SIGH

Infidel Art

Dès leurs débuts dans les années 90, les japonais fous de SIGH ont su se trouver un style extrêmement particulier et unique. Scorn Defeat en témoigne déjà - même si cet album manque énormément de panache, du fait du jeune âge du groupe. Avec Infidel Art, SIGH s'envole vers les plus hautes sphères du black metal. Deuxième album, premier chef-d'œuvre.

SIGH nous entraîne directement dans une déferlante de folie. Une bien belle, que dis-je, magnifique folie. Shinichi nous assène ses riffs typés black metal première vague bien servis par la basse vrombissante de Mirai, sur la rythmique posée et assez simpliste de Satoshi - on sent bien l'influence qu'ont pu avoir HELLHAMMER et VENOM sur les nippons.  Les rythmes changent très souvent, et les morceaux sont du coup très variés. Mais ce sont bien entendus les claviers de Mirai qui sont l'âme du groupe, qui apportent cet élément psyché tellement plaisant à la musique des trois compères. Sur cet opus on retrouvera donc des flûtes virevoltantes au son Playskool bien dégueulasse, des sortes de cuivres non-identifiés, de l'orgue, du piano et d'autres fonctionnalités que peuvent apporter un clavier bas de gamme. Partez pas tout de suite ! Le mieux dans tout ça, c'est que ça colle parfaitement à la musique de SIGH. Mirai utilise tout ça de façon exceptionnelle, et arrive à créer une atmosphère folle.

Les passages extrêmement barrés et psyché succèdent au riff black très simpliste, une ambiance noire et destructrice suit un passage guilleret digne d'une musique de RPG, tout ça avec des mélodies marquantes et bien ficelées - c'est ça Infidel Art. Et que c'est bon. Les morceaux ultra diversifiés de cet album mélangent ces éléments à la perfection, en ajoutant par-ci par-là un solo dégueulasse, rageur, sans queue ni tête à la BESTIAL WARLUST, un peu de heavy parsemé avec parcimonie, et même une ambiance aérienne purement PINK FLOYD-ienne sur la fin de « The Zombie Terror ». On a bien entendu droit aux influences classiques de mise avec Mirai, qui démontre ses talents de pianiste maintes fois. Heureusement, SIGH ne pousse pas l'expérimentation - le vice du groupe disons - trop loin, comme ils le feront sur Hail Horror Hail, et chaque élément est parfaitement incorporé à la musique du groupe. SIGH garde également un aspect authentique fort plaisant, avec un son un peu brouillon et une exécution loin d'être pro - cet album ne serait pas le même sans ça.

Deux chansons de l'album se démarquent pour leur caractère extrêmement typé et bien moins diversifié que les autres. Mais on peut dire que quand SIGH se mettent à fond dans un style, ils le font bien.

Le premier est « Desolation ». Le morceau commence par une intro au clavier - le type musique de RPG dont je parlais plus tôt - très réussie. Mais ne vous laissez pas prendre au piège, cette atmosphère enchanteresse qui donne le sourire est au total opposé de la suite, car ce morceau est certainement le plus noir de SIGH. Le rythme se fait très lent, les riffs très sombres, et l'ambiance accentuée par des claviers inquiétants. Le frisson vous prend, votre souffle se fait court. Mirai assène ses incantations de la façon la plus horrifique possible - « My mind's desolation, extreme detestation - Total abnegation, eternal desecration ». Le chaos rampant est là, il vient vous emmener. « Desolation » fait passer 99% des groupes de doom/death et funeral doom pour les bouffons du roi. On sent d'ailleurs une certaine ressemblance avec les instigateurs du funeral doom, THERGOTHON, pour ces claviers intrigants, cette guitare acoustique ravageuse et bien sûr ce rythme lent, tellement lent. Il s'agit pour moi d'un des morceaux les plus réussis de SIGH.

« Suicidogenic », quant à lui, est le morceau le plus rapide et le plus thrash de l'album. Après l'intro-RPG de mise, SIGH s'énervent comme jamais. Satoshi ne s'arrête plus de martyriser sa batterie, Shinichi sort ses riffs les plus rageurs, et Mirai s'énerve comme jamais au micro, tout ça toujours très bien accompagné de moult claviers zarbi.

Infidel Art est certainement l'album le plus sous-estimé de la discographie de SIGH. Clôturé de la meilleure façon qui soit avec « Beyond Centuries », les derniers instants du guerrier avant son hara-kiri, il comporte pour moi des perles inoubliables et indispensable, et fait de ce fait partie du trio gagnant de SIGH, avec Scenario IV : Dread Dreams et Imaginary Sonicscape.

par Jankowitch, le 28/01/2011

D'autres albums de Black Metal avant-gardiste recommandés

NAGELFAR - SrontgorrthGERM - LossPSYCHONAUT 4 - Have a Nice TripENSLAVED - RuunENSLAVED - Axioma Ethica OdiniORANSSI PAZUZU - ValonieluORANSSI PAZUZU - VärähtelijäTRANSCENDING BIZARRE? - The serpent's manifoldWOLOK - Servum PecusWOODS OF INFINITY - HamptjärnFURZE - UTDLEVIATHAN (USA) - Massive Conspiracy Against All Life

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

AOSOTH - IV - Arrow in HeartSETH - By Fire, Power Shall Be...MORTIFERA - MaledictiihHAKUJA - LegacyLUNAR AURORA - Ars MoriendiHARAKIRI FOR THE SKY - Harakiri for the SkyKATECLYSM - Demo 2007OV HOLLOWNESS - DiminishedMORPHINIST - NebulaeMESARTHIM - AbsenceDEADWOOD - Picturing a Sense of LossULG - Windark

Autres chroniques