SIRIUS

Aeons Of Magick

Le Black Metal orchestral jouit de quelques bons représentants entre la fin des années 1990 et le début de la décennie suivante. Parmi tous ces albums, ce sont peut-être LIMBONIC ART et surtout OBSIDIAN GATE qui sont à retenir pour celui qui aimerait avoir une petite idée de ce que nous offre ici SIRIUS sur son premier album...

Ce Black Metal orchestral est en effet une ode aux envolées symphoniques menées de maître par un claviériste plutôt compétent. Les structures sont denses, le rythme variable mais il se dégage néanmoins une certaine puissance de cette musique. La voix, comme les autres instruments, vient se nicher dans une musique entièrement guidée par le synthé. La construction musicale est moins travaillée que sur un OBSIDIAN GATE, mais bénéficie pourtant d'un travail sérieux avec une maîtrise intéressante. Dommage que les breaks ne soient pas plus prononcés et qu'il n'y ait pas un aspect un peu plus aérien et prenant de leur musique. En tout cas, nous avons le droit à deux morceaux instrumentaux, longs et travaillés, preuves supplémentaires des compétences du claviériste. Le principal reproche que l'on pourrait faire ici, et que l'on peut d'ailleurs souvent faire aux albums de Black Metal orchestral, même lorsque ceux-ci sont bien fichus, c'est que dans un ensemble formel bien fait et dans des compositions qui ne sont pas dénuées de sensation, il manque sérieusement de bonnes mélodies et de riffs pertinents. Ici encore, ces derniers suivent surtout le travail des claviers, sans jamais vraiment s'en affranchir et prendre à leur compte quelques mélodies saillantes. Ainsi, dans un ensemble musical dense et assez compact, l'auditeur qui n'est pas forcément fan du genre aura vite fait de se perdre et son esprit appréhendera ce qu'il écoute comme une musique de fond, au pire comme un bruit de fond. Ainsi, dans ce Aeons Of Magick, aucun morceau, aucun passage, ne vient frapper l'oreille du mélomane. Les morceaux se suivent et tendent à se ressembler. C'est le reproche que l'on peut d'ailleurs faire aussi à certains morceaux de musique classique si l'on y réfléchit bien. Malgré tout, ça reste vraiment bien fait et plaisant pour peu que l'on soit sensible au style.

En tout cas, l'ambiance est ma foi bien posée, on ressent bien leur concept spatial à travers une musique plutôt immersive et planante. Les claviers qui enveloppent les structures musicales y sont évidemment pour beaucoup. Par contre, le visuel est inadmissible : pénalisé par un aspect moderne insupportable, il fait un peu penser à ceux qui sont en vogue dans la musique planante depuis la fin des années 1990 (ex : VOLT, BRAINWORK). La pochette est niaise et l'intérieur d'un pauvre livret 4 pages, n'est pas meilleur !

Le seul album intéressant de ce groupe portugais éphémère. A réserver uniquement aux fans du genre...

par Baalberith, le 28/07/2012

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

GRIEVANCE - The Phantom NovelsBAL-SAGOTH - The Chthonic ChroniclesBAL-SAGOTH - Starfire Burning Upon the Ice-Veiled Throne of Ultima ThuleCHTHONIC - Takasago ArmyROTTING CHRIST - AealoCARACH ANGREN - Death Came Through a Phantom Ship TROLL - Neo-Satanic Supremacy NAZXUL - IconoclastCHTHONIC - Mirror of RetributionESPHARES - Par delà le fleuve de la mort...BLOOD STAINED DUSK - Black Faith InquisitionMIRRORTHRONE - Gangrene

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

OSCULUM INFAME - Dor-Nu-FauglithMOTHER DARKNESS - One Hundred Years of EmptinessAUSTERE / ISOLATION - BleakBATHORY - BathoryENTHRONED - Prophecies of Pagan FireTWILIGHT (USA) - Monument to Time EndSETHERIAL - NordDRAKHIAN - High Zephyr PointDUNKELHEIT - Mors AeternaHARAKIRI FOR THE SKY - Harakiri for the SkyDARK FUNERAL - Where Shadows Forever ReignSIELUNVIHOLLINEN - Syvyydestä

Autres chroniques