WOLVES IN THE THRONE ROOM

Celestial Lineage

Gentiment mais sûrement, WOLVES IN THE THRONE ROOM enchaîne les albums avec une régularité toute métronomique et un style encore assez reconnaissable bien qu'assez éloigné du style plus naturaliste d'un Diadem of 12 Stars. Voici leur 4e album complet, après 7 années d'existence, un score tout à fait honorable et crédible. Surtout vu leur style : plus les aurait enfermé dans le brouillon répétitif et donc confiné à l'oubli scénique, moins les aurait également confiné...à l'oubli, toujours en raison de leur style.

Le problème, c'est que d'albums en albums, le même refrain se répète : le groupe possède un potentiel, mais peine vraiment à l'exploiter correctement. Rappelons-nous le précédent opus et l'effet « brouillon sonore ». Alimenté par des structures musicales assez opaques et une construction musicale souvent branlante, les Etats-Uniens n'arrivaient pas à proposer quelque chose de bien fichu sur la forme, et généraient une musique complexe mais pas suffisamment travaillée et maîtrisée pour offrir un début de transcendance, chose tout à fait réalisable avec leur style de Black Metal atmosphérique bien dense. La complexité musicale, j'entends par-là celles de la construction et des structures musicales (et non la technique en soi-même), n'est pas le pain de ceux qui n'arrivent déjà pas à trouver la bonne farine. En d'autres termes, ce n'est pas donné à n'importe qui de pouvoir complexifier, densifier plutôt, sa musique tout en en sortant une musicalité noble qui tutoie l'excellence ou presque. EMPEROR et ANOREXIA NERVOSA y étaient arrivés avec brio, du moins sur certains albums. Oui, mais c'étaient de très bons groupes, qui avaient un talent musical véritable et une capacité à composer quelque chose d'inspiré. Là, WOLVES IN THE THRONE ROOM ne possède pas ce talent, et tentait malgré tout de nous emmener dans une barque qui prenait l'eau après quelques coups de rames seulement.
Sur cet album, un effort réel a été fait concernant la construction musicale. Loin des titres assez stéréotypés et peu variés du précédent album justement, le groupe tente une approche plus hétérogène avec des morceaux oscillant entre moins de 1 minute et plus de 11. Le tempo varie également, ainsi que l'approche musicale. De nombreux breaks bien atmosphériques ponctuent une musique au final pas si dense qu'à l'accoutumée. Pour une fois qu'il y a du travail structurel abouti chez WOLVES IN THE THRONE ROOM, nous n'allons certainement pas le taire ! Quant à l'ambiance, elle est toujours très soutenue. C'est bien là l'arme principale de WOLVES IN THE THRONE ROOM et il y tient. A l'image assez étrange mais très évocatrice de la pochette, WOLVES IN THE THRONE ROOMnous transporte au cœur de la forêt dense de Colombie britannique. Là où les arbres poussent tels des fantômes multicentenaires sans jamais faire attention à l'humanité.

Bref, il y a du bon sur cet album (aussi bien pour la forme que pour l'ambiance, le 1er morceau en est un bon exemple), malheureusement rien, absolument rien d'un point de vue du rendu des compos ne ressort. Là où Black Cascade était malgré tout arrivé à quelque chose, sur Celestial lineage c'est le vide intersidéral ou presque question inspiration. Pour peu que l'on ne soit pas très sensible à leur ambiance ou à la qualité musicale à proprement parler, on fait vite de se perdre en cours de route, à défaut de le faire agréablement dans l'atmosphère sombre de leurs bois. Aucun riff vraiment pertinent, aucune mélodie accrocheuse, aucun passage marquant. C'est le calme plat. L'ajout d'une voix féminine avait été, à mon avis un franc succès sur l'EP Malevolent grain (même s'il avait rebuté certains). Cette fois-ci c'est vraiment du gâchi. Le 5e morceau, très intelligemment nommé Woodland cathedral aurait pu vraiment donner l'occasion d'un excellent morceau bien ensorcelant. Au lieu de ça, il nous assène une musique soporifique sans saveur, doublée par une voix féminine vraiment agaçante. On a au bout de deux bonnes minutes qu'une envie : zapper !

Insipide, je crois que c'est vraiment le mot qui caractérise le mieux ce nouvel opus, qui s'en sort de justesse uniquement pour la qualité formelle et l'ambiance, qui bien que présentes, n'en restent pas moins assez inégales sur l'ensemble des presque 49 minutes de musique proposées ici...

par Baalberith, le 15/09/2011

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ASMUND - Песнь кровиVINTERSORG - Ödemarkens SonMENHIR - ZiuwariCOSMIC CHURCH - YlistysSUMMONING - With Doom We Come THUS DEFILED - Wings Of The NightstormULG - WindarkTOBC - What It's like to Be UndeadPLANETSHINE - Way to NowhereKALMANKANTAJA - WaldeinsamkeitSALE FREUX - VindilisENSLAVED - Vikingligr Veldi

D'autres albums d'ambiance Nature recommandés

THROES OF DAWN - PakkasherraTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritDISMAL EUPHONY - Autumn Leaves: The Rebellion of TidesAGALLOCH - The MantleTHY SERPENT - Forests Of WitcheryTHROES OF DAWN - Quicksilver CloudsTHE CALL - The CallPAYSAGE D'HIVER - Paysage d'HiverCEREMONIAL EMBRACE - OblivionEVOHE - Tellus MaterCATAMENIA - Location : Cold

Autres chroniques