SAD

Abandoned and Forgotten

 Pardonnez-moi, je suis un homme bien faible. J’adore SAD malgré la simplicité évidente de leurs compositions. Et en plus ça dure depuis leur premier album de 2006. Pourtant les musiciens ne sont pas des génies, et il est même difficile de trouver beaucoup d’originalité dans ce qu’ils font, leur projet parallèle, KVELE, l’a bien prouvé.
 Oui, mais voilà, Ungod (instruments) et Nadir (chant) font exactement le genre de musique qui me touche. Une musique qui au premier abord est agressive, et avec un rythme évident, mais qui cachent beaucoup d’émotions. Leur musique crache de la déception et une mélancolie forte. Les fans de THE ARRIVAL OF SATAN comprennent sûrement de quoi je parle.
 Pour arriver à ce résultat, il suffit de peu de choses et chez SAD, ce sont les guitares et les vocaux qui y parviennent.
 Sur un rythme rapide emporté par la batterie, les guitares grésillent et lâchent des mélodies simples, mais torturées au plus haut point. Elles sont de gémissements aussi efficaces que les vocaux, légèrement nasillards, mais balancés avec une sincérité et une implication rares. Les cris viennent de loin, et on imagine bien le chanteur ramasser ses tripes par terre une fois l’enregistrement terminé. Le titre de l’album revient alors en mémoire : Abandonned and Forgotten. Eh bien oui, il doit bien avoir été « abandonné et oublié » pour gueuler ainsi et essayer de montrer son existence. La haine, la misanthropie et la peine se mêlent et c’est suffisant pour emporter l’auditeur. Les paroles peuvent être connes comme tout, elles sont hurlées avec une telle conviction qu’on pardonne tout. La répétition de « Fall from Grace » et les cris inaudibles qui parsèment l’album sont jouissifs.
 C’est tout ce que SAD a à proposer. Ça va paraître pauvre à certains, mais c’est bien le style de black qui vient me transpercer le cœur. Quel plaisir sur les 5 titres de 8mn chacun ! On ne peut reprocher qu’un manque de puissance au niveau du son pour appuyer plus encore sur les émotions dégagées.
 Un sixième morceau de 11mn est un peu décalé du reste. Il débute par une longue introduction de près de 5 minutes à la guitare acoustique, et enchaine par le style SAD, en plus lent cependant. Normal, il s’agit en fait de « Street Spirit », une reprise de RADIOHEAD (Album The Bends, 1995)… Un choix intéressant qui montre que quelques arrangements suffisent pour rendre un titre qui ne vous concernait pas en brulot de BM désespéré…
 http://users.forthnet.gr/ath/thimios

par Sakrifiss, le 19/05/2011

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

PESTNACHT - Nosophoros, of Blackness and MisanthropyCAVERNE - Chants des Héros OubliésSLAEGT - IldsvangerKRIEGSMASCHINE - Prism : Archive 2002-2004PAGAN HELLFIRE - In Desolation, in RuinsFREITOD - Possessed by the Horns of TerrorXAOS OBLIVION - Desolation...DER STÜRMER - Transcendental Racial IdealismSVIKT - I Elendighetens SelskapMARTIRE - MartireINQUISITION - Into The Infernal Regions Of The Ancient CultSA MEUTE - 50 contre 1

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

BLODSRIT - HelvetshymnerHELLSAW - TristANCIENT - SvartalvheimSALE FREUX - VindilisPESTE NOIRE - La Chaise-DyableSALE FREUX - Adieu, vat !ASTHENIE - Oraison funèbre par le sang et la maladieMORTIS MUTILATI - Mélopée FunèbreBAISE MA HACHE - Le Grand SuicideMORTIFERA - IV: Sanctii tristhessBLOOD STRONGHOLD - From Sepulchral Remains...OWL'S BLOOD - Cold Night of Meditation

Autres chroniques