SIGH

Ghastly Funeral Theatre

L'occulte a toujours fasciné les vivants. Provoquant l'adoration, la haine ou la peur, l'occulte est certainement l'un des derniers mystères en ces temps de connaissance scientifique. Cette fascination a bien entendu été retranscrite en musique, et le courant du black metal en est un des plus grands témoins. Les japonais de SIGH n'y ont pas réchappé. Avec « Ghastly Funeral Theatre », Mirai, Shinichi et Satoshi exhibent leur intéressement pour la sorcellerie et les rituels asiatiques.

Sorti en 1997, ce mini CD est, comme toujours chez SIGH, différent de tout le reste. Difficile de rapprocher Ghastly Funeral Theatre d'un autre album du groupe tellement son ton est unique. Bien sûr, on retrouve les riffs black metal thrashy typés première vague habituels chez SIGH, avec cependant un côté heavy plus prononcé que sur les deux premiers albums - un aspect qui sera par la suite plus poussé encore avec Hail Horror Hail, Scenario IV et Imaginary Sonicscape.

Ghastly Funeral Theatre se divise en deux types de morceaux. Mirai se réserve la moitié de l'album à lui-même, puisque trois chansons sont réalisées uniquement au clavier. Le frontman du groupe montre d'ailleurs ses talents de pianiste et de compositeur sur l'excellente « Imiuta », excellent titre à obédience bien entendu classique, une très grande réussite et pour moi l'un des meilleurs morceaux au clavier sur un album de metal.

Les morceaux black metal sont quant à eux barrés au possible. On a droit à des envolées au clavier qui annoncent presque le chef-d'œuvre qui sortira 4 ans plus tard, Imaginary Sonicscape. Les riffs, répétitifs et classiques, sont assez hypnotiques et soulignent le thème occulte asiatique de ce mini CD souligné plus tôt. Les incantations de Mirai dans son anglais approximatif sont pittoresques et collent assez bien à l'ambiance, avec également des voix claires qui viennent de temps à autres agrémenter l'album. On retrouve l'influence heavy dans les solos de guitare parsemés dans les 3 chansons metal de l'album - « Shingontachikawa », « Doman Seman » et « Shikigami » - qui sont vraiment très réussies. A noter également la présence, comme souvent, de guitares acoustiques bien placées et bien réalisées, notamment sur l'excellent « Doman Seman ».

Cet album souffre cependant d'un certain manque de cohérence, certains riffs se suivant les uns les autres sans logique. L'ambiance de Ghastly Funeral Theatre en est donc moins appuyée, moins dévastatrice que celles d'Infidel Art ou de Scenario IV : Dread Dreams. On regrette également l'absence de mélodies marquantes dans les chansons metal.

Ghastly Funeral Theatre est assez compliqué à appréhender, mais son aspect unique plaira sans aucun doute au fan du SIGH première période, malgré les défauts. Ce mini CD est également à se procurer pour apprécier le talent de Mirai au clavier.

par Jankowitch, le 03/02/2011

D'autres albums de Black Metal avant-gardiste recommandés

THE SKADEN - You Will Hope I Had DiedSIGH - Scenario IV : Dread DreamsSIGH - Infidel ArtSIGH - Hail Horror HailFURZE - UTDTHE MEADS OF ASPHODEL - The Murder of Jesus The Jew SIGH - In SomniphobiaSIGH - Imaginary SonicscapePESTE NOIRE - Folkfuck FolieBLUT AUS NORD - 777 - Sect(s)WOLOK - Servum PecusABIGOR - Time is the Sulphur in the Veins of the Saint

D'autres albums d'ambiance Satanique recommandés

ANGELSCOURGE - Seraph ImpalerRIENAUS - Saatanalle1349 - HellfireWATAIN - Casus LuciferiFÖRGJORD - UhripuuDARKTHRONE - Under a Funeral MoonGLORIOR BELLI - Sundown (The Flock That Welcomes)GORGOROTH - Under the Sign of HellOSCULUM INFAME - Axis of BloodPHLEGEIN - From the Land of DeathFALLAKR - LVCLUCIFERIAN RITES - When the Light Dies

Autres chroniques