SADNESS

Leave

SADNESS fait partie de ces groupes hors-norme qui le sont de moins en moins depuis une petite dizaine d’années. En effet depuis sa naissance en 2014, le one-man-band de l’Illinois a réalisé pas moins de 12 albums, 4 splits et quelques démos et EP ! Le pire est que l’homme-orchestre officie également dans d’autres groupes, notamment AN OPEN LETTER, chroniqué ici même.

Après avoir écouté malgré tout la plupart de la discographie, le constat est sans appel : beaucoup de bruit pour pas grand-chose. Comme quoi, à force de surproduire, on finit par se noyer. Ce Leave, seul album pour l'année 2017 est à peu de chose près le seul produit intéressant de la discographie. Il est d’autant plus noyé dans la masse qu’il vaut carrément le coup !

Alors à quoi a-t-on affaire ici ? Comme bien souvent dans une discographie aussi dense, à du Black Metal atmosphérique "charnel". Le son est assez brut sans être raw, les claviers sont très présents, mais ne noient pas les guitares qui sortent de temps à autres d’une structure musicale plutôt aérienne. Le niveau technique, très relatif, est ici largement compensé par la variété des morceaux qui exploitent, tour-à-tour, un Black atmosphérique assez cru (ex : premier morceau), un autre très proche d’un groupe comme WOODS OF DESOLATION (deuxième morceau) et le reste de l’album qui suit plus ou moins des influences shoegaze (sans en être vraiment totalement imprégné).

Finalement, difficile de parler de véritable linéarité, même si au cœur d’un même morceau il n’y a guère de forte coupure, certains pouvant être très longs (plus de vingt minutes pour le dernier). Le résultat est très intéressant : l’inspiration est là, la magie opère, et on est pris dans une musique que le maître d’œuvre a eu l’intelligence d’agrémenter de quelques passages subtils, notamment avec la plage de piano au début du quatrième morceau ou quelques légers passage d’ambient.

Produit en format digital seulement car non labellisé (comme c’est étrange !), l’album n’offre donc aucun visuel et la pochette, tout comme le style, n’encouragent pas le regret à ce sujet. L’ambiance, en revanche est très bonne : mélancolique et sombre.

Un très bon album au final, subtil et inspiré, qui fait penser à un WOODS OF DESOLATION en plus varié et aérien. Certes il est pour un public averti, mais il remplit largement son contrat !


par Baalberith, le 26/03/2018

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ANTLERS - Beneath.Below.BeholdVIOLET COLD - Sommermorgen (Pt. I to III)DRUDKH - They Often See Dreams About the SpringAFSKY - SorgONIRISM - The Well of StarsLOTH - ApocrypheLUMNOS - Ancient Shadows of SaturnSUNKEN - DepartureSUMMONING - With Doom We Come ZAKLON - Viatry Karacunavaj nocyULG - WindarkRUNESPELL - Unhallowed Blood Oath

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

SALE FREUX - VindilisSALE FREUX - Adieu, vat !ASTHENIE - Oraison funèbre par le sang et la maladieBAISE MA HACHE - Le Grand SuicideBLOOD STRONGHOLD - From Sepulchral Remains...OWL'S BLOOD - Cold Night of MeditationBLOOD RED FOG - On Death's WingsPROPAST - Věstnik PreispodnjiHYPOMANIE - Calm Down, You Weren't Set on FireSLEEPING PEONIES - Ghosts and Other ThingsBLOOD RED FOG - HarvestSVIKT - I Elendighetens Selskap

Autres chroniques