SUMMONING

With Doom We Come

Dans les années 2000, le célèbre groupe autrichien nous avait habitués à des sorties assez éloignées les unes des autres, soit quatre albums en une vingtaine d’années. L’avantage de ce rythme était de pouvoir évoluer lentement sans lasser pour autant ses fans, et distiller son talent sans l’épuiser, et donc entretenir la flamme. Après trois ou quatre albums qui relèvent du chef-d’œuvre, le challenge relevait presque de l’impossible, même si ce n’est pas la première fois que je l’affirme. Alors forcément, ce nouvel album était attendu au tournant.

Le groupe l’avait annoncé : l’intelligence en musique est de savoir évoluer sans se dénaturer, c'est-à-dire en changeant très peu sa musique avec le temps. Le pari avait été tout à fait réussi depuis la fin des années 1990, mais sur ce nouvel album, on a l’impression qu’ils ont passé la vitesse un peu trop vite. En effet, la musique garde cette forte assise mélodique qui se prolonge à l’aide de riffs légers, de claviers et de cuivres (maintenant habituels depuis Let Mortal Heroes Sing Your Fame), mais intègre également des flûtes, de la harpe, un peu de piano et des cordes. Ces dernières étaient déjà présentes, sur le dernier album notamment, mais cette fois-ci elles acquièrent une visibilité bien plus forte, renforçant l’aspect purement mélodique au détriment de la puissance habituelle de leur musique. Côté voix, avec le temps la voix Black est de moins en moins performante pour Protector dont l’organe tend à dérailler comparé à Silenius (il est vrai plus doué dans cet exercice).

Finalement, il y a ici un travail formel plus fourni qu’à l’habitude : là où le groupe jouait sur les couches mélodiques superposées et décalées, répétitives, la réalisation musicale est ici plus linéaire dans sa structure et plus variée dans sa construction. Ce constat pénalise le rendu mélodique, dont le manque sautera aux yeux de tous les fans de SUMMONING. Sans manquer de relief, la musique de ce With Doom We Come est loin d’être aussi inspirée que par le passé. Il y a bien de bons passages - voire de très bons - dans presque dans chaque morceau mais ils s’essoufflent souvent très rapidement, ce qui est un comble pour ce groupe !

A part le deuxième morceau, "Silbertine", il est difficile d'en trouver un seul morceau digne de la qualité moyenne d’inspiration des trois précédents albums. Inversement, le septième morceau, "Mirklands" passe complètement inaperçu. Un bon point cependant : il semble que le son soit meilleur d'album en album, sans pour autant nuire au côté charnel de la musique des autrichiens.

Le visuel, en revanche, ne peut souffrir d’aucune condamnation expresse : fidèle à ses habitudes, le groupe nous offre de beaux paysages peints, parfaitement en adéquation avec le concept tolkiennien. Posing personnalisé des membres du groupe, belles couleurs imprimées : impossible de ne pas être séduit, d’autant que cette fois-ci le livret est cartonné et ajoute à la perception visuelle celle du toucher.

On regrettera le livret de huit pages seulement et le peu de travail infographique pour accompagner ces peintures, comme chez SOJOURNER par exemple (pour comparer un type de visuel proche). Même constat pour l’ambiance : on n’atteint pas les sommets des quatre précédents albums, mais impossible de ne pas être envahi par ce son et ces atmosphères prenantes, tout au long de l’album.

Les critiques des fans (honnêtes et éclairées) sur cet album sont sans équivoque : au mieux on lui trouve quelques belles qualités, au pire on le clou au pilori. SUMMONING est en fait dans la situation compliquée de l’excellent élève à qui on distribue à chaque fois des 19/20 et des 20/20 et à qui on donne un 15/20 accompagné d’un "décevant". En effet, on oublie alors que toute note est contextualisée et ne peut être comprise que relativement à ce contexte. En gros, on compare alors le 15 aux 19 et aux 20 habituels, en oubliant qu’un 15/20, ça reste quand même 5 points au-dessus de la "moyenne" et au moins trois fois ce que représente une véritable mauvaise note.

Car il y a de la qualité dans cet album. Plus, là où le Verity de NOKTURNAL MORTUM s’avère être sans aucun véritable intérêt, With Doom We Come ne passera pas inaperçu pour quelqu’un qui ne connaîtrait pas le groupe mais qui apprécierait ce style (même si en réalité cette personne n’existe pas, bien sûr !). N’oublions pas d’ailleurs que l’album fait près de 65 minutes, auxquelles on peut ajouter presqu’un quart d’heure de bonus (de la même qualité que l’album) pour ceux qui ont souscrit, à un prix prohibitif, à l’inadmissible opération mercantile de Napalm Records. Nous ne parlons donc pas d’un EP de 20 minutes !

C’est ainsi que SUMMONING est ici victime de son trop grand talent : à force de faire des chefs-d’œuvre, il est condamner à répéter l’impossible au risque de décevoir. C’est exactement comme cela, je pense, que doit se comprendre With Doom We Come. Mais le problème est surtout dans une autre recontextualisation de cet album : est-ce un faux-pas du groupe, ça arrive finalement même au plus grand, ou est-ce le début d’un déclin ? Est-ce que le groupe est fatigué d’avoir tout donné (sans plagier un célèbre chanteur de variété française) ? Il est fort à parier que le prochain album nous donnera un début de réponse sérieuse à cette terrible question. En attendant, apprécions cet album pour lui-même…

par Baalberith, le 06/03/2018

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

RAATE - Demo IPAYSAGE D'HIVER - Paysage d'HiverSTERBEND - Dwelling LifelessMAKE A CHANGE... KILL YOURSELF - Make a change...kill yourselfDESOLATION TRIUMPHALIS - Forever Bound To NothingnessSUN OF THE BLIND - SkullreaderEMPEROR / ENSLAVED - Emperor / Hordanes LandBURZUM - Hvis Lyset Tar OssBURZUM - Det Som Engang VarENTHRONED - Prophecies of Pagan FireANCIENT - SvartalvheimPURITAS VIRGINUM - Décennie de Souffrance

D'autres albums d'ambiance Epique/Fantasy recommandés

HIMINBJORG - WyrdIMMORTAL - At The Heart Of WinterSUMMONING - Minas MorgulSUMMONING - Dol GuldurSUMMONING - Nightshade ForestsSUMMONING - StrongholdSUMMONING - Let Mortal Heroes Sing Your FameSUMMONING - Oath BoundSUMMONING - Old Mornings DawnASTARTE - Rise From WithinASTARTE - Quod Superius, Sicut InferiusVORDVEN - Towards The Frozen Streams

Autres chroniques