XASTHUR

Portal of Sorrow

 Ca y est, XASTHUR est mort. Scott, anciennement appelé Malefic, a décidé de tuer le bébé qu'il aura porté des années. Un bébé qui aura connu une carrière mouvementée, digne de celles de toutes les stars éphémères qui pourrissent notre société. Après avoir été adulé et avoir été à la tête de toute une vague de black dépressif, XASTHUR s'enfonçait de plus en plus dans l'oubli. Les dernières sorties passaient de plus en plus inaperçues.
 La faute en revenait peut-être à un manque d'inspiration de l'artiste, ou un manque de renouvellement. Il y avait surtout eu une lassitude du public, comme pour tout genre de black (ou non) prédominant à un moment donné.
 En tout cas, il aura poursuivi ses méfaits, proposant tout de même des choses honnêtes de-ci de-là. Il a jugé désormais avoir fait le tour et décide de mettre fin aux jours du groupe. en sachant cela, on ne peut qu'écouter ce nouvel album avec le regard en arrière, sur toutes ces années passées auprès de sa musique.

 Du coup, Portal of Sorrow s'écoute d'une manière différente, comme on lit les dernières lettres d'un proche qui a mis fin à ses jours. Même si les mots sont maladroits, même si l'écriture n'est pas très académique, on ne peut néanmoins être ému.
 Et heureusement, car sinon cet album n'aurait pas mérité énormément d'attention. Il n'est pas foncièrement mauvais. on retrouve pas mal de titres qui rappellent d'anciens albums ("Shrine of Failure"). On retrouve la douleur et la solitude inhérentes à XASTHUR, mais elle est très diluée dans ce qui en a fait fuir plus d'un sur les albums précédents : de l'ambiant chiant... "This Abyss holds the Mirror" et ses 7.31mn soporifiques sont au top des morceaux inutiles de l'année. Avec 80% de l'album dans le même ton, on comprend qu'on est loin d'un chef d'oeuvre...
 L'autre "nouveauté" - et problème -,  ce sont des vocaux féminins planants qui parsèment l'album. Ils me font penser aux appels de sirènes détournant les marins de leur destination. Ils sont certes corrects et confèrent à la galette une particularité originale, mais ils sont utilisés de manière trop systématique. Trop, trop, trop nombreux ! Si c'est ce que Scott veut faire dans son prochain projet, il court contre un mur en béton.

  Les 14 titres terminés, on remet le cd dans son boitier, et on le ferme avec précaution. Le testament est fini. Il nous a ému car il a été l'occasion de se remémorer les bons moments passés ensemble dans le passé, sur d'autres albums, mais ce n'est pas de lui qu'on aura envie de se souvenir dans le futur...
http://xasthur.mercurous.net/

par Sakrifiss, le 27/09/2010

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ANTLERS - Beneath.Below.BeholdVIOLET COLD - Sommermorgen (Pt. I to III)DRUDKH - They Often See Dreams About the SpringAFSKY - SorgONIRISM - The Well of StarsLOTH - ApocrypheLUMNOS - Ancient Shadows of SaturnSUNKEN - DepartureSUMMONING - With Doom We Come SADNESS - LeaveZAKLON - Viatry Karacunavaj nocyULG - Windark

D'autres albums d'ambiance Dépressive/Suicidaire recommandés

THY LIGHT - Suici.De.pressionGRIEFLOSS - RuinerLIFELOVER - PulverLYRINX - Nihilistic PurityLYRINX / ELYSIAN BLAZE / D.O.R - Universal AbsenceDODSFERD - Spitting with Hatred, The Insignificance of LifeCANIS DIRUS - A Somber Wind from a Distant ShoreSTERBEND - Dwelling LifelessNYKTALGIA - NyktalgiaNYKTALGIA - PeisithanatosBE PERSECUTED - End LeavingSILENCER - Death - Pierce Me

Autres chroniques