WOODS OF INFINITY

Ljuset

Autant le dire tout de suite, WOODS OF INFINITY est, avec Ljuset, au sommet de son art. Derrière cette pochette fort sujette à diverses interprétations douteuses se cache un monument de perversité, la déviance absolue mise en musique. Un album à la fois magnifique et terrifiant, qui me glace le sang, m'hérisse les poils et me laisse cloué sur place à chaque écoute. Le cri désespéré et haineux d'un malade mental dégénéré, vicieux et fortement alcoolisé.

De cette boîte à rythme minimaliste, lancinante et répétitive à l'extrême à ces riffs simples mais terrifiants par leurs sous-entendus, tout dans la musique de ce Ljuset respire la crasse, le souffre, la provocation et la haine. Avec cet opus, Ravenlord et Melkor reprennent les bases de Hejdå tout en rendant leur musique encore plus gerbante et jouissive à la fois. La guitare est doucereuse, servant à l'auditeur médusé des riffs niais au premier abord, mais en réalité complètement malsains et pervers. Il n'y a qu'à écouter l'énorme morceau « A Love Story », où Melkor détourne un riff facile et absolument mielleux en une mélodie qui rappelle ces gémissements pleins de mal-être à la fin d'une soirée solitaire trop abondante en alcool et autres substances peu recommandables. Ljuset est un album humain du début à la fin, qui fait ressortir en quelques notes le malaise le plus enfoui de l'auditeur. Ravenlord semble mettre toutes ses tripes dans son chant, tant il vomit ses déclamations atypiques de façon hallucinée.

Pour rendre leur musique encore plus puissante, WOODS OF INFINITY flirte avec les thèmes les plus politiquement incorrects, comme par exemple la pédophilie. « A Love Story » exprime donc le cri d'amour tabou d'un jeune de 24 ans pour une jeune fille, avec en prime dans le livret la photo d'une petite gueule d'ange de quelques années à côté du texte. L'utilisation de samples tous plus malsains les uns que les autres renforce encore le malaise de l'auditeur, avec de nombreux chants d'enfants en suédois sur fond de vieille musique militaire ou traditionnelle. Ces samples semblent indescriptiblement en parfait accord avec la musique de WOODS OF INFINITY, comme si les éructements dégueulasses de Ravenlord répondaient à ces mélodies chantées par des petits enfants, dont le son semble provenir d'un vieil enregistrement cassette ou télévisé. On retrouvera également à la fin de « Genever » une mélodie déviante exprimée avec des aboiements de chiens, dont l'effet est loin d'être loufoque après un morceau ravageur à souhait. L'adjectif de « ravageur » est d'ailleurs valable pour tous les morceaux de cet énorme album, tant chaque chanson, chaque note met à terre l'auditeur, l'enferme dans ses plus profonds tourments. Même la reprise d'EDGE OF SANITY est absolument appropriée, détournée pour en faire un hymne malsain.

Ljuset est un album délicieusement dérangeant, tant les émotions qu'il procure sont bouleversantes et puissantes, et les thèmes sulfureux et choquants. Difficile de résister aux charmes coupables et déchirants que proposent les deux comparses suédois dans ce monument. Un album indispensable.

par Jankowitch, le 15/09/2011

D'autres albums de Black Metal avant-gardiste recommandés

BLUT AUS NORD - 777 - Sect(s)ARYOS / REGNANT AND THRALL - A Célébration to Lilith von SiriusENSLAVED - Axioma Ethica OdiniPESTE NOIRE - Folkfuck FolieTHE RUINS OF BEVERAST - Foulest Semen Of A Sheltered EliteWOLD - FreermasonryWOODS OF INFINITY - Frozen NostalgiaSIGH - Ghastly Funeral TheatrePENSEES NOCTURNES - GrotesqueSIGH - Hail Horror HailWOODS OF INFINITY - HamptjärnPSYCHONAUT 4 - Have a Nice Trip

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

HANDFUL OF HATE - You Will BleedMGLA - With Hearts Toward NoneOBTAINED ENSLAVEMENT - WitchcraftCATAMENIA - Winternight TragediesTHUS DEFILED - Wings Of The NightstormVINTERLAND - Wings Of Sorrow  - Welcome My Last ChapiterULG - WindarkWHITE DEATH - White DeathULVEGR - Where the Icecold Blood StormsDARK FUNERAL - Where Shadows Forever ReignTHY PRIMORDIAL - Where Only The Seasons Mark The Path Of TimeTOBC - What It's like to Be Undead

Autres chroniques