SVARTI LOGHIN

Drifting Through the Void

Deux ans après leur premier album, les Suédois de SVARTI LOGHIN reviennent avec un deuxième album dans une veine assez identique au premier, aussi bien musicalement que conceptuellement, mais avec des nuances sur ces deux points que je vais expliquer, notamment parce que la démarche qui le classe plus nettement dans la mode « shoegaze » de certains groupes de Black Metal depuis quelques années (à ce jour en 2012). Ca ne risque donc pas d'emballer certains puristes.

En effet, on retrouve ici cette musique atmosphérique et mélodique, mais plutôt inspirée, qui se construit lentement mais sûrement, tout en douceur et en mid-tempo (encore plus). Les structures s'étirent sur la longueur, quelques voix claires (franchement dispensables il est vrai, surtout quand elles dominent le morceau comme c'est le cas dans le 2e) viennent agrémenter le tout, ajoutées à des voix Black plus dépressives et introspectives. Les mélodies, encore plus suaves, sont un peu plus marquantes que sur le précédent album, avec des influences Rock progressif assez évidentes par moments et un jeu sur les rythmiques à la batterie des plus intéressants. Avouons que dans le genre, ça marche bien car c'est efficace et maîtrisé, sans passages à vide ou lourdeurs. Dans l'ensemble, les mélodies sont biejn ficelées et intéressantes, presque dans tous les morceaux, avec quelques passages en accoustique fort agréables.

Une déception pourtant, non sur la musique ou sur l'ambiance, cette dernière reste aussi bien réussie (même un peu plus évocatrice peut-être, par exemple grâce à l'ajout judicieux d'harmonica dans le 4e morceau) que sur le premier album, mais pour le visuel. On est dans le même type que pour Empty World, avec des couleurs marron (encore plus) pour un beau digipack cartonné, mais aucun livret et un peu moins de travail sur l'esthétisme. Le concept ici bien forestier est quand même assez bien rendu dans l'ensemble, mais l'ambiance s'emplit aussi beaucoup (et surtout) de mélancolie.

Un album toujours agréable et bien fichu, mais moins Black Metal et plus « post-Black Metal » et Black Rock Metal. A réserver aux fans du genre seulement ! A noter que l'album fait la même durée que le précédent en gros, soit environ 43 minutes, car il est doté d'une reprise (inutile comme toute reprise) de Black Sabbath (sans blague !)...

par Baalberith, le 26/10/2012

D'autres albums de Black Rock Metal recommandés

LANTLOS - LantlôsLIFELOVER - PulverDEAFHEAVEN - New BermudaTRNA - Lose Yourself to Find PeaceTRNA - EarthcultIN LUNA - Forgotten LivesDEADWOOD - Picturing a Sense of LossFALAISE - My Endless ImmensityMARUNATA - Réminiscence

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

WOODS OF INFINITY - HamptjärnCELESTIA - Frigidiis Apotheosia: Abstinencia GenesiisWOLFSHADE - TroubleNOCTURNAL DEPRESSION - Four Seasons to a DepressionDODSFERD - Cursing Your Will to LiveBLODSRIT - HelvetshymnerVEIL - SombreSUI CAEDERE - ThrèneCOLDWORLD - Melancholie²PENSEES NOCTURNES - GrotesqueHYADNINGAR - Imminent Useless SoulDRAPSNATT - Hymner Till Undergången

Autres chroniques