SHINING

I - Within Deep Dark Chambers

Après un premier essai concrétisé sous forme d'EP en 1998, Submit To Selfdestruction, SHINING sort en 2000 son premier album, Within Deep Dark Chambers.

En guise de prémices, quelques sons de cloche figent l'ambiance qui ne variera plus vraiment. L'album est lugubre, malsain, dépressif et répétitif. Mais ce dernier caractère n'opère que pour plonger le black metal de SHINING dans une lancination plus totale, renforcée par la durée conséquente de chaque titre.

Néanmoins l'album est loin d'être linéaire, quelques titres plus rapide brisent toute éventuelle monotonie. En variant les tempos de la sorte, le groupe élargit un panel déjà large de sentiments négatifs. On passe alors d'un mid tempo majoritaire à quelques accélérations ("Stonelands", "Inisis"), tout en lorgnant parfois du côté d'une batterie plus lente sur le titre "Ren Djävia Angest" par exemple. L'ambiance, négative, est donc l'élément primordial de cette réalisation, crédibilisant le discours du groupe axé l'autodestruction.

Le sieur Kvarforth, fondateur du label Selbsmord ("suicide", on ne se refait pas), délivre d'excellents riffs eux aussi assez variés, agressifs ou dépressifs, voire "tourbillonnants", simples mais qui enveloppent l'auditeur d'une aura de désolation. Certains arpèges légers ou bien quelques passages acoustiques rajoutent à ce malaise un côté humain mais poisseux. Le tout rappelle sensiblement un groupe comme BURZUM, néanmoins une certaines personnalité est présente. La basse est assez libre, et renforce la pesanteur de la musique. Reste la voix, très efficace. Il suffit pour s'en convaincre d'écouter ce qui reste le titre phare, "Ren Djävia Angest". Titre quasiment auto suffisant et ne supportant pas de suite tant la sensation d'aboutissement dans une misérable quête est atteinte.

Enfin la production, assez surprenante puisque malgré être sortie des studio Abyss, celle ci reste relativement réservée, ce qui n'est pas pour me déplaire car laissant alors à l'album une "chaleur" absolument nécessaire.

En résumé, cet album est plus désespéré que les suivants, moins froid et clinique, et donc pour ma part plus puissamment évocateur. Aux confins de la souffrance et de la haine du black metal et du misérabilisme du doom, le groupe réalise selon moi son meilleur album.A noter les rééditions de l'album par Avantgarde Music en 2003, avec une pochette différente (et inutilement dépouillée) et par Modern Invasion Music en 2004, contenant un titre supplémentaire, "Endless Solitude".

par Cweorth, le 28/03/2009

D'autres albums de Black Metal orthodoxe recommandés

KAPEIN - GolgothaGLORIOR BELLI - Sundown (The Flock That Welcomes)AUGURE FUNEBRE - Au travers des forêts profondesMAQUAHUITL - Blood of Kings and Ancestral MightOBSCURUS ADVOCAM - Verbia DaemonicusDARVULIA - L'Alliance Des VeninsOSCULUM INFAME - Axis of BloodKHOLD - Mörke Gravers KammerKRIEG - The IsolationistGLORIOR BELLI - Meet Us at the Southern SignTAAKE - ...DoedskvadSIELUNVIHOLLINEN - Syvyydestä

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

AFSKY - SorgMIST OF MISERY - Shackles of LifePESTNACHT - Nosophoros, of Blackness and MisanthropyRUNESPELL - Unhallowed Blood OathRIENAUS - AamutähdelleSLAEGT - IldsvangerTHE WANDERER... - Aura NocturnalDUNKELHEIT - Mors AeternaNEKROKRIST SS - Der TodeskingNORMAN SHORES - Le tombeau de brumePESTILENTIAL SHADOWS - DepthsDARK SONORITY - Kaosrekviem

Autres chroniques