URFAUST

Empty Space Meditation

URFAUST revient en 2016 avec un nouvel album : Emtpy Space Meditation. Il était attendu, car après plusieurs splits et EP, c’est à 2010 qu’il faut remonter pour trouver le dernier LP en date d’URFAUST (Der freiwillige Bettler). L’album est découpé en six pistes nommées Meditatum I à VI pour 43 minutes de musique (dont 5 min d’intro), ce qui n’est pas si mal pour le groupe. 

Quels sont les changements dans ce cru 2016 d’URFAUST ? Tout d’abord une production plus lisse mais plus dense, en tout cas plus propre, et à mille lieux des anciennes sorties du groupe. Les compositions, assez courtes pour le groupe (de 5 à 10 minutes), sont pleines de claviers atmosphériques, délaissant quelque peu l'approche minimaliste. 

"Meditatum I" est une sorte d’introduction, où les grognements et les feulements s’imbriquent avec les nappes de clavier. La deuxième piste démarre sur un blast (comme quoi tout arrive), accompagné de nappes de clavier. On est en plein black atmosphérique ! Hurlements suraigus et d’un coup, arrive de nouveau notre voix claire bien-aimée. Cette piste se classe directement parmi les plus réussies du groupe, malgré une construction un peu prévisible. La fin de la piste est d’ailleurs appréciable avec ses nappes de claviers ulcérées par les parasitages des effets.

"Meditatum III" va encore plus loin dans l’aspect doom metal, avec des voix qui lorgnent presque par moments vers ULVER ou ARCTURUS période La Masquerade Infernale (à partir de 5’10). Le rythme est très, très lent, et avec ces claviers atmosphériques cette piste ne serait pas reniée par SHAPE OF DESPAIR. Intéressante, et ma foi plutôt originale, en tout cas ça fonctionne bien - la suivante lui est très similaire, et on peine à se sentir concerné. 

Heureusement, "Meditatum V" raccroche notre intérêt avec une piste un peu plus rythmée (il y a même un peu de double pédale), où les effets sur la voix sont pertinents. La piste "Meditatum VI" est assez surprenante également, avec ses guitares acoustiques proches de la cithare, cette impression presque orientale mélangée aux plaintes de Willem. 

Un bon album, qui contient un certain lot d’innovations ("Meditatum III", "Meditatum VI", la production) mais qui reste malheureusement un peu handicapé par une grande disparité d’intérêt entre les titres - "Meditatum II" étant nettement plus appréciable que le reste de l’album. 

Un bon album, mais pas un indispensable du groupe, qui présente diverses possibilités (à creuser ?) d’évolution, URFAUST ayant pris l'habitude de nous faire quelque chose de différent à chaque sortie. 

par obsoletedream, le 07/12/2016

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

AFSKY - SorgLOTH - ApocrypheSUNKEN - DeparturePURE WRATH - Ascetic EventideSOLBRUD - VemodSOLBRUD - JaertegnPLANETSHINE - Way to NowhereSALE FREUX - VindilisRUNESPELL - Unhallowed Blood OathPURITAS VIRGINUM - Décennie de SouffranceAN AUTUMN FOR CRIPPLED CHILDREN - The Long GoodbyeMACABRE OMEN - The Ancient Returns

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

HANDFUL OF HATE - You Will BleedMGLA - With Hearts Toward NoneOBTAINED ENSLAVEMENT - WitchcraftCATAMENIA - Winternight TragediesTHUS DEFILED - Wings Of The NightstormVINTERLAND - Wings Of Sorrow  - Welcome My Last ChapiterULG - WindarkWHITE DEATH - White DeathULVEGR - Where the Icecold Blood StormsDARK FUNERAL - Where Shadows Forever ReignTHY PRIMORDIAL - Where Only The Seasons Mark The Path Of TimeTOBC - What It's like to Be Undead

Autres chroniques