SAINT FRENESS

Sotres

Nous voici avec SAINT FRENESS, premier du nom, en fait un ancien bonhomme d'OSIRION qui a décidé de se la jouer solo. Le projet existe depuis 6 ans environ mais ce n'est que maintenant que sort son premier album, sans même passer par la case démo. Une démarche pouvant paraitre présomptueuse mais au vue de la qualité on se dit qu'il a finalement bien fait de tout nous donner d'un coup.

Forcément en 6 ans on a le temps de composer, ce qui explique peut être cette durée anormalement longue - 1h13 svp ! - mais il s'avère que les temps morts sont rares grâce à une certaine hétérogénéité de l'ensemble qui se révèle étrangement bénéfique. On passe du brutal à l'atmosphérique, du rageur au contemplatif, du caveau nauséabond au ciel le plus étoilé. Dit comme ça, il y a de quoi rester dubitatif et pourtant SAINT FRENESS se débrouille très bien sur tous les registres. A défaut d'une réelle identité musicale, c'est certainement ce qui fait la force du projet.

Comme je le disais, la variété sur cet album est de mise. Des deux premiers titres assez rentre dedans, presque black suédois, on arrive sur des ambiances lourdes et rampantes ("Corpse of Madness","Duergars" ou le superbe "Gorgone") un peu à la manière d'un AOSOTH. Cela devient encore plus lents et torturés sur "Silence Atrium". D'autres titres se révèlent très intenses et puissants comme "Dakinis" et les débuts suffocants de "Madan" me rappellent le côté dérangé d'un LEVIATHAN, certainement à cause de la voix qui se met à gargouiller, allez savoir. A l'opposé certains passages sont très légers ("Onosceles") voir complètement mielleux (break sur "Sotres") et ce décalage rend perturbant les premières écoutes.

Les titres étant relativement long (de 5 minutes à près de 12 minutes pour le plus long) la structure des morceaux se retrouve toujours ponctuée de changements de rythmes et de break judicieux, parfois à l'aide d'un riff bien sentis ("Asouras"), d'une accélération salvatrice ("Dakinis") de montées en puissance très prenantes ("Sortres"), ou simplement d'un passage ambient ("Gorgone"). C'est cette myriade de détails qui empêche la linéarité de s'installer, des banals samples d'armes à feux sur "Alrunes" aux riffs purement Thrash sur "Dakinis" et "Duergars" sans oublier ces nombreux solo typés heavy qui déboulent un peu partout sans prévenir sur la plupart des titres. Le synthé, toujours bien amené, joue aussi son rôle et grandit les compositions au bon moment (le très bon "Asouras" par exemple) ajoutant cette touche atmosphérique nécessaire. C'est cet ensemble de choses qui permet de tendre l'oreille assez souvent et de rendre les morceaux facilement mémorisables, on se laisse facilement prendre au jeu. Après tout, ces détails reflètent le monde de SAINT FRENESS, à la fois décadent, sale et malsain, avec des sursauts de douceurs et de grandeurs par moments, juste ce qu'il faut.

Côté objet, on est dans du classique. La pochette a le mérite de comporter tous les codes du genre : clous, corpse paint, tête de mort et un bon fuck off des familles. Le livret ne fait que 4 pages mais contient une mini interview du sieur en question, histoire de se faire une meilleure idée du projet. Un peu courte ceci-dit, c'est pas la place qui manquait pourtant.

Au final Sotres est un album de qualité qui arrive de manière assez inattendue. Vu le nombre de sorties actuelles et la faible limitation du bidule (100 exemplaires), cette sortie risque de rester assez confidentielle, pourtant elle ne démérite pas et je conseille à tout amateur de se pencher sur la question, il risque d'être surpris, en bien évidemment.

par Blaise, le 30/08/2013

D'autres albums de Black Metal recommandés

DIAPSIQUIR - A.N.T.I.KERMANIA - AhnenwerkNEKROS MANTEIA - Deus OtiosusIMMORTAL - Diabolical Fullmoon MysticismARS MORIENDI - Du tréfonds d'un êtreENSLAVED - EldNUIT NOIRE - Fantomatic PlenitudeKAMPFAR - Fra UnderverdenenNUIT NOIRE - Infantile EspiegleryDYSTER - Le Cycle SénescentNEHËMAH - Light Of A Dead StarNUIT NOIRE - Lunar Deflagration

D'autres albums d'ambiance Psychologique recommandés

ANTI - The Insignificance Of LifeGRIS - Il Etait Une Forêt...TOTALSELFHATRED - TotalselfhatredLUTOMYSL - CatharsisCHROME WAVES - Chrome WavesSHOGGOTH - Pandemia Of HatredAMNION - The Return Of Total DesolationWOLOK - Servum PecusSARKOM - Aggravation Of MindAMNION - Burn The ForestLUTOMYSL - De ProfundisLES CHANTS DE NIHIL - La Liberte Guidant le Fer

Autres chroniques