VARGSANG

In the Mist of Night

Qui s'attendait à un tel retour ? Aucune nouvelle, nada, que dalle pendant plus de 6 ans, on pouvait presque croire le projet à l'arrêt, mais un beau matin de Septembre Obscure Abhorrence annonce l'air de rien le retour après tant d'années du grand VARSANG, plus fidèle à sa ligne de conduite que jamais, évidemment.

Incontournable référence dans la famille des DARKTHRONE-worship, il est inutile de dire que ce nouvel album tient toutes ses promesses. Après un superbe Werewolf of Wysteria en 2008, dans le style imparable du bonhomme bien que mieux produit et plus varié qu'auparavant, In the Mist of Night se situe dans la continuité directe. La production est certes un poil plus propre, mais le niveau de composition est tel que cela en devient presque un faux problème.

La particularité ici, c'est la forte présence du synthé, bien plus marquée que sur l'album précédent et parfois dominant sur certains passages, on pourrait citer « Chains of Life », le titre éponyme et bien d'autre encore. Ceux que cet instrument dérange risquent de faire la tronche, mais cela ne gêne pourtant en rien l'intensité de l'album, au contraire. Vargsang a acquis avec le temps un vrai savoir faire pour donner une identité forte à ses titres : soit des riffs seuls s'imposent (« Lifeless Eternal », « Captured in the Dark », etc.) soit le titre adopte un rythme très entrainant, comme sur celui d'ouverture ou encore « There is no Heaven », titre phare de mon point de vue, à la structure et au refrain terriblement prenants. C'est simple, à l'image du précédent album, chaque titre se détache assez facilement sur la durée, proposant une aura unique, forte, où il fait bon se réfugier avec le temps.

Petit reproche ceci dit, la voix. Pourtant grande caractéristique du sire, glaçante à souhait, elle me semble ici moins marquante que sur les sorties précédentes. L'épreuve du temps certainement, excusable donc, d'autant que c'est un changement minime, mais quand même, je n'ai pas ce frisson qui me parcourt l'échine comme avant.

Un retour en tout cas salutaire. Dans ce flot de sorties qui s'entassent sans savoir où aller, se cherchant vainement dans des expérimentations inutiles, VARGSANG s'est trouvé depuis longtemps, et continue de s'imposer de manière impressionnante. Hails à lui !

par Blaise, le 16/12/2014

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

ARMAGEDDA - Only True BelieversARMAGEDDA - Ond Spiritism - Djefvulens SkalderSACRIFICIA MORTUORUM - Damnatorium FerrumHETROERTZEN - Flying Across The Misty GardensONE MASTER - Forsaking A Dead WorldZERVM - Nihil Morte CertivmCHADENN - ChadennARMAGGEDON - I.N.R.I. (I, Nazarene, Recognize My Impurity)ORTHANC - L'Âge de RaisonASGEIRR - Diktat AllianzTORTURIUM - Misanthropic Angels Burning WindsBATHORY - Under the Sign of the Black Mark

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

EMPEROR - Anthems To The Welkin At DuskEMPEROR - In The Nightside EclipseTAAKE - Nattestid Ser Porten VidOBTAINED ENSLAVEMENT - WitchcraftOBTAINED ENSLAVEMENT - SoulblightOBSIDIAN GATE - The Nightspectral VoyageSETH - Les Blessures de L'AmeSETH - By Fire, Power Shall Be...ARTHEMESIA - Deus-IratusDIMMU BORGIR - StormblastLUNAR AURORA - Ars MoriendiMISTELTEIN - Rape In Rapture

Autres chroniques