UR

Sunt Lacrimae Rerum

Encore un groupe / un album / une scène qui n'intéresse personne, malgré sa qualité intrinsèque évidente. Mais que voulez-vous, les groupes de ce microcosme basque ne sont ni sur un gros label, ni sur un petit label à la mode, et ils ne se prostituent pas non plus sur facebook. Bref, ils demandent un peu trop d'effort au péquin moyen pour se risquer à s'y intéresser, du vrai ug en somme. 

Et j'entend déjà certaines mauvaises langues dire "Si ça n'intéresse personne, c'est peut-être parce que c'est de la merde aussi, non ?" Oui. Peut-être. Mais non, pas du tout. J'écris justement ces quelques lignes pour l'expliquer.

Premièrement, UR offre une sensibilité peu commune, une approche différente d'un BM pourtant classique, qu'on ne retrouve pas forcément chez les autres projets de la personne à l'origine de ce one-man-band. Le split précédent, avec SENTIMEN BELTZA et OSTOTS — deux groupes à connaitre si ce n'est déjà fait — montrait déjà une manière de faire plus épurée que la moyenne, à la conviction certaine, où très peu de notes suffisent à stimuler notre moelle épinière.

Ici, le minimalisme n'est pas aussi poussé qu'avant, mais heureusement, la manière de faire reste approximative (le charme vient souvent de là), les arrangements sont très, voire trop faciles, presque évidents, mais les sentiments insufflés dans ces hurlements glaçants, ces mélodies désespérées, ces breaks, se révèlent terriblement touchants et attachants. C'est toute la force du projet : UR sait faire parler l'insignifiant, sait y donner du sens. Le titre en latin n'est pas un hasard ; pouvant se traduire par "Les larmes des choses", il se justifie par une tristesse omniprésente, même sur des éléments a priori insignifiants, anodins. Comme les éléments folks sur le troisième titre par exemple, pouvant rappeler le premier DIAMOND EYED PRINCESS. La bonne époque.

Bref, UR, ce n'est certes pas le haut du panier, ni indispensable à se crever les yeux et les oreilles, mais cette sensibilité unique et à fleur de peau fait à mon sens cruellement défaut chez bon nombre de formations actuelles. Conseillé pour ceux qui regrette l'aseptisation ambiante des sorties BM actuelles. Cet album est plein de défauts, plein de microbes, et des bons, miam. 

par Blaise, le 07/06/2016

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

EMPEROR - In The Nightside EclipseTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritSETH - Les Blessures de L'AmeSETH - By Fire, Power Shall Be...ASTARTE - Rise From WithinASTARTE - Quod Superius, Sicut InferiusVORDVEN - Towards The Frozen StreamsTHYRFING - Valdr GalgaMORGUL - Lost In The Shadows GreyMORGUL - Parody Of The MassLUNAR AURORA - Ars Moriendi

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

DODSFERD - Cursing Your Will to LiveDRAPSNATT - Hymner Till UndergångenWOODS OF INFINITY - HamptjärnSKYFOREST - AftermathBLODSRIT - HelvetshymnerDRAPSNATT - I Denna SkogDEAFHEAVEN - SunbatherGERM - EscapeHYADNINGAR - Imminent Useless SoulURFAUST - EinsiedlerKVIST - For Kunsten Maa Vi Evig VikeBLOOD RED FOG - Harvest

Autres chroniques