GERM - avril 2013

 

Véritable OVNI de la scène Metal, GERM n'est pas pour beaucoup du Black Metal. On y trouve pourtant tous les éléments du Black Metal, des riffs aux voix, mais il est vrai, au sein d'un ensemble ou de nombreuses autres influences (à commencer par les influences électroniques) qui possèdent une place tout aussi importante. Le lieu n'est pas ici de débattre sur le pourquoi du comment, mais il m'apparaît plus que jamais important de comprendre l'état d'esprit de son géniteur, à l'activité prolifique, surtout dans le Black Metal...


1) Bonjour Tim. Ton activité musicale semble très importante, et cela depuis plusieurs années, comment fais-tu pour te retrouver dans autant de groupes et ne pas mélanger ce que tu apportes musicalement et conceptuellement à chacun de tes projets ?

Tim : Je pense que ça n'a pas été si difficile pour moi. En fait les gens n'ont pas forcément réalisé à cause de la manière dont sont sortis les albums, mais c'est inhabituel pour moi de travailler sur plusieurs projet en même temps. D'habitude c'est juste un ou deux à la fois. Dans un sens je pense que je fais juste ce qui m'inspire à un instant donné.

2) Ton instrument d'origine semble être la batterie. Comment et pourquoi en es-tu venu à d'autres instruments ? Que recherches-tu dans l'expression musicale de manière générale ?

J'ai commencé par la batterie avant n'importe quel instrument, mais depuis plusieurs années maintenant je joue de la guitare, du piano, etc. Je suppose m'être tourné vers d'autres instruments pour le simple fait que pour moi la musique est la façon dont je m'exprime moi-même, mes sentiments, mes douleurs, etc. C'était juste un acte naturel pour moi d'apprendre à jouer d'autres instruments puisque cela rend plus facile l'expression de mes ressentis, en écrivant et jouant de chaque instrument moi-même.

3) Tu as participé à l’excellent album Torn Beyond Reason de WOODS OF DESOLATION : pour quelle raison et pourquoi avoir quitté le groupe ? De même, pourquoi le projet AUSTERE a-t-il pris fin ?

Depuis le début j'ai toujours et seulement accepté d'être sur cet album. J'ai dit ce que j'avais à dire, à exprimer avec cet album et donc pourquoi voudrais-je continuer sur un autre ? Je suis fier du résultat et maintenant j'ai clos le chapitre. D. va continuer ce groupe avec quelqu'un d'autre pour jouer les parties que je faisais pour un prochain album et je pourrais continuer avec mes propres trucs.
Concernant AUSTERE, quand nous avons décidé d'y mettre un terme nous nous sommes mis d'accord pour écrire une déclaration commune sur ce point et d'arrêter après ça. Je suis sûr que tu peux trouver cette déclaration en ligne quelque part. Je suis immensément fier de ce que nous avons fait avec AUSTERE et cela représentera toujours quelque chose de fort pour moi. Mais après, il n'y a pas de retour possible.

4) D’un point de vue musical, quelles sont tes influences et les styles que tu aimes, Metal ou non ? Au contraire, quels sont ceux que tu rejettes et pourquoi ?

J'écoute et suis inspiré par beaucoup de styles différents. Je pense qu'on peut dire que je suis juste un amoureux de la musique. Du BM au classique, de la pop au grunge, il y a des artistes qui peuvent m'émouvoir.
Pour ce que je n'aime pas, il y a ce putain de Jazz. J'en ai rien à faire du savoir-faire d'un musicien, ça ne signifie rien. S'il n'y a pas de mélodie à quoi ça sert ? J'écoute de la musique qui me touche, j'en ai rien à faire du niveau de musicalité, et le jazz pour moi est juste de l'exhibition.

5) Beaucoup de tes projets semblent tourner autour d’un certain état de mélancolie et de dépression ou d’un intérêt marqué pour la psychologie humaine. Est-ce vraiment quelque chose qui t’intéresse et si oui pourquoi ?


Oui bien sûr. C'est quelque chose dont j'ai souffert, et continue de vivre avec, toute ma vie entière. Si je veux écrire quelque chose qui me correspond vraiment, alors c'est ça !

6) Quels sont les projets auxquels on peut s’attendre dans les années qui viennent ?


Je travaille en ce moment même sur le nouveau GERM. J'espère qu'il sortira dans la seconde moitié de cette année. C'est dans le style du GERM des précédentes sorties, mais tout de même un cran plus loin. Pour moi c'est un album plus sombre, les guitares sont plus mises en valeurs que les claviers cette fois-ci. J'ai aussi moins fait de voix claires, bien qu'elles soient toujours là sur quelques titres.

7) Es-tu d'ailleurs musicien professionnel ou dois-tu vivre d'autre chose ? Comment dans tous les cas fais-tu pour concilier tes différentes activités ?


Musicalement je travaille beaucoup. Evidemment je ne peux pas survivre uniquement avec GERM, mais j'ai la chance de pouvoir faire diverses choses en dehors de la musique Metal, tout comme d'autres trucs qui me permettent de maintenir la tête hors de l'eau.

8) Dans ton projet GERM, deux albums sont sortis (tous d’ailleurs de qualité à mon sens, malgré leur particularité stylistique) en moins d’un an et un 3e et prévu pour 2013. Pourquoi une telle envie de produire autant en si peu de temps ?

En réalité, jusqu'ici il n'y a qu'un album (Wish) et un EP (Loss). Mais c'est complètement faux de dire que tout a été fait sur une période courte ! Certes, les deux sont sorti l'année dernière, mais ont été enregistré entre 2009 et 2011, et l'écriture remonte aussi loin que 2006 ! Ils sont donc restés presque finis un long moment avant d'être enregistrés ! Pour l'album à venir, il comprend du matériel écrit pour la plupart durant l'année 2012 et enregistré cette année, il y a donc une vraie différence entre ces sorties.

9) Et en dehors de la musique, quelles passions t'animent ? Notamment dans le domaine de l'art ?

La musique est vraiment numéro 1 pour moi. J'aime l'art, mais je ne peux pas prétendre être un expert. Certaines oeuvres se vendent des millions et pour moi c'est de la merde ! Un style d'art que j'apprécie cependant, c'est les performence artistique de gens comme Marina Abramovic.

10) On parle beaucoup aujourd’hui de musique dématérialisée, de mp3, etc… Que penses-tu du téléchargement ? Fais-tu partie de ceux qui trouvent que c’est un danger pour la musique ou au contraire une aubaine ?

Bien sûr que c'est un menace, mais je pense que nous pouvons y faire quelque chose. Je déteste le téléchargement, ne télécharge jamais et achète toujours une version physique. J'aime tenir le livret dans mes mains tout en écoutant la musique. Je pense que cela s'est perdu pour beaucoup de gens d'ailleurs. Je ne suis pas contre le téléchargement, je l'ai accepté depuis un moment maintenant, mais ce n'est pas quelque chose que je fais.

11) D’un point de vue idéologique, comment te situes-tu ? Que penses-tu du satanisme, du nationalisme et de toutes ces mouvances idéologiques qui traversent un mouvement musical comme le Black Metal ?

Je ne souhaite pas trop en dire sur le nationalisme, car vivant en Australie, comment pouvons-nous avoir une forte connexion et une identité nationale ? Je veux dire, l'homme blanc est présent ici depuis seulement 200 ans ! Mes racines sont anglaises et grecques, je suis fier de ça, mais je n'irais pas prêcher envers les autres. Je sais que c'est différent dans d'autres pays du monde, donc je ne dois pas en dire plus.
Tout comme la religion, je suis clairement contre. Je ne prétend pas être mentalement fort ou quelque chose dans le genre, en réalité, j'ai même pas mal de soucis mentaux à gérer. Malgré tout, je pense que la religion est pour les faibles et les apeurés. Que ce soit le christianisme, le satanisme ou n'importe quoi d'autre, c'est à un conte de fées que les gens croient pour la seule et unique raison qu'ils sont trop effrayés pour accepter ce qu'est réellement la mort.

12) D’ailleurs quel est ton point de vue sur le mouvement Black Metal dans l’ensemble ? As-tu des groupes de prédilection, d’autres que tu condamnes ou que tu n’apprécies pas au contraire ? Si oui pour quelles raisons ?

J'ai grandi dans le BM des années 90 et j'aime toujours cela aujourd'hui. Le Black Metal sera toujours une grosse partie de moi. Bien sûr il y a énormément de groupes de merde aujourd'hui, je ne vais pas faire une liste, mais il y a aussi de bons groupes et les artistes BM produisent toujours de la musique qui a du sens, si tu sais où regarder !

13) Tu es Australien, contrée pas forcément réputée pour ses projets de Black Metal ou Metal en général. Comment perçois-tu ton pays de ce point de vue et, plus globalement, d'un point de vue culturel ? Est-ce facile pour un Occidental de vivre finalement si loin de l’Occident à proprement parler ?

Je ne pense pas à ça, je m'en fiche, vraiment. Il y a quelques bons groupes par ici, je suis sûr que tout le monde les connais déjà ! Culturellement parlant, cela n'a aucune influence sur ma musique. Cela viens de l'intérieur, ce n'est pas un produit l'environnement qui m'entoure.

14) As-tu un avis sur la France et les Français ? Je sais que les Australiens ne sont pas spécialement fans des Français et inversement...

Mec, une de mes plus grosse influence musicale est Jean-Michel Jarre ! J'aime la France. J'ai été à Paris il y a six ou sept ans. J'espère pouvoir visiter le pays encore une fois un jour et l'explorer comme il se doit cette fois-ci. Concernant les Français, en fait des amis proches le sont, et GvF qui à fait l'artwork sur Wish et Loss est français, donc…haha !

15) Je te laisse le mot de la fin, merci pour tes réponses.

Merci pour l'interview, pensez à jeter un oeil sur facebook.com/germofficial pour les mises à jours.
Merci à toi !

 

Traduction : Blaise

Propos recueillis par Baalberith pour Postchrist.