STRIBORG

Autumnal Melancholy

Je préviens tout de suite que la note signifie exceptionnellement que l’album plaira à 2 personnes sur 6, pas que l’album ne vaut pas le coup. Pourquoi cet artifice ? Parce que STRIBORG continue sur sa lancée et est toujours la risée de certains qui ne veulent pas comprendre la raison d’être du one man band australien.

1. Tout d’abord les auditeurs musiciens vont encore détester. Ils accuseront les titres d’être pauvres techniquement, avec des instruments horriblement accordés et ajouteront encore des commentaires plein de mots savants… Ils ont raison… mais il faut se souvenir du film Die Hard 4 ! On y apprenait que le premier pelé venu et pas encore sorti de l’adolescence peut être un hacker de première. Les vilains spécialistes ne voulaient pas l’admettre parce que eux, ils se sont cassés le cul. Ce serait vraiment trop injuste que quelqu’un arrive à être bon, voire meilleur qu’eux, alors qu’il n’a pas l’expérience « in-dis-pen-sable ni même leurs compétences globales ». STRIBORG, c’est pareil. C’EST très pauvre techniquement.

2. Ensuite, la vague de fans de morceaux planants ou pagan ne retrouvera pas la mélancolie ou l’envolée de ses groupes fétiches. Ici, non, on n’est pas spécialement en train de se lamenter ou de pleurer son désespoir, ni même de se remémorer un passé révolu que seul le biniou peut faire revivre. Il y a certes des morceaux très calmes, carrément ambient même, mais les vocaux sont plus dans le style de BILSKIRNIR, trafiqués. Et un morceau sur deux est accompagné de guitares saturées, se faufilant dans des lourdeurs rappelant fortement NORTT. Donc ce n’est pas non plus pour eux. Trop atypique…


Mais alors pour qui est fait STRIBORG et en particulier Autumnal Melancholy ? Eh bien Sin Nanna évoque la solitude, la vie loin de la civilisation. Celle-ci peut amener de la mélancolie, mais il ne s’en plaint pas, il ne menace pas de mettre fin à ses jours. Il raconte et décrit en musique cette simple situation. Il parvient d’ailleurs à retranscrire à merveille sa vie d’ermite. Toutes les distorsions et les sons que l’on retrouvait déjà sur les précédentes galettes rappellent Le Prisonnier ou Les Envahisseurs, ces vieilles séries où le personnage était seul et incompris.

STRIBORG c’est finalement ça : un homme isolé qui ne revendique rien en particulier, mais qui partage. Celui qui écoutera la musique du groupe en ayant compris et accepté ce fait pourra éprouver bien du plaisir. Les passages ambient ne sont pas « horribles et simplistes », ils créent une ambiance (!!!) lente et oppressante comme le temps, comme CE temps qui peut sembler long lorsqu’il est passé seul. Les cris sont ceux d’un être unique, devenu mi-homme, mi-animal.

Avec STRIBORG, tout se fige pour le bonheur des auditeurs contemplatifs. Un album destiné aux personnes qui trouvent de la beauté dans le vide et la simplicité de la nature elle-même : 2 personnes sur 6, en étant encore trop optimiste... Un dernier mot pour ceux qui aimaient déjà : c’est dans le ton de "Solitude", aucune déception en vue pour eux.

par Sakrifiss, le 20/04/2009

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

EMPEROR - In The Nightside EclipseTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritTHROES OF DAWN - Quicksilver CloudsNAGELFAR - Hünengrab im HerbstKVIST - For Kunsten Maa Vi Evig VikeLUNAR AURORA - Ars MoriendiLUNAR AURORA - Elixir Of SorrowLUNAR AURORA - AndachtSUMMONING - Minas MorgulSUMMONING - Dol GuldurSUMMONING - Nightshade Forests

D'autres albums d'ambiance Dépressive/Suicidaire recommandés

SILENCER - Death - Pierce MeNYKTALGIA - NyktalgiaNYKTALGIA - PeisithanatosAUSTERE - To Lay Like Old AshesWOODS OF DESOLATION - Torn Beyond ReasonCANIS DIRUS - A Somber Wind from a Distant ShoreMAKE A CHANGE... KILL YOURSELF - FriTHY LIGHT - Suici.De.pressionGRIEFLOSS - RuinerAUTUMN’S DAWN - Autumn's DawnPSYCHONAUT 4 - Have a Nice TripFORGOTTEN TOMB - Songs To Leave

Autres chroniques