SELVANS

Lupercalia

SELVANS, c’est un duo italien issu de DRAUGR, qui est donc né récemment, en 2014 pour être exact. Après un ep en 2015, le groupe sort ici son premier album complet, d’un peu plus d’une heure…

La musique du groupe est assez atypique : elle n’est pas folk sans être parfaitement atmosphérique ou mélodique, c'est-à-dire qu’ils utilisent largement des instruments traditionnels (très typés, à commencer par la flûte qui n’est pas celle habituelle chez nous –est-ce à dire qu’ils utilisent la tibia, la fistula ou l’harundo romaines ? –), mais qu’ils exécutent dans une musique clairement Metal où les claviers jouent un rôle évident, mais absolument pas envahissant. Les guitares sont, elles-aussi, bien présentes, surtout par moment. Il apparaît donc que leur musique reste équilibrée dans l’approche instrumentale. Le deuxième morceau est à cet égard un bon témoin de ce constat. La musique est également travaillée dans ses structures, avec des breaks, des rebondissements et heureusement une certaine fluidité générale. A ce niveau, on constate que les instruments traditionnels, la guitare sèche, voire les claviers (on constate quelques approches légères à la BISHOP OF HEXEN), font bien leur travail. A cela s’ajoute une puissance réelle, qui est d’autant bienvenue vu le style, le rythme étant justement assez soutenu pour ce type de Black. La voix accompagne cette puissance avec une aisance notable, dégageant elle-aussi un certain coffre appréciable. Cela n’empêche d’ailleurs nullement la subtilité globale et ponctuelle qui se dégage aussi de cet opus.

Bref, tout va bien d’un point de vue formel. Il ne manque finalement à SELVANS, que l’inspiration suffisante pour mener tout ce travail à bon port. L’ensemble est en effet bien mené aussi de ce point de vue, agréable et pas du tout dépourvue d’assise mélodique crédible, mais il n’y a pas les grandes mélodies qu’on aurait aimé entendre. Même si l’inspiration est là, sa relative insuffisance nuance l’impact émotionnel de la musique, la limite en tout cas.

Il eut été dommage que je ne fasse pas la chronique d’un tel album, car il est vrai que le concept, mais surtout l’ambiance qui s’en dégage, colle bien à la culture romaine archaïque, c'est-à-dire à celle des premiers siècles de la civilisation romaine. L’esprit païen est donc au cœur de leur musique et lorsque l’on sait que le groupe a participé à une compilation en hommage NOKTURNAL MORTUM en jouant un morceau de Goat Horns, on comprend à quel point ils jouent un paganisme très panthéiste. Le résultat est là, on y croit ! Le visuel est de qualité, de plus, avec un ensemble marron vert tout à fait en accord avec leur concept et la pochette, où les dessins païens et Nature échangent avec un certain mysticisme panthéiste et cosmique. Le travail infographiste est bon, un peu dans la veine de ce que l’on trouve sur les albums d’ELUVEITIE. Le seule véritable reproche consiste en un livret de 12 pages seulement (pour certains le format A5, qui ne se justifie pas vraiment, sauf s’approcher de l’aspect livresque, mais alors pourquoi ne pas avoir grossi le livret ?). Ne faisons pas trop la fine bouche !

Un album au potentiel plus qu’évident, à qui il manque d’un peu d’inspiration pour donner une grande œuvre. Bon travail !

par Baalberith, le 07/06/2016

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

AFSKY - SorgLOTH - ApocrypheSUNKEN - DeparturePURE WRATH - Ascetic EventideSOLBRUD - VemodSOLBRUD - JaertegnPLANETSHINE - Way to NowhereSALE FREUX - VindilisRUNESPELL - Unhallowed Blood OathPURITAS VIRGINUM - Décennie de SouffranceAN AUTUMN FOR CRIPPLED CHILDREN - The Long GoodbyeMACABRE OMEN - The Ancient Returns

D'autres albums d'ambiance Païenne recommandés

GRIFT - ArvetGRIFT - SynerDOWNFALL OF NUR - Umbras de BarbagiaVINDLAND - Hanter savetWIEGEDOOD - De doden hebben het goedHAVUKRUUNU - HavulinnaanNECROPOLE - OstaraCAVERNE - Aux Frontières du MondeCAVERNE - Chants des Héros OubliésKALMANKANTAJA - WaldeinsamkeitNATTFOG - Mustan Auringon RiittiFRIGORIS - Wind

Autres chroniques