SKYFOREST

Unity

Difficile de garder le rythme lorsqu’on démarre aussi fort dans l’histoire d’un groupe et Unity a la très difficile tâche de succéder au magnifique Aftermath. L’aventure semble encore plus difficile lorsque l’on sait que (et il n’a rien d’étonnant sachant que c’est là son habitude) Tim Yatras n’a pas renouvelé son implication dans le groupe pour ce 2e opus. Le jeune Bogdan Makarov se retrouve donc seul aux manettes pour tenter de faire de son mieux en à peu près 43 minutes de musique. Le résultat est plutôt bluffant, dans le sens où il confirme le talent de composition du Russe et aussi parce qu’il montre qu’il peut faire encore très bien tout seul, qui plus est, dans un autre style…

Car si Aftermath proposait un Black atmosphérique, Unity opte pour un Black définitivement symphonique, où les claviers se développent dans une orchestration fouillée et bien mise en relief. Les structures sont bien élaborées,avec de bons breaks et des rebondissements très intéressants. L’ensemble est aéré, subtile, et offre une véritable aventure musicale. Dès les premières secondes de l’album,  il apparaît que celui-ci est plus proche de l’orchestral que du simple symphonique tant les claviers dominent le tout et génèrent la musique, mais on est loin des essais pompeux propres à de nombreux albums du style depuis une quinzaine d’années, où il est difficile de suivre une ligne directrice mélodique. Au contraire, ici, et c’est là où il faut lever le pouce,le travail formel ne cache absolument pas l’inspiration : oui c’est travaillé, mais c’est également bien fichu. Presque tous les morceaux offrent de bons passages et une belle maîtrise mélodique. Le rendu est donc bien là. On perçoit quelques légères influences (par exemple avec les ajouts de flûte sur le 3e morceau, on pense à SAOR et le 4e morceau laisse entrevoir une influence AGALLOCH), mais celles-ci n'entravent en rien la personnalité de cet album et son intérêt. On est très loin du plagiat !

Le bémol ? Il réside en un seul point : les voix. C’est là que Yatras manque le plus (car le travail à la batterie reste simple et adapté au style),car la voix de Makarov fait pâle effet face à celle de l’Australien, encore plus dans les passages clairs qui ne sont, hélas, pas accessoires dans cet album. Ca n’entame pas significativement le rendu musical de son œuvre, mais ça empêche clairement de monter plus haut dans la notation.

Visuellement, l’album est des plus vides ! La pochette est ma foi tout à fait acceptable bien que critiquable, mais fleure l’amateurisme et ne propose qu’un livret de 4 pages sans intérêt, posé sur un papier très fin, d’une qualité visiblement bâclée. Ainsi, les effets peinture adoptés sur le visuel apparaissent bien davantage comme un gage de mauvaise impression alors qu’elle aurait pu donner un effet particulier aux images. C’est dommage car le reste du visuel sous le CD et derrière l’album présageait quelque chose de bon. L’ambiance générale est de qualité en revanche, grâce au mariage de la symphonie et des nappes de claviers qui développe quelque chose d’à la fois éthéré et Nature. On y croit !

Un très bon album, certes moins bon et différent de son superbe prédécesseur, mais qui présente à ce jour l’une des meilleures musiques symphoniques qu'il m’ait été donné d’entendre depuis des années !


par Baalberith, le 24/05/2016

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

ANOREXIA NERVOSA - Redemption ProcessPENUMBRA - EmanatePENUMBRA - The Last BewitchmentGRAVEWORM - As The Angels Reach The BeautyGRAVEWORM - Scourge Of MaliceGRAVEWORM - Engraved In BlackTVANGESTE - Damnation Of RegiomontumENSLAVEMENT OF BEAUTY - MegalomaniaMOONSORROW - Suden UniMOONSORROW - Voiamasta Ja KumiastraMOONSORROW - KivenkantajaMOONSORROW - V: Hävitetty

D'autres albums d'ambiance Nature recommandés

ANGMAR - Zurück in die Unterwelt NACHTFALKE - Wotan's ReturnFINSTERFORST - Wiege der FinsternisMOONSORROW - VerisäkeetSOLBRUD - VemodVALLENDUSK - VallenduskDRAUTRAN - Unter dem Banner der NordwindeWOLVES IN THE THRONE ROOM - Two HuntersORAKLE - Tourments & PerditionOCTOBER FALLS - The Womb of Primordial NatureODELEGGER - The Titan's TombWINTERFYLLETH - The Threnody of Triumph

Autres chroniques