SATEN

Index of Funeral

Quand on parle du Japon, on pense bien sûr aux grandes villes que sont Tokyo ou Osaka, ainsi que celles ayant une importance historique comme Kyoto, Hiroshima, voire Nagoya pour les Jeux Olympiques. Rares sont les Occidentaux connaissant les îles les plus au sud et formant Okinawa, célèbres cependant pour avoir été l’un des théâtres de la deuxième guerre, et pour accueillir toujours à notre époque les bases américaines depuis la défaite.

 Ces événements pourraient en faire un mobile parfait pour créer une musique sombre, haineuse et pourquoi pas revencharde, mais non. Comme toutes les régions chaudes du monde, on y est plutôt enclin à danser et chanter sur des airs joyeux. Les groupes de metal y sont rares, et heureusement, il y a SATEN, un groupe qui n’a pas trouvé la joie de vivre et propose une musique lourde et sans issue qu’il a désiré classer dans le « Funeral Doom Black Metal ».
 C’est un genre qui a ses adeptes mais qui en laissent beaucoup de glace. Eh bien ce n’est sûrement pas cet opus qui leur permettra de devenir fan du style. Il est très lourd, très lent, avec 4 morceaux qui vous plombent bien l’ambiance, mais qui n’a pas assez d’originalité.
 L’ « Index I » fait 5 minutes. Les 3 premières sont faites de bruits de vent et le reste sont des grésillements accompagnés d’une mélodie lointaine à la guitare. C’est une longue introduction plus qu’un titre à part entière.
 L’ « Index II » propose les 15 minutes les plus intéressantes de la galette. Sur un doom des plus pesants, un chant proche de l’incantation religieuse bouddhique apparait à la 5ème minute et fait son effet. Il rappelle quelques passages de la superbe bande annonce de AKIRA, l’animé culte japonais. Le morceau nous plonge dans une obscurité totale intemporelle, et on ne sait pas finalement si 5 minutes ou 50 ont passé une fois qu’il est terminé.
 L’ « Index III » commence et termine avec du piano, joué à un rythme toujours pachidermique. C’est un artifice classique dans le doom funéraire, et on peut en être blasé. Le reste du morceau aussi est trop classique, jusque dans le « chant », caverneux, posé et lent. Ce titre de 9mn n’a pas beaucoup d’intérets. Il reproduit bien ce que d’autres ont déjà fait, comme NORTT.
 L’ « Index IV » est dans la même veine. Efficace mais sans aucune patte personnelle. Il faut soit être en manque, soit être un débutant dans le style pour trouver cela génial.

  Voilà donc le tort de SATEN : le groupe a trouvé un filon mais décide de ne pas l’exploiter. Des morceaux comme l’ « Index II » avec une touche asiatique, même légère, lui auraient donné une identité. Finalement, il a peut-être eu peur de tourner en rond trop vite et propose des choses bien trop banales pour se remarquer sur ce premier essai en CD-R limité à 100 copies...
http://www.myspace.com/saten666

par Sakrifiss, le 16/08/2010

D'autres albums de Black Doom Metal recommandés

BETHLEHEM - BethlehemFORGOTTEN TOMB - Songs To LeaveNOCTURNAL DEPRESSION - Four Seasons to a DepressionMORTUALIA - Mortualia

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

AFSKY - SorgMIST OF MISERY - Shackles of LifePESTNACHT - Nosophoros, of Blackness and MisanthropyRUNESPELL - Unhallowed Blood OathRIENAUS - AamutähdelleSLAEGT - IldsvangerTHE WANDERER... - Aura NocturnalDUNKELHEIT - Mors AeternaNEKROKRIST SS - Der TodeskingNORMAN SHORES - Le tombeau de brumePESTILENTIAL SHADOWS - DepthsDARK SONORITY - Kaosrekviem

Autres chroniques