soient satanistes, car ils sont obligés de se conformer à un cadre défini par la religion. Déjà, c'est inadmissible pour n'importe quel black metalleux, et de toute manière si ils ne s'y conforment pas, ils sont qualifiés automatiquement de satanistes par leurs concitoyens....

Il me parait, pour un groupe français, plus logique d’être antichrétien, car il persiste encore quelques tensions avec les plus durs des Chrétiens, notamment avec le Hellfest (même si je pense que les black metalleux n’ont rien à foutre dans ce genre de festival, si ce n’est pour trouver quelques damoiselles à séduire), que de se revendiquer sataniste. De plus, par définition, se revendiquer sataniste c’est d’une certaine manière accepter la religion et se définir par rapport à cette même religion. Je pense qu'en France on a suffisamment de recul et de liberté d'expression vis-à-vis de la religion pour en faire une critique éclairée, plutôt que d'être dans une opposition bête et méchante permanente, comme c'est souvent le cas pour les groupes satanistes.

Il en est de même pour le NS : en tant que Français je me vois mal soutenir un système glorifiant l’Allemagne et l’empire pangermanique au détriment de mon pays. Par contre je comprends tout à fait les groupes qui revendiquent haut et fort leur fierté de la France ; il est important de savoir d’où on vient et de faire perdurer notre culture. Pour un groupe français, je comprends tout à fait qu’il ait des revendications identitaires, surtout vu que la France est en train de devenir un patchwork de communautés à l’instar des Etat-Unis. Ce qui me gène c'est que souvent les auditeurs mélangent NS et patriotisme qui pourtant sont deux notions tout à fait différentes... En même temps vu les amalgames que font volontairement les politiques et les médias pour assimiler le patriotisme et le NS, il n’est pas surprenant que certains black metalleux finissent par tout mélanger.

Je suis également sensible au paganisme, je suis assez proche de la nature et de par mon éducation très proche des valeurs de la terre. 

11) Accordes-tu une importance à la religion ou à une quelconque forme de spiritualité ? Cela a-t-il une place dans ton quotidien ?

Je ne pratique aucune religion, ni forme de spiritualité. Je vis avec mes propres règles de morales, et j’essaye d’être le plus juste possible envers les gens qui m’entourent.

12) Tu as découvert le Black assez jeune si je ne me trompe pas, par quels biais, zines, famille, amis ? Qu'est-ce qui t'as attiré en premier lieu ? Même si on en connaît quelques-unes maintenant, quelles sont tes bases en la matière ?

 J’ai découvert le Black grâce à des amis principalement. Je traînais pas mal avec des métalleux qui avaient des grand frères et c’est par eux qu’on est passés du Metal au Black Metal, mais c’était il y a plus de 15 ans maintenant et nous étions plus nombreux à nous intéresser au Black. Après, je lisais aussi pas mal de zines. Ce qui m’a attiré c’est la violence, la noirceur, le mysticisme dont faisaient preuve les groupes, j’ai de suite accroché avec cette musique car pour moi c’est le sommet. On ne fait rien de plus complet, puissant et chargé d’émotion. En plus j’aime beaucoup le visuel de certains groupes. Pour moi les corpsepaint font partie intégrante de la scène et je déteste les groupes de Black qui ne se griment pas avant de monter sur scène. 

Dans un premier temps je me suis intéressé aux groupes très connus comme IMMORTAL, GORGOROTH, BURZUM, MAYHEM, CARPATHIAN FOREST, BEHERIT, etc… puis progressivement je me suis concentré sur les scènes toulonnaise et finlandaise, comme je te le disais précédemment…

13) Avec le recul des années, comment vois-tu l'évolution de la scène ? L'arrivée d'Internet, l'évolution des outils de promotions et d'enregistrements : as-tu vu les effets en tant que musicien mais aussi en tant que fan ?

Je suis assez mitigé tant au niveau de l'évolution de la scène que de l'impact d'internet : au début je pensais que c'était une bonne chose, que ça allait permettre aux petits groupes undergrounds de se développer, et de réussir à trouver des labels plus facilement. Mais au final c'est l'inverse qui se produit, de moins en moins de gens s'intéressent au Black underground. Internet a popularisé le Black Metal et a fait entrer dans ce milieu pas mal de personnes qui n'ont rien à y faire, du coup ce sont les groupes les plus médiatisés et pas forcément les plus talentueux qui en tirent profit. Niveau promotion c'est encore pire : les groupes qui marchent le mieux ne sont pas ceux qui font la meilleure musique, mais ceux qui font le plus de promotion. Si tu regardes bien t'as des groupes qui n'ont même pas fait une démo mais qui sont partout sur Internet... 

Idem pour le téléchargement : plus ça va plus les gens téléchargent. On peut trouver ça cool en se disant que de toute manière le Black n'est pas une musique faite pour faire du fric, mais la réalité c'est que comme plus personne n'achète les cds les petits labels ou assos disparaissent les uns après les autres et du coup de moins en moins de labels signent des petits groupes de peur de se retrouver dans le rouge niveau finances.

Il y a aussi le fait que n’importe qui peut s’improviser chroniqueur de Black Metal et créer son propre site, du coup les 3/4 du temps les chroniques ne sont pas très objectives. Et on voit de plus en plus de copinage s’installer entre certains sites et certains groupes. Enfin tout n’est pas tout noir, heureusement il existe encore des sites sérieux et objectifs ! (ndlr : comme PostChrist héhé, objectif peut-être pas, mais sérieux oui !)

Je pense qu'Internet nous a fait plus de mal que de bien : on a perdu en qualité de groupes et de fans...

Par contre en ce qui concerne l'arrivée des nouveaux outils d'enregistrement et de mixage, là c'est quelque chose d'extrêmement positif ! Avec une carte son et un peu de matos, tu peux te lancer facilement dans l'enregistrement et le mixage de ton propre album sans avoir à débourser des fortunes pour aller en studio. En plus c'est toi qui est le seul maitre à bord : tu décides de ton son de A à Z. Bien sûr le son n'est pas aussi clair et puissant qu'un son studio mais est-ce bien important ? Sans ces nouvelles technologies je n'aurais jamais pu créer A.F.

14) Augure Funèbre ne possède pas de Facebook. Pourquoi ce choix, sachant que maintenant le moindre projet de moins de 3 mois, sans même une sortie physique et quasiment sans musique, possède une page de ce type ? D'une manière plus large, comment perçois-tu l'arrivée des réseaux sociaux dans la scène BM ?

Non, en effet AUGURE FUNEBRE n'a pas de page Facebook, et il n'y aura jamais de page facebook officielle d'AUGURE FUNEBRE ! Je pense que les groupes de Black Metal n'ont rien à faire sur les réseaux sociaux ! Que les musiciens aient des pages perso Facebook je le conçois tout à fait, c'est un outil pratique pour rester en contact les uns avec les autre, surtout quand tu as des potes qui sont aux 4 coins de la France, ou pour discuter ensemble de tel ou tel sujet. Par contre je suis désolé, mais faire un Facebook pour le groupe je n'arrive toujours pas à le concevoir, c'est uniquement un outil publicitaire et ça n'a pas lieu d'être dans le Black Metal. Si vous voulez suivre l'avancement d'A.F., il y a un site officiel : www.augure-funebre.com. J'estime que ça suffit. Je ne vais pas créer une page pour A.F.et faire la course aux "likes", ça il n'en est pas question...

Pour les petits groupes dont tu parles, s'ils faisaient plus de musique au lieu de faire de la pub, déjà ils auraient plus de sorties à proposer et surtout ils gagneraient en intégrité. Je pense qu'il faut arrêter la course à la pub. Si vous faîtes de la bonne musique, vous finirez par trouver votre public, mais il faut laisser aux choses le temps de se faire. Et puis si vous voulez être célèbre faut arrêter le Black Metal et se tourner vers la Star ac’, au moins tout le monde sera gagnant.

15) As-tu le temps de t'intéresser aux sorties actuelles ? Tes dernières claques en BM, elles se situent où ?

J’ai moins de temps, mais j’essaye tout de même de m’intéresser aux sorties actuelles. Ma dernière claque c’est le split VIRVATULET / GRATZUG surtout pour la partie VIRVATULET. Leur première démo était très bonne mais là je trouve que les compos sont mieux ficelées et mieux maîtrisées.

16) Des plans pour 2014 ? Au-delà ?

2014 est déjà bien entamée, je pense que je vais profiter du reste de l’année pour avancer sur le side-project que j’ai avec Hugin, tout en continuant à composer pour AUGURE FUNEBRE. Je suis d’ailleurs en train de composer 1 titre pour le prochain album d’A.F. mais il ne verra sans doute pas le jour avant 2015. Sinon je vais prochainement mettre le site à jour en y ajoutant une page « chroniques », vu que j'ai reçu pas mal de mails pour me signaler des chroniques de l'album et du split.

17) L'interview se termine ici, toute l'équipe de PostChrist te remercie. Je te laisse le mot de la fin.

Tout d'abord je tiens à remercier tous les lecteurs qui ont eut la patience de me lire jusqu'à la fin et toute l'équipe de PostChrist pour m'avoir permis de m'exprimer. J'ai jeté un œil à vos autres interviews et chroniques disponibles sur le site : vous faîtes un travail de qualité, continuez comme ça !

Pour ceux qui veulent plus d'info sur A.F., n'hésitez pas à visiter régulièrement le site officiel : www.augure-funebre.com

Propos recueillis par Blaise pour Postchrist.