RAVENTALE

Transcendence

Six années et quatre albums se sont écoulés depuis le premier essai de Astaroth Merc, homme-orchestre de RAVENTALE. Autant dire que le bougre n'a pas trainé. Néanmoins, ces quatre albums n'ont pas apporté un intérêt certain à la discographie de ce one-man-band, au point que l'on pouvait se poser des questions quant à la viabilité de son projet. Avec ce sixième album, Transcendence, on serait presque rassuré, car la qualité revient sur le devant de la scène, qui plus est dans un style bien différent...

En effet, cet album aborde un Black Metal atmosphérique et mélodique où chacun des 4 morceaux présents (de plus de 10 minutes à chaque fois) possède sa personnalité. Le premier est dans la veine slave traditionnelle, jusque dans une voix assez grave et éraillée (pas du plus bel effet, mais elle sied à la musique). Les mélodies sont moins évidentes que sur le premier album, plus distillées dans un ensemble assez posé, à une ponctuelle intervention démonstrative près. Le deuxième est au contraire marqué par une voix bien plus aigüe et agréable, plus noyée dans les claviers, alors que le troisième morceau renoue avec un rythme plus posé, mais un effet mélodique des plus prégnants. Enfin, le quatrième et dernier morceau, vraiment plus classique et moins atmosphérique, conserve encore cette voix aigüe et bien Black et dévoile une musique très classique, mais bien réalisée.

Dans l'ensemble, donc, difficile d'y voir une influence bien marquée, mais l'homogénéité du produit n'est pas absente, bien au contraire ! Les structures musicales sont moins simplistes que par le passé, au contraire de la technique instrumentale qui ne fait pas dans la complexité si vous me pardonnez la litote. Néanmoins, cette dernière est bien adaptée au style et à l'atmosphère générale dégagée. L'alliance entre les nappes de claviers et les mélodies des claviers ou des guitares est finalement pertinente et permet de générer une inspiration suffisante pour que l'on ne passe pas à côté de l'album.

Visuellement, l'album est en revanche passé à côté d'une belle prouesse. En effet, le livret 12 pages cartonné est du plus bel effet, avec ce subtil dégradé vert-sombre des plus agréables. Cependant, la beauté esthétique est au détriment de la pertinence thématique car il est bien difficile d'y comprendre quelque chose. A peine devine-t-on l'éclipse en pages centrales. L'ambiance, de la même façon, sans proposer un concept très prononcé (apparemment dédié à la Nature, mais j'y perçois plus aisément quelque chose de sombre), dévoile quelques atmosphères bien évidentes.

Un nouvel album, différent mais très intéressant. Il manque encore le petit plus qui lui permettrait vraiment de décoller, mais l'ensemble est agréable.

par Baalberith, le 14/05/2013

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

RAATE - Demo IPAYSAGE D'HIVER - Paysage d'HiverSTERBEND - Dwelling LifelessMAKE A CHANGE... KILL YOURSELF - Make a change...kill yourselfDESOLATION TRIUMPHALIS - Forever Bound To NothingnessSUN OF THE BLIND - SkullreaderEMPEROR / ENSLAVED - Emperor / Hordanes LandBURZUM - Hvis Lyset Tar OssBURZUM - Det Som Engang VarENTHRONED - Prophecies of Pagan FireANCIENT - SvartalvheimPURITAS VIRGINUM - Décennie de Souffrance

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

LEVIATHAN (Swe) - Far Beyond The LightCLANDESTINE BLAZE - Deliverers Of FaithULVER - Bergtatt - Et Eeventyr I 5 CapitlerMORKEKUNST - MørkekunstKARGVINT - Once Killed SoulsPEST (Swe) - DauðafærðSHINING - I - Within Deep Dark ChambersSHINING - V - HalmstadMORTUALIA - MortualiaANGANTYR - HaevnMAKE A CHANGE... KILL YOURSELF - Make a change...kill yourselfCRAFT - Void

Autres chroniques