ROTTING CHRIST

Aealo

 Genres, sous-genres, mélanges... Difficile parfois de mettre une étiquette sur la musique d'un groupe. Tout le monde a plus ou moins ses notions personnelles du BM, et les frontières du genre varient selon les individus. Alors pour réviser un peu et préparer notre papier :

 « HYPOCRISY fait du death, mais on trouve leurs morceaux sur blackmetalradio.com et la chronique de Arrival est sur Postchrist.
 AMON AMARTH est aussi du death, mais apparemment édulcoré selon les amateurs du genre.
GRAND BELIAL’S KEY, c’est du BM avec des touches death.
ARGHOSLENT, c’est la même chose mais à l’envers…
DARKTHRONE, ce sont des traîtres qui sont passés du death au black puis au punk.
Et ROTTING CHRIST, c’était du grindcore à l’origine qui est passé au black metal, puis au gothic et qui est revenu au BM… »

 Ah oui ? Bon, c’est un peu le bordel quand même tout ça. Ce nouvel album de ROTTING CHRIST est aussi black que SEPTICFLESH sur Communion. C’est vous qui voyez si ça veut dire que ça l'est ou pas.
 Il faut dire que le groupe a trouvé un son et des compositions qui lui sont propres : des vocaux qui se rapprochent plutôt du death, des chœurs féminins dans le ton, des claviers qui ajoutent de la tension... Et le résultat est une musique qui nous plonge dans la Grèce antique, exactement comme sur le précédent album de 2007, Theogonia.
Dès le premier titre, nous sommes transportés dans leur monde de guerres, de destructions, de batailles fières. Il n’y a pas beaucoup de place pour le repos des guerriers, si ce n'est sur les 3mn de «dub-sag-ta-ke » qui coupent un peu avec le reste car le chanteur répète inlassablement les mêmes paroles, mais la musique est bien présente, ne lâchant pas d'un pouce l'auditeur. Il n’y a donc que « Nekron lahes...» qui permet de reprendre son souffle avec des voix féminines hypnotiques qui se lancent dans des incantations. En fait, cet entracte est inspiré d'une musique traditionnelle grecque et interprété par le groupe de choeurs, PLEIADES.
 Ces voix féminines sont celles qui apparaissent aussi sur d'autres titres, et elles ne sont évidemment jamais dans le style gothic. Elles ne sont pas là pour faire "beau" comme chez TRISTANIA ou les récents DARK SANCTUARY ni pour remplacer une bonne voix masculine comme le font plus ou moins bien les chanteuses de CADAVERIA, ASTARTE et TYMAH. Ce sont vraiment des chants qui collent à la musique et rajoutent en ambiances. Ils sont par contre un peu trop nombreux, au point qu'à la première écoute, on se focalise trop sur eux et pas assez sur la musique. C'est tout de suite réparé à la deuxième où ce sont les riffs qui montrent les dents. Il y a effectivement de superbes soli, soit death, soit heavy, très efficaces et rapidement assimilables, comme sur « Demonon Vrosis » ou « Noctis Era ». C'est l'une des grosses qualités de cet opus d'ailleurs ! On devient vite familier avec les titres et ils restent en tête pour longtemps. Les refrains et couplets, ainsi que les choeurs masculins en retrait enfoncent le clou. Le groupe parvient à maintenir la tension pendant les 50 minutes que durent ces 11 morceaux et une fois terminé, on est repu.
 Alors certes, la musique de ROTTING CHRIST peut être critiquée pour être édulcorée et facile d'accès, mais elle marque l'auditeur; elle est jouissive et colle complètement au concept. Comme AMON AMARTH parvient à nous convaincre être des vickings échappés de leur époque, ROTTING CHRIST parvient à créer la bande-originale parfaite du film intérieur que chacun peut se faire de la Grèce Antique. Dommage que toutes les paroles ne soient pas en grec. Beaucoup sont en anglais...
 Enfin, un mot sur le dernier titre qui est une reprise de Diamanda Galas, musicienne d’avant-garde américaine d’origine grecque, bien entendu. Son chant est lui aussi telle une incantation possédée qui conclue idéalement cet album excellent. Je ne la connaissais pas, et bien ça m'a donné envie d'en savoir plus sur elle tant sa voix se pose bien sur le style ROTTING CHRIST.
 http://www.myspace.com/rottingchristabyss

par Sakrifiss, le 07/06/2010

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

MESARTHIM - AbsenceSKYFOREST - AftermathVAMPIRIA - Among MortalsFAR BEYOND - An Angel´s RequiemGRAVEWORM - As The Angels Reach The BeautyDISMAL EUPHONY - Autumn Leaves: The Rebellion of TidesBLOOD STAINED DUSK - Black Faith InquisitionOBSIDIAN GATE - Colossal ChristhuntDIABOLICAL BREED - Compendium InfernusCRADLE OF FILTH - Cruelty And The BeastTVANGESTE - Damnation Of RegiomontumCARACH ANGREN - Death Came Through a Phantom Ship

D'autres albums d'ambiance Gréco-Romaine recommandés

LUX OCCULTA - DionysosOBSIDIAN GATE - Colossal Christhunt

Autres chroniques