THROMOS

Besessen

Moins de huit mois, c’est ce qu’il a fallu aux Allemands de THROMOS pour nous sortir un nouvel album, le 7e en huit ans. Le rythme de croisière est apparemment atteint et nous ne serions pas surpris si un prochain album sortait en début d’année prochaine ! Alors la question que l’on se pose : pourquoi aller aussi vite ? Certes, le style adopté demande davantage de verve et d’inspiration que de travail formel, mais là ça fait un peu beaucoup, d’autant que le résultat est somme toute décevant…

Que les fans ne s’inquiètent pas, THROMOS ne s’est pas lancé dans le Black atmo et continue de développer une musique éminemment orthodoxe. Le rythme est assez soutenu, et l’approche reste crue dans la réalisation musicale. Les riffs ciselés évoluent tranquillement tout au long de l’album, sans laisser grand répit à l’auditeur. Le problème alors ? Le son est trop terne, trop policé. Il manque à cette musique beaucoup de relief et d’intensité, de la fougue et de la puissance, éléments essentiels pour faire un bon album de Black orthodoxe. La voix également est sous-mixée et ne ressort pas du tout. Les breaks sont peu marqués, mal mis en évidence et n’offrent aucune force à des structures finalement très plates, voire linéaires. Quant aux mélodies, tout à fait présentes (et parfois même intéressantes comme sur le 2e et 5e morceaux, comme quoi !), elles ne ressortent pas et il est difficile de trouver des passages vraiment accrocheurs. On se surprend même à perdre le fil de l’écoute si l’on n’est pas attentif. Mauvais signe s’il en est !

Visuellement, rien de nouveau : la pochette suit la logique adoptée par le groupe depuis le début, à savoir un fond noir et quelques éléments significatifs appliqués dessus. Un coup ce sont des symboles ésotériques (comme ici), un coup c’est plutôt une pose évocatrice (comme sur l’album précédent). C’est de l’orthodoxe, donc rien de bien étonnant, ni de vraiment gênant. Le livret est également du même style, avec seulement un regrettable posing live qui casse un peu le concept. Ce dernier, toujours satanique et ésotérique est, à l’image de la musique, correct, mais en-dessous de ce à quoi le groupe nous avait habitués.

Peut-être le moins bon album des Allemands, préférez-y le précédent album, voire les deux d’avant si vous devez découvrir le groupe ! Pour les fans (du groupe et/ou du style), ils apprécieront cet album à sa « juste » valeur.

A trop vouloir se précipiter…

par Baalberith, le 24/05/2016

D'autres albums de Black Metal orthodoxe recommandés

KAPEIN - GolgothaGLORIOR BELLI - Sundown (The Flock That Welcomes)AUGURE FUNEBRE - Au travers des forêts profondesMAQUAHUITL - Blood of Kings and Ancestral MightOBSCURUS ADVOCAM - Verbia DaemonicusDARVULIA - L'Alliance Des VeninsOSCULUM INFAME - Axis of BloodKHOLD - Mörke Gravers KammerKRIEG - The IsolationistGLORIOR BELLI - Meet Us at the Southern SignTAAKE - ...DoedskvadSIELUNVIHOLLINEN - Syvyydestä

D'autres albums d'ambiance Satanique recommandés

MARDUK - WormwoodWARLOGHE - Womb Of PestilenceLUCIFERIAN RITES - When the Light DiesDARK FUNERAL - Vobiscum SathanasOBSCURUS ADVOCAM - Verbia DaemonicusGORGOROTH - Under the Sign of HellDARKTHRONE - Under a Funeral MoonDEVILISH ERA - Under The Aegis Of The MegathropistFÖRGJORD - UhripuuENTHRONED - Towards The Skullthrone Of SatanABIGOR - Time is the Sulphur in the Veins of the SaintAMON - The Worship

Autres chroniques