STIELAS STORHETT

Expulsè

STIELAS STORHETT est un one-man-band russe presque inconnu, mais pas suffisamment pour passer inaperçu aux yeux du label italien Code666, qui n'en est pas là à sa première découverte. Ce groupe compte pourtant à son actif quelques années d'activité avec un premier album en 2006, suivi d'un split et d'un ep. Ce deuxième album est donc l'aboutissement de 5 années d'expérience musicale qu'il convient d'analyser ici.

Durant environ 45 minutes, le groupe nous distille une musique bien fichue. Damien T.G, homme-orchestre de cet album, joue un Black Metal mélodique très peu conventionnel mais pas encore trop avant-gardiste. Du coup, cela évite d'irriter les oreilles avec des riffs et des mélodies alambiquées et des tentatives désespérées d'originalité, sans pour autant proposer une musique déjà trop souvent entendue (contre-ex : l'introduction un peu jazzy du 6e morceau). Les structures sont travaillées, le jeu de guitare aussi, les changements de rythme récurrents. On a un peu l'impression d'écouter un OV HOLLOWNESS en plus original et moins rythmé, avec un petit côté shoegaze sur les bords (ex : 4e morceau). Cependant, au contraire du groupe canadien, STIELAS STORHETT ne parvient que très peu à nous intéresser à cause d'un manque d'inspiration. Des passages s'en sortent mieux, certes, notamment grâce à l'ajout d'une guitare sèche intelligente, mais l'ensemble reste trop stérile pour marquer les esprits. On s'enfonce parfois dans quelques longueurs qui auraient mérité un traitement un peu plus mélodique et convainquant.

Arrêtons-nous à peine sur le visuel, ne serait-ce que pour avertir le lecteur de l'arnaque qu'il constitue : une pochette bidon et un ensemble (livret, dessous de CD et derrière) qui ne représente qu'une succession de pages vides sur fond grisé, avec quelques traces de sang appliquées çà et là. Le pire c'est que le groupe a apparemment engagé pour cela un infographiste ! Il y a des jours où l'on se dit que l'art peut vraiment confiner au ridicule, malheureusement celui-ci ne tue pas. Quant à l'ambiance, difficile d'être conquis : le concept est apparemment psychologique, un peu torturé à en croire la pochette (l'absence de paroles imposent les approximations), mais il se ressent peu musicalement.

Un bon album sur la forme, mais qui manque d'un compositeur inspiré. C'est dommage...

par Baalberith, le 01/10/2012

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

THROES OF DAWN - PakkasherraWINDIR - ArntorWINDIR - 1184WINDIR - LikferdGRAVEWORM - When Daylight's GoneCATAMENIA - EshkataCATAMENIA - Chaos BornDAWN - Slaughtersun - Crown of the TriarchyALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityTHY PRIMORDIAL - Where Only The Seasons Mark The Path Of TimeNEGATOR - Old BlackTHE CALL - The Call

D'autres albums d'ambiance Psychologique recommandés

ANTAEUS / AOSOTH - Wrath Of The EvangelikumANTAEUS - Cut Your Flesh And Worship SatanWÜRM - Demo '04LEVIATHAN (USA) - The Tenth Sublevel Of SuicideLURKER OF CHALICE - Lurker Of ChaliceSHOGGOTH - Pandemia Of HatredANTI - The Insignificance Of LifeAMNION - The Return Of Total DesolationWOLOK - Servum PecusGRIS - Il Etait Une Forêt...SARKOM - Aggravation Of MindLUTOMYSL - De Profundis

Autres chroniques