TARTAROS

The Grand Psychotic Castle

Avant de devenir un compositeur et producteur de hits pour la télévision et de musique hip-pop, avant de déménager pour ce nouveau travail aux Etats-Unis, Joachim "Jay Arr" Rygg était Charmand Grimloch, claviériste et compositeur norvégien de son état, ayant joué en live pour EMPEROR et surtout, géniteur du célèbre groupe à la fin des années 1990 : TARTAROS. Après avoir sorti une première démo en 1994 (The Heritage from the Past), le one-man-band sort son premier ep en 1997 (la même année que le célèbre Anthems to the Welkin at Dusk d'EMPEROR ; l'anecdote est finalement important car on ressent quelques influences notables) : The Grand Psychotic Castle. La machine est lancée !

Dès l'introduction, on ressent bien le talent de ce groupe et de Grimloch : certes nous ne sommes pas dans un  Black Metal symphonique bien original sur la forme, mais quelle maîtrise ! Musicalement, le style n'a rien de simple, avec de belles envolées aux claviers et une structure plutôt variée, dotée de bons breaks et rebondissements, au sein desquelles les guitares sont loin pourtant d'être oubliées (cela même si elles ne sont pas très travaillées dans leur exécution). La voix, bien haineuse, ainsi que l'utilisation de claviers finalement très hypnotiques, rendent hommage à cette musique, en soutenant autant les ambiances que la musique. De ces 5 morceaux originels (d'une durée à peine supérieure à 25 minutes) auxquels viennent s'ajouter un bonus inutile pris à l'album suivant et une instrumentale (cette fois-ci bien utile, car prise à un projet avorté : THETHRILL) de la réédition de 1999, rien ne vient jurer : l'inspiration est clairement présente et on ne s'ennuie pas une seconde !

Les ambiances sont ici donc totalement jouissives ! Difficile à l'écoute de ce petit opus de ne pas être plongé dans les méandres d'un château du XVIIIe ou XIXe siècle, à l'image de la pochette. Le dernier morceau de la réédition promettait un projet parallèle dans la plus pure veine d'une ambiance du type du film Hantises, mais nous n'en saurons certainement jamais plus ! On retrouve cette ambiance dans certains autre vieux opi, à commencer par ceux de MORGUL, mais avec moins de réussite. Dommage que le visuel ne suive pas, car (et encore, la réédition est meilleure de ce côté que l'original) on n'a le droit à aucun livret, juste une pochette évocatrice et un digipack en triptyque cartonné.

Une bien belle réussite qui bien que trop courte, enchantera les fans (et peut-être les autres) !

par Baalberith, le 19/10/2013

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

ALGHAZANTH - Wreath of ThevetatNOKTURNAL MORTUM - WeltanschauungHORTUS ANIMAE - Waltzing MephistoMOONSORROW - Voiamasta Ja KumiastraALGHAZANTH - Vinum Intus MOONSORROW - VerisäkeetCRADLE OF FILTH - Vempire (Or Dark Faerytales In Phallustein)MOONSORROW - V: HävitettySKYFOREST - UnityEQUILIBRIUM - Turis FratyrWINDRIDER - To New Lands... ALGHAZANTH - The Three-Faced Pilgrim

D'autres albums d'ambiance Gothique/Romantique recommandés

ASGAROTH - Absence Spells Beyond. . .VAMPIRIA - Among MortalsFAR BEYOND - An Angel´s RequiemGRAVEWORM - As The Angels Reach The BeautyCRADLE OF FILTH - Cruelty And The BeastHECATE ENTHRONED - Dark Requiems And Unsilent MassacreANOREXIA NERVOSA - DrudenhausCRADLE OF FILTH - Dusk And Her EmbraceGRAVEWORM - Engraved In BlackZWARTPLAAG - HaatstormLIMBONIC ART - In Abhorrence DementiaBELENOS - L'ancien Temps

Autres chroniques