TRAUTONIST

Trautonist

TRAUTONIST est le projet parallèle de Dennis Blomberg, connu pour être le géniteur du bon groupe allemand de Black mélodique VARGNATT. Du coup, une chose est sûre : le gars a un potentiel et il sait maîtriser seul une musique. Sachant que celle de TRAUTONIST n’a rien à voir avec ce qu’il faisait sur VARGNATT, la question est de savoir si le monsieur est capable de maîtriser plusieurs style... Heureusement pour nous, la réponse est oui…

A l’image de beaucoup de groupes aujourd'hui, TRAUTONIST fait du Black Metal atmosphérique shoegaze. Comme j’en ai l’habitude, je ne présente dans ces colonnes que les groupes qui méritent d’être portés à votre connaissance et celui-ci en fait partie. On y retrouve bien sûr toutes les caractéristiques du style : atmosphères denses, plutôt mid-tempo, avec une rythmique bien présente. TRAUTONIST a, au-delà de ce constat, quelques avantages que trop d’autres groupes n’ont pas : une voix Black suffisamment intense et un rendu mélodique intéressant, assez discret dans sa réalisation, mais présent tout au long de chaque morceau. Le rythme n’est pas toujours calme, il s’emporte au contraire régulièrement, ce qui permet à la musique du groupe de gagner en puissance et de perdre en linéarité stérile.

Côté inspiration, rien d’extraordinaire, mais un ensemble très honnête qui manque un peu de force et de rapidité sur la longueur pour se démarquer des classiques du genre, mais qui n’en reste pas moins intéressant. A cet égard, le quatrième morceau apparaît comme un exemple à généraliser. Le dernier morceau reprend un peu la même recette, preuve que le groupe en est capable. L'ajout de voix féminines çà et là n'apporte pas grand chose, je dirais même qu'il accentue l'effet un peu pompeux du rendu...

Les albums de Black shoegaze et de Post-BM ne sont pas réputés pour leur visuel recherché. Il arrive aussi qu’ils flirtent avec le concept urbain (ex : LANTLOS, HYPOMANIE, AMES SOEURS). Ici nous avons le droit aux deux : concept urbain et visuel assez médiocre. A l’image de la pochette franchement passable, l’ensemble du digipack en triptyque cartonné exploite l’intérieur d’une rame de métro sur fond bleu-noir sombre. Quelques unes des paroles sont apposées à l’intérieur avec une police neutre, et c’est très moche. Côté ambiance, la présence d’atmosphères envahissantes permet de s'y plonger facilement. Il faut juste oublier le concept et se contenter de la mélancolie qui s’en dégage.

Un bon album de Black shoegaze avec une bonne voix et de l’émotion dans ses atmosphères. La durée (moins de trente-cinq minutes), le manque de violence et de mélodies prenantes l’empêche pourtant de devenir indispensable dans le style, c’est dommage.


par Baalberith, le 20/12/2017

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

FROM THE SUNSET, FOREST AND GRIEF - ...Empty, Cold & Forgotten... BEHEMOTH - ...From the Pagan VastlandsANTLERS - A Gaze into the AbyssCANIS DIRUS - A Somber Wind from a Distant ShoreABHOR - Ab Luna Lucenti, Ab Noctua ProtectiASGAROTH - Absence Spells Beyond. . .ZURIAAKE - Afterimage Of AutumnBORKR - AmberASTRAL PATH - An Oath to the VoidLUMNOS - Ancient Shadows of SaturnLUNAR AURORA - AndachtVIOLET COLD - Anomie

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

KVIST - For Kunsten Maa Vi Evig VikeANCIENT - SvartalvheimEPHELES - Je Suis AutrefoisPESTE NOIRE - La Chaise-DyableFEAR OF ETERNITY - Toward the CastleWOODS OF INFINITY - HamptjärnCELESTIA - Frigidiis Apotheosia: Abstinencia GenesiisWOLFSHADE - TroubleNOCTURNAL DEPRESSION - Four Seasons to a DepressionDODSFERD - Cursing Your Will to LiveBLODSRIT - HelvetshymnerPENSEES NOCTURNES - Grotesque

Autres chroniques