TODESSTOSS

Jenseitslüge

Voilà encore un énième rejeton de BURZUM ! Tout y est ! Le membre unique, les morceaux ambiant joués sur clavier bontempi, la technique très moyenne, les pains, la voix hurlée suraigüe, les longs titres (3 au total d’une moyenne de 8 minutes, intro et outro exclues). Cependant n’allez pas croire qu’il suffit de cumuler ces éléments pour prétendre faire du BURZUM, car Varg possédait une chose qui n’est pas donnée à tout le monde, une forme de ‘génie créatif’ et un sacré feeling. Hélas ces deux derniers éléments manquent cruellement à cette réédition de démo.

Dire que c’est mauvais tiendrait presque de l’euphémisme tant on s’emmerde sec sur cet album. Les riffs sont d’une banalité déconcertante et surtout mal exécutés ; alors certes la saturation tient  ici le rôle de cache misère mais l’oreille attentive ne s’y trompera pas, ce type joue mal, d’ailleurs il faudrait lui expliquer qu’il y a une différence entre utiliser des dissonances et jouer faux, mais c’est un autre problème. Du reste, inutile d’entrer plus dans les détails, cela n’en vaut pas la peine.

Alors bon, on a compris que niveau gratte ce n’est pas trop ça ; mais peut être que la batterie s’en sort mieux ? Pour le coup il ne faudra pas compter sur elle non plus. Impossible pour le batteur de tenir un tempo plus de 45 secondes, la technique est impressionnante de nullité, les rares blast sont si mauvais et si peu maîtrisés qu’il aurait dû se contenter de faire du mid-tempo comme sur l’essentiel de l’album, ça au moins, tout le monde y arrive.

Et la voix alors… ? Hurlée, suraigüe, incompréhensible, saturée, proche d’un Varg qui aurait une angine.Mais la médiocrité ne s’arrête pas à l’aspect musical, allez donc jeter un œil sur la pochette de l’album ! Faite au crayon HB et au fusain on dirait le dessin gagnant d’un concours pour des enfants de cours élémentaire.

Cependant tout n’est pas à jeter au four, il faut reconnaître que de très rares passages ne sont pas mauvais notamment sur le quatrième morceau avec ce break au chant plaintif, mais ils ne justifient en rien l’acquisition de cette galette.

En définitive ce n’est pas avec ce genre de prod qu’on peut affirmer que le black a de beaux jours devant lui ; j’imagine cependant que ce type de produit peut plaire à une certaine frange des amateurs de black suicidaire, la moins exigeante, celle qui se paluche sur des prods limitées à 25O exemplaires qu’on trouve parfois en format A5, mais dans mon cas il arrive un moment où on exige un peu plus d’un groupe et surtout pas qu’il fasse le choix de la facilité et de la médiocrité au nom d’une prétendue intégrité.

par Marek, le 28/03/2009

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

EMPEROR - In The Nightside EclipseTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritSETH - Les Blessures de L'AmeSETH - By Fire, Power Shall Be...ASTARTE - Rise From WithinASTARTE - Quod Superius, Sicut InferiusVORDVEN - Towards The Frozen StreamsTHYRFING - Valdr GalgaMORGUL - Lost In The Shadows GreyMORGUL - Parody Of The MassLUNAR AURORA - Ars Moriendi

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

AFSKY - SorgULG - WindarkRUNESPELL - Unhallowed Blood OathDEADWOOD - Picturing a Sense of LossWHITE DEATH - White DeathDARK SONORITY - KaosrekviemMIST OF MISERY - Shackles of LifeAU CHAMP DES MORTS - Dans la joieEMPEROR / ENSLAVED - Emperor / Hordanes LandARKONA (POL) - LunarisURFAUST - Der Freiwillige BettlerURFAUST - Trúbadóirí Ólta an Diabhail

Autres chroniques