UR / SENTIMEN BELTZA / OSTOTS

Split

Le pays basque a beau être un petit territoire, c'est un endroit relativement fertile en matière de BM. On pourrais citer des groupes comme ELFFOR, NUMEN ou encore ILBELTZ qui se sont fait connaître (et apprécier) en dehors de leurs frontières, et dans ces pages également. Avec ce split, trois bons "groupes" (one-man-band techniquement) peuvent se rajouter à la liste. Et si on le savais déjà pour SENTIMEN BELTZA, c'était peut être moins sûr pour UR et OSTOTS, qui pourtant ne déméritent pas dans leur genre.

Les trois formations officient grossièrement dans la même veine, à savoir un black atmo simple et répétitif, plutôt porté sur le dépressif. UG oblige, c'est assez mal produit, mais c'est ce qui fait le charme après tout. UR se distingue des deux autres par un black encore plus épuré, légèrement ambiant parfois ("Zutoihalak Sutan"), avec même quelques passages à la guitare sèche ("Garapena"). Des compos étirées en longueurs avec des riffs d'une grande simplicité et pourtant très touchants pour qui apprécie cette façon de faire. Les vocaux, plaintifs et lointains, transmettent eux un réel sentiment de désespoir.

De son côté, SENTIMEN BELTZA excelle, comme à son habitude. Il faut dire que le bonhomme derrière le projet, Oindurth SaVinitta (OWL'S BLOOD, NAKKIGA) est non seulement prolifique mais aussi sacrément doué. Pas de surprise pour les connaisseurs, c'est un BM lancinant, sombre et désespéré. Les accélérations sont d'une efficacité redoutable, sans pour autant perturber l'homogénéité de l'ensemble. Deux titres pour à peine 16 minutes, qui auraient pu sans problème figurer sur l'album de la même année (sûrement des chutes d'ailleurs). En tout cas c'est amplement suffisant pour se convaincre une nouvelle fois du talent de ce basque.

OSTOTS enchaîne à son tour, le projet le plus Burzumien des trois certainement, le plus raw également. Les riffs dégagent une intensité certaines mais demanderont à l'auditeur une attention particulière sous peine de passer à côté. La voix est râpeuse et pleine de haine mais laisse un peu à désirer par moments, n'étant pas du tout puissante elle ne transmet pas beaucoup. Heureusement que le reste est là. Le dernier titre tranche avec les deux autres, le son est très différent, je ne sais pas où ils sont allés le chercher (un vieux titre sûrement) mais la prod est encore plus étouffée, et si l'ensemble y perd, la voix gagne en intérêt bizarrement, un peu à la KRISTALLNACHT des débuts, mais beaucoup moins mise en avant. Dommage, c'était bien parti.

Un bon split, pas essentiel mais qui ravira les amateurs de trucs mal produits et sincères (et ils sont nombreux dans le BM ces gens-là). Le désespoir touche définitivement le pays basque, et ça ne risque pas de s'arranger. Je recommande !

par Blaise, le 27/12/2012

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ANTLERS - Beneath.Below.BeholdTHIASOS DIONYSOS - SatyrDRAUGNIM - Horizons LowBORKR - AmberOSCULUM INFAME - Dor-Nu-FauglithMOTHER DARKNESS - One Hundred Years of EmptinessAUSTERE / ISOLATION - BleakDRUDKH - Autumn AuroraKALMANKANTAJA - WaldeinsamkeitENTHRONED - Prophecies of Pagan FireERED WETHRIN - Tides of WarVINTERSORG - Ödemarkens Son

D'autres albums d'ambiance Dépressive/Suicidaire recommandés

THE ARRIVAL OF SATAN - Vexing VersesLYRINX / ELYSIAN BLAZE / D.O.R - Universal AbsenceWOODS OF DESOLATION - Torn Beyond ReasonAUSTERE - To Lay Like Old AshesTHY LIGHT - Suici.De.pressionDODSFERD - Spitting with Hatred, The Insignificance of LifeFORGOTTEN TOMB - Songs To LeaveGRIEFLOSS - RuinerLIFELOVER - PulverNYKTALGIA - PeisithanatosNYKTALGIA - NyktalgiaLYRINX - Nihilistic Purity

Autres chroniques