VENEROR - mars 2013

On peut dire ce qu’on veut, une chose est sûre, malgré quelques bons groupes par-ci par-là, l’Italie n’a jamais été une terre de Black Metal. Alors quand VENEROR, groupe italien sorti de nulle part, propose un bon album d’entrée de jeu, la première chose à faire est de le saluer (voir chronique), la seconde est d’en savoir plus. C’est Lashtal, guitariste, chanteur et compositeur du groupe qui nous fait le plaisir de répondre à nos questions. Ses propos ont été recueillis en mars 2013.

Pour commencer, comme peu de monde vous connaît pour l'instant, pouvez-vous nous faire un bref historique du VENEROR ? Comment en êtes vous arrivé à monter ce groupe ?

Ave. Il n’y a pas grand chose à dire, nous avons enregistré une démo en 2010, sortie en cassette par l’historique label italien Black Tears of Death qui a fait une très mauvaise promotion pour nous, ils ont même pressé moins de copies que prévu (dans les 70/80 au lieu de 200). Maintenant nous sommes de nouveau sur les routes avec un nouvel album, Percussimus Foedus cum Morte, qui bénéficie enfin d’une bonne promotion grâce à New Era Productions et Hexencave Productions. Le groupe joue donc ce que j’appelle du “Witching Black Metal”, je n’ai pas de side-project puisque j’essaie de consacrer toute mon énergie à Veneror.

Musicalement, on sent une certaine inspiration de la scène black metal finlandaise sur votre album, est-ce exact ? D'autres inspirations dans le genre ?

En tant que compositeur, je ne me sens pas si inspiré que ça par la scène finlandaise en réalité, et je pense d’ailleurs que les groupes de la scène finlandaise actuelle sont de simple clones des norvégiens, mais avec des vocaux plus aigus. J’aime les débuts de la scène finlandaise, j’écoute des groupes comme Beherit, Black Crucifixion ou Barathrum histoire de citer des noms. Nos inspirations principales sont les vieux groupes de Suède, Italie ou Grèce comme Maldoror, Goatfire, Sacramentum, Vinterland, Rotting Christ, Deviser, Demogorgon et bien d’autres.

Les paroles semblent très clichés, mais à en juger par l'artwork et le choix du titre en latin, vous essayez de vous en détacher et accordez une certaine importance au concept. Qu'avez vous voulu exprimé à travers cet album ? Pourquoi cette "alliance avec la mort" ? Que représente la couverture également ?

Je sens dans le terme clichés une connotation négative. Je pense au contraire que les paroles sataniques sont la quintessence du Black Metal. Il ne peut pas vivre sans cette dévotion au Malin donc ces clichés sont nécessaires. Concernant le titre de l’album, La Mort a énormément de sens pour moi : elle est cette terrible dimension, où la lumière cesse d’exister. En prenant part à cette “alliance avec la mort” nous vouons un culte au Grand Cornu et choisissons de nous opposer à la lumière. Il y un autre sens tout aussi important : la Mors Initiatica. À travers cette mort métaphorique nous rejoignons les abîmes et nous nous initions à la magie noire et ses mystères. Sur notre pochette, vous pouvez voir une infâme sorcière exécutant un rituel sanglant de Magie Noire, ce qui correspond tout à fait au propos de nos textes.

Les mélodies développées dans l'album amènent une véritable atmosphère, très prenante, mais je trouve que les guitares limitent les possibilités par moments. Avez-vous envisager d'autres instruments comme le clavier, des samples ou des voix supplémentaires (voix claires par exemple) ou est-ce une volonté de votre part de se limiter au classique guitare/basse/batterie ?

J’ai essayé de développer nos atmosphères en utilisant simplement les instruments classiques. Mais nous utilisons un clavier aussi, sur le tout premier titre. Plus sérieusement, j’écoute beaucoup de groupes avec claviers ou orgues d’église. Peut être serait-il sympa de voir Veneror avec un Hammond un jour, mais pour le moment ce n’est pas quelque chose sur lequel je travaille. Je hais les voix claires, vraiment, mais des samples peuvent être quelque chose d’intéressant s’il sont utilisés correctement.

Je vois que l'album sort dans de multiples versions (CD/LP/tapes). Quelle importance accordez vous au support ? Un avis sur la dématérialisation de la musique et le téléchargement ?

J’aime beaucoup les vinyls, et notre but premier était de voir notre album sortir en LP. Puis nous avons discutés avec le label et un CD et une cassette ont été programmés. C’est bien de voir notre album sortir sur différents formats évidemment, et je pense que cela peut aider à le promouvoir un peu plus. Sans être hypocrite, je pense que le téléchargement peut être utile. Si je peux, j’essaie toujours d’écouter un extrait (ou assimilé) avant d’acheter une nouvelle sortie, je trouve cela très pratique. Mais je ne comprends vraiment pas comment quelqu’un peut “collectionner” des mp3 sans rien acheter en original. C’est vraiment triste. Mais nous vivons dans une société post-moderne, où tout est faux : fausse identité, fausse politique, fausse musique. Que les choses soient claires : Veneror est contre ce comportement, et contre ce putain de monde.

Une question plus large, quelle est votre conception du black metal ? pourquoi utiliser cette forme de musique et pas une autre ? Qu'a-t-elle de plus à vos yeux ?

Je pense que le Black Metal peut être considéré comme un instrument, une sorte d’outils de Magie Noire. Il combine l’impulsion dionysiaque de notre énergie subconsciente (se manifestant à travers l’agressivité) avec une énergie plus équilibrée (le côté technique), tandis que via l’aspect répétitif de notre musique j’essais de composer quelque chose s’apparentant à un Mantra. Evidemment, tu peux essayer d’avoir le même résultat en jouant n’importe quel autre type de musique (ou un autre type d’art également), mais personnellement je suis dans le Black Metal grâce à ses racines sataniques. Le Black Metal est la musique qui suit la voie sinistre et sombre, ni plus ni moins. Je me considère moi-même comme un apprenti, un élève de l’occulte. J’ai toujours été fasciné par les arts sombres et par le diable. Ce que j’ai appris, vous pouvez le percevoir dans Veneror.

Vous intéressez vous à la scène BM actuelle ? Un avis là dessus ? Connaissez-vous la scène française ?

Comme tu as pu le constater, je suis plus orienté vers les vieux groupes, mais évidemment je suis toujours à la recherche de sorties intéressantes. A l’heure actuelle, la scène n’est pas vraiment au meilleur de sa forme, mais il y a de bons groupes. Oui, je connais beaucoup de groupes français bien sûr, j’ai visité la France de nombreuse fois…je dirais que les groupes français que j’ai suivi récemment sont S.V.E.S.T et Aosoth.

D'où venez-vous musicalement ? J'imagine que chacun d'entre vous à son bagage musical qui lui est propre. Des idoles en musique ou ailleurs ?

Pas d’idoles, excepté le maître de la nuit à tête de bouc. Mais nous avons un bagage musical bien sûr, principalement orienté vers les classiques du metal et le Rock’n roll.

Des inspirations extra-musicales également ? Quels livres, films, auteurs, ont pu vous influencer ?

Pour être honnête, je pense que des inspirations extra-musicales sont plus vraisemblables. La poésie, les films, l’art en général sont une grande source d’inspiration pour moi. Il y en a bien trop pour en parler ici. Je sais que je n’ai pas listé beaucoup de groupes français dans nos influences donc pour te satisfaire je te dirais que j’ai été influencé par de grands auteurs français comme Lautréamont, Huysmans (Là-bas à été une révélation pour moi) et Stanislas de Guaita.

Parlez-nous de votre scène, comment la voyez-vous de l'intérieur ? Etes vous proches d'autres formations ?

Nous ne somme pas trop impliqué dans la scène italienne vu que nous ne faisons pas parti de ce cirque de dégénérés. L’Italie est le pays des clowns, aussi bien politiquement que musicalement. D’ailleurs, je suis en contact avec un très petit nombre de groupes et d’individualités pour lesquels j’ai un profond respect comme Altar of Perversion, Vultur et Zervm. Il y a eut beaucoup de moments de gloires dans le passé mais tout semble être mort maintenant, et l’esprit Black Metal a disparu.

Certains groupes italiens sont internationalement connus comme ABORYM, OPERA IX ou FORGOTTEN TOMB, comment les percevez-vous ? De manière plus confidentielle, des groupes comme HIRPUS, SPITE EXTREME WING ou LOCUS MORTIS valent le détour, un avis sur ces groupes ?

Le premier Aborym n’est pas si mal à mon sens, les débuts d’Opera IX sont bons. C’est un de mes groupes de Black Metal favoris de tout les temps pour sûr, The Call of the Wood est un éternel chef-d’œuvre. J’aime bien Songs to Leave de Forgotten Tomb, même si ce n’est évidemment pas du Black Metal vu qu’il y a des influences dark/doom dans les paroles. Malheureusement, je ne suis plus trop dans ces groupes maintenant vu que je suis très déçu de leurs dernières productions.

Concernant les autres groupes dont tu as parlé, je n’ai jamais écouté Hirpus, je n’aime pas S.E.W (vraiment un groupe surestimé à mon sens), mais j’ai bien aimé Voust de Locus Mortis, même si je déteste les paroles en italien. MZ de Locus Mortis a également mixé notre album donc j’ai toujours été reconnaissant envers lui.

Si je ne me trompe pas, vous n'avez joué qu'une seule fois en live. Comment cela s'est-il passé ? Est-ce une expérience à refaire pour vous ou préférez vous ne pas faire de scène ?

Tu as raison, ça été une bonne expérience d’ailleurs. Nous avons fait beaucoup d’erreurs sur scène vu que c’était notre première performance live, mais nous avons tout de même délivré un set puissant et énervé.

Qu'aspirez vous à l'avenir ? Comment voyez vous l'évolution du groupe ?

C’est assez flou, pour l’instant je travaille sur de nouveaux riffs mais je ne sais pas combien de temps cela peut prendre et quel sera le rendu final de notre musique. À l’avenir j’aimerais bien jouer nos morceaux sur scène une nouvelle fois, le temps nous le dira. Comme je l’ai toujours dit, j’aimerais vraiment jouer à l’étranger. Ca serait génial de pouvoir s’échapper de ce stupide pays des fois.

Merci pour tes réponses ! Les derniers mots sont pour toi.

Merci pour l’espace d’expression. Agios o Falcifer.

 

 

Propos recueillis par Blaise pour Postchrist.