SUMMONING

Old Mornings Dawn

Dire que cet album était attendu relèverait de l'euphémisme le plus profond. 7 années d'absence et un split presque officialisé (en raison d'un manque de motivation et d'un infarctus de Silenius, apparemment il serait passé pas loin de la mort !) ont eu de quoi semer le doute dans l'esprit de plus d'un fan. Mais voilà, on n'arrête pas une machine comme SUMMONING, on ne renonce pas à continuer l'épopée d'un univers musical comme celui de ce groupe. Preuve en est de ce 9e album tant attendu !

Alors qu'en est-il ? Dans une récente entrevue, le groupe nous confiait que pour eux le talent se résumait surtout à un compromis entre intégrité et originalité, entre tradition et renouvellement. En d'autres termes, il fallait que le groupe innove suffisamment pour ne pas se répéter (car rien n'est plus facile disaient-ils), mais qu'il ne devait pas pour autant changer trop au risque de s'aliéner (là aussi, rien de plus facile disaient-ils que de l'originalité pour de l'originalité). On ne saurait que leur donner raison ! Et au-delà des mots, ils l'ont aisément prouvé avec ce Old Mornings Dawn. En effet, on retrouve ici le style SUMMONING très reconnaissable avec ces belles mélodies, le côté mid-tempo et les nappes de claviers qui laissent place aussi aux effets divers autant en rythmique qu'en atmosphères. On garde les très belles voix (profondes) des deux compères et une longueur plutôt importante de morceaux (au moins 7 minutes si on exclut les boni et l'introduction), ainsi que ces riffs étalés et cycliques à des moments plus ou moins longs. Mais le groupe y a ajouté quelques éléments nouveaux qui confèrent un aspect plus aéré et plus mélancolique à leur musique, parfois presque plus « intimiste » ou soporifique (dans le bon sens du terme), comme sur le 4e morceau. L'ajout de cordes au 5e morceau par exemple est très judicieux et parfaitement dans l'ambiance. De même pour les chœurs, que le groupe semble décidément apprécier de plus en plus, et qui offre il est vrai un plus évident à leur musique. Finalement, le travail musical, sans être non plus très élaboré, cela reste du SUMMONING, est le plus abouti de tous les albums du groupe jusqu'à présent.

On regrette principalement deux choses à mon humble avis, en tout cas globalement : le manque (très léger) d'inspiration, car le niveau est là ne vous inquiétez-pas (il suffit d'écouter le 2e morceau, « Flammifer », avec sa magnifique structure mélodique centrale, pour s'en convaincre), mais il reste un brin inférieur, et surtout le manque de puissance. En effet, la grosse différence entre SUMMONING et tout ersatz plus ou moins qualitatif, se situe justement sur ces deux points : la qualité des mélodies et cette force, cette lourdeur, que le groupe sait conférer à ses structures musicales. Mais ici, tout est beau, toujours aussi bien réalisé et presque autant inspiré, mais reste trop gentil, pas assez intense. On ne se sent pas autant pénétré par leur musique que sur un Let Mortal Heroes Sing Your Fame ou un Oath Bound (voire même un Stronghold, en plus nuancé), mais cela dépend certainement des affinités de chacun.

Un « petit » mot, comme d'habitude, sur l'extramusical. Sur le visuel d'abord : plusieurs formats s'offrent à vous. Si, comme moi, vous avez fait partie des « privilégiés » qui ont pu acquérir la version CD de luxe à plus de 40€ port compris et limité à 500 exemplaires épuisés en précommande, vous avez pu avoir avant tout le monde l'album (en version cristal) et l'assortiment presqu'inutile (pendentif, poster en toile et un patch) qui l'accompagne (on comprend Napalm, vu la manne que représente les Autrichiens, ils méritaient bien au moins ça !). Alors quel est le réel intérêt de cette version ? Un seul : les deux boni inexistants sur la version normale en CD portent les 64 minutes et quelques de cet album à plus de 75 minutes. Sachant que ces deux morceaux sont de qualité, c'eût été dommage de passer à côté ! Maintenant, pour ce qui est du visuel de l'album, rien d'extraordinaire : du SUMMONING classique. C'est-à-dire un ensemble bien joli (même si la pochette est bien plus sombre que celle qui se balade depuis le début de l'année 2013 sur Internet, un peu dommage), dans les mêmes tons de couleurs que Oath Bound (c'est-à-dire une dominante vert et un peu jaune), mais un manque de contenu dans le livret 8 pages. Bref, le concept est là, l'essentiel est sauvé, l'image aussi, mais on reste sur notre faim. Quant à l'ambiance, c'est du très très bon, évidemment. Un peu inférieur là aussi à ce qu'ils ont fait dans les trois derniers opus (en tout cas les deux derniers), mais largement de quoi vous plonger dans d'autres terres merveilleuses !

A mi-chemin entre un Dol-Guldur grandiose et une musique épique plus aérée et renouvelée, avec une première partie certainement meilleure que la seconde, ce nouveau SUMMONING est un vrai bijou ! Certainement le meilleur du groupe. A noter que comme la musique de SUMMONING, malgré toute sa « simplicité » musicale, demande de nombreuses écoutes et bonifie irrémédiablement avec le temps, il n'est pas impossible que le lecteur un peu exigeant soit plus enclin à mettre un avis futur « à la hausse »...

par Baalberith, le 13/07/2013

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ASMUND - Песнь кровиVINTERSORG - Ödemarkens SonMENHIR - ZiuwariCOSMIC CHURCH - YlistysSUMMONING - With Doom We Come THUS DEFILED - Wings Of The NightstormULG - WindarkTOBC - What It's like to Be UndeadPLANETSHINE - Way to NowhereKALMANKANTAJA - WaldeinsamkeitSALE FREUX - VindilisENSLAVED - Vikingligr Veldi

D'autres albums d'ambiance Epique/Fantasy recommandés

THIASOS DIONYSOS - SatyrERED WETHRIN - Tides of WarEQUILIBRIUM - Turis FratyrMIRZADEH - The Creatures Of LoviatarBLACK MESSIAH - First War of the WorldNECROFEAST - SoulwindsSUMMONING - Minas MorgulSUMMONING - Nightshade ForestsESCHATON - UnshakenFHOI MYORE / WYRMS - Les Limbes Pourpres / Mehxôhorr - Les IV Dimensions CosmogoniquesMACABRE OMEN - The Ancient ReturnsHYPERION - Seraphical Euphony

Autres chroniques