WYRMS

Morcar Satoric - Les VI Chemins du Crépuscule

WYRMS s'est vraiment démarqué, après 2 ans d'activité, en 2010, avec son premier album Aashanstys. Malgré son potentiel évident, on lui avait alors reproché ici sur PostChrist de se cantonner un peu trop à une reprise très moyenne des structures et riffs musicaux de WINDIR. Avec ce deuxième album, le combo orléanais a su apprendre de ses erreurs et personnaliser son style, tout en exploitant son potentiel. Résultat : un album vraiment intéressant !

D'abord, ne nous égarons pas : on reste dans un style mélodique convenu, qui ne surprendra personne. Pas de problème, on n'en attendait pas plus. Les guitares sont naturellement mises à l'honneur, dans un travail général de qualité, où elles s'entremêlent et construisent les structures musicales du début à la fin, avec même quelques passages en guitare sèche. Rôle indéniable dans cette musique, leur polyvalence et leur omniprésence n'est pas à un seul instant gavant ou une excuse pour se lancer dans d'inutiles envolées lyriques. Au contraire, toujours dans la veine de WINDIR (mais cette fois-ci dans les structures musicales et non plus dans les riffs), les guitaristes exploitent le filon jusqu'au bout en mettant celles-ci au cœur de tout. C'est un très bon choix, car le travail est suffisamment important à ce niveau pour booster l'efficacité des mélodies, au sein d'un rythme plutôt soutenu qui confère la plupart du temps une puissance bienvenue. La voix Black, de qualité, et la batterie, également très capable, couronnent le tout. Ainsi, la forme y est, le fond aussi et les compositions inspirées, sans offrir de mélodies mémorables, ne faillissent jamais et offrent 49 minutes et demie de musique prenante. Je vais y revenir, mais on ne peut regretter qu'un manque de soutien de la part des claviers qui interviennent trop ponctuellement au lieu de soutenir plus longuement le travail des guitares et d'approfondir donc leur rendu.

Question visuel, le groupe n'a pas changé son fusil d'épaule : on reste sur une base de dessins crayonnés suffisamment qualitatif et évocateurs pour être appréciés à leur juste valeur dans un univers conceptuel épique et sombre. Dommage que le livret 8 pages ne soient pas plus étoffé et travaillé, car l'ensemble reste assez sommaire, mais l'efficacité visuelle est là. Côté ambiance, rien de transcendant, mais l'essentiel est sauf. Il manque quelques passages de claviers et de samples, peut-être, pour développer davantage cet aspect et offrir à cette musique le côté immersif qui lui manque encore. Sans être absents, ils pourraient être plus développés en longueur et en fréquence, et atténueraient alors l'omniprésence des guitares (qui pourraient gêner certains), tout en confortant l'ambiance. Le 4e morceau est à cet égard excellent et représente cette touche de subtilité qu'il faudrait distiller dans l'ensemble de l'œuvre et non sur un morceau.

De gros progrès pour un groupe qui décidément gravit les marches avec assurance et humilité. Du bon Black Metal mélodique inspiré et efficace, bien travaillé, à qui il manque peu pour devenir incontournable !

par Baalberith, le 12/11/2013

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

ARYAN ART - ...I Berem Plodovete Na Nasheto NehajstvoFINSTERFORST - ...Zum Tode HinWINDIR - 1184FOREST OF FOG - AbgründeDER WEG EINER FREIHEIT - AgonieHARAKIRI FOR THE SKY - AokigaharaULVEGR - ArctogaiaLES CHANTS DE NIHIL - ArmorWINDIR - ArntorENISUM - Arpitanian LandsGRIFT - ArvetGALLOWBRAID - Ashen Eidolon

D'autres albums d'ambiance Epique/Fantasy recommandés

HYPERION - Seraphical EuphonyMACABRE OMEN - The Ancient ReturnsTRIUMPHANT - Herald the UnsungFHOI MYORE / WYRMS - Les Limbes Pourpres / Mehxôhorr - Les IV Dimensions CosmogoniquesILDRA - EðellandSA MEUTE - 50 contre 1ETERNUM - Summoning the Wolven SpiritNECROFEAST - SoulwindsTHIASOS DIONYSOS - SatyrHIMINBJORG - WyrdESCHATON - UnshakenAORLHAC - A la croisée des vents

Autres chroniques