TORMENTOR

Anno Domini

A la fin des années 80, le Black Metal connait ses heures de gloire avec la sortie d'albums qui posent les bases d'un genre qui ne demande qu'à exploser, en s'inspirant des ambiances ultra sataniques d'un VENOM, et de la furie primitive du Thrash Metal d'un SODOM. C'est dans ce milieu qu’apparaît TORMENTOR, groupe hongrois qui compte dans ses rangs Atilla Csihar, le même qui deviendra célèbre grâce à sa performance vocale unique sur le monumental De Mysteriis Dom Sathanas des Norvégiens de MAYHEM.
D'ailleurs, le lien entre MAYHEM et TORMENTOR ne s'arrête pas là, puisque les Hongrois devaient sortir leur album chez Deathlike Silence prods, le label d'Euronymous, mais le deal n'a pu aboutir. Anno Domini sortit donc en autoprod comme une démo tape.
Musicalement TORMENTOR sur ce Anno Domini est totalement ancré dans la première vague de Black Metal, influencé directement par la violence de SODOM, et celle de BATHORY, s'inspirant aussi de ses ambiances occultes, mais en apportant sa touche personnelle qui fait toute la différence et toute la grandeur de cet album.
Anno Domini c'est du Black Metal à l'ancienne qui ne laisse pas beaucoup de répit à l'utilisateur, qui utilise des riffs thrashy simplistes et violents, mais avec un feeling mélodique, qui sonne comme du Heavy totalement épuré de toutes facéties pour ne garder que le coté accrocheur, qui ajoute une pure magie à la musique des Hongrois. On sent qu'ils ont écouté beaucoup de Heavy Metal, de BLACK SABBATH à MERCYFUL FATE.
L'alchimie entre musique sans pitié et mélodies simples mais accrocheuses, avec des solos vraiment prenants, aérant quelque peu les morceaux est ce qui fait toute la force de cet album. TORMENTOR sait se faire haineux comme sur des morceaux tels que "Tormentor", "Heaven", "Damned Grave", "Trance". Mais il sait aussi dégager des ambiances qui transportent l'auditeur directement dans des ruines transylvaniennes. Des morceaux comme "Elizabeth Bathory" (qui sera repris plus tard par les suédois de DISSECTION), "In Gate of Hell", "Beyond", sont parfaits pour renforcer l'ambiance magique du disque entre ses brûlots barbares sans aucune pitié.
Ce Anno Domini me semble quelque peu méconnu auprès du public Black Metal, mais il vaut réellement le détour, un disque qui a très sûrement influencé des groupes comme SATYRICON ou DISSECTION. Et qui selon moi a très bien vieilli, il va sûrement plaire à pas mal de personnes qui auraient fait l'erreur de passer à coté. Si vous cherchez une ambiance qui sente la vieille magie, que vous ne détestez pas le vieux BM un peu Thrashy, il ne reste qu'une chose à faire, se procurer la réédition sortie en 2008, qui se trouve facilement pour pas trop cher et qui a pour seul défaut d'avoir un nouvel artwork qui a mon sens représente moins bien l'album que l'ancien.

par Placenta, le 08/08/2011

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

CLANDESTINE BLAZE - Fist of the Northern DestroyerCLANDESTINE BLAZE - City of SlaughterDARKTHRONE - A Blaze in the Northern SkyDARKTHRONE - Under a Funeral MoonBATHORY - Under the Sign of the Black MarkGORGOROTH - Under the Sign of HellDARKTHRONE - Transilvanian HungerGRAVEN - Reborn Misanthropic SpiritPESTNACHT - Nosophoros, of Blackness and MisanthropyAUTARCIE - Retour en crassePHLEGEIN - From the Land of DeathNADIWRATH - Circle of Pest

D'autres albums d'ambiance Satanique recommandés

ANGELSCOURGE - Seraph ImpalerFÖRGJORD - UhripuuPHLEGEIN - From the Land of DeathFALLAKR - LVCLUCIFERIAN RITES - When the Light DiesRIENAUS - SaatanalleAEGRUS - Devotion for the DevilTHROMOS - HauresRITUALS OF A BLASPHEMER - Mors Inumbratus Supra SpiritusSARKRISTA / SIELUNVIHOLLINEN - SplitCAEDES CRUENTA - Skies DaimononSARKRISTA - The Evil Incarnate

Autres chroniques