VARGNATT

Grausammler

Après deux démos, un ep et 8 années d'existence, le one-man-band allemand VARGNATT sort enfin son premier album. VARGNATT, c'est l'aventure d'un seul homme, Evae, que l'on retrouve notamment dans un autre projet de Black Metal, IMPAVIDA, d'une qualité toute autre...

Ici, c'est l'aspect mélodique qui domine, tout au long des presque 40 petites minutes de l'album. Les riffs sont effilés et incisifs, partageant leur efficacité avec celle d'autres riffs plus typiques, au sein d'une construction très classique mais très bien maîtrisée. Les breaks sont présents sans être trop nombreux, mais offrent suffisamment de rebondissement pour nier toute linéarité, tout en offrant à chaque morceau un fil directeur tout à fait crédible (qui paraîtrait même un peu surexploité sur certains morceaux, en tout cas pour ceux qui sont les moins sensibles à l'efficacité mélodique). La voix n'a rien d'exceptionnel mais assure le minimum, avec un petit côté dépressif qui plaira à quelques-uns. De cet ensemble simple et efficace ressort un rendu vraiment intéressant : les mélodies sont inspirées et plaisantes (le premier morceau est à ce niveau exemplaire), s'orientant parfois sur des passages plus calmes et tout aussi crédibles. Les nombreux ajouts de cordes et de guitare sèche ajoutent à la subtilité d'un album qui n'en manque pas. On se croirait parfois sur du FROSTSEELE lors de son premier excellent album de 2012. Le feeling et le rendu sont finalement assez proches, même si le niveau de travail est malgré tout inférieur.

Le visuel est un semi-succès. En effet, le visuel en lui-même est de qualité : les dessins trempés dans un ensemble cartonné font irrémédiablement pensé à Overcoming Babel de LUTOMYSL, les fans du genre apprécieront. L'ensemble est très agréable au toucher, les graphismes sont assez simples mais évocateurs, dans un effet général homogène, en noir et blanc, dans un livret 16 pages. Cependant, le pagaging du digipack est mal conçu : il s'agit d'un simple carton dans lequel est glissé le livret d'un côté et le CD de l'autre. Ce choix (qui doit réduire les coûts de production) est hélas de plus en plus courant, mais il oblige celui qui le manipule à bien tenir la partie contenant le CD au risque que ce dernier ne tombe et se raye ou se casse ! Côté ambiance, c'est également très intéressant, avec un concept qui oscille entre la réflexion métaphysique et l'occulte, encore une fois comme le premier album de FROSTSEELE.

Un album simple, mélodique et très efficace : ça fait plaisir !

par Baalberith, le 23/06/2015

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

THROES OF DAWN - PakkasherraWINDIR - ArntorWINDIR - 1184WINDIR - LikferdGRAVEWORM - When Daylight's GoneCATAMENIA - EshkataCATAMENIA - Chaos BornDAWN - Slaughtersun - Crown of the TriarchyALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityTHY PRIMORDIAL - Where Only The Seasons Mark The Path Of TimeNEGATOR - Old BlackTHE CALL - The Call

D'autres albums d'ambiance Cosmique recommandés

HARAKIRI FOR THE SKY - AokigaharaONIRISM - The Well of StarsMESARTHIM - IsolateMESARTHIM - PillarsASTRAL PATH - An Oath to the VoidBLOOD OF KINGU - Sun in the House of the ScorpionELDRIG - UrlagarneBLUT AUS NORD - Memoria Vetusta III: Saturnian PoetryGRIEVANCE - The Phantom NovelsLEVIATHAN (USA) - True Traitor, True WhoreARCKANUM - HelvítismyrkrNUMENOREAN  - Home

Autres chroniques