POSSESSION RITUAL

Incense of Opened Gates

Avouez, une pochette comme celle-ci, ça attire tout de suite l'œil. L'artwork du premier album du one-man band Allemand POSSESSION RITUAL, réalisé par un certain Akherra d'Ars Leprosa (inconnu au bataillon pour ma part) m'a clairement donné envie d'y jeter une oreille. Le fait que ce groupe soit signé sur Nihilward - le label ayant produit l'excellent album éponyme de LUTOMYSL de 2010, dont j'attends impatiemment la suite - a également attiré mon attention. Bref, un bon label, un magnifique artwork, comment ce Incense of Opened Gates pourrait-il être mauvais ?

Vous m'avez vu venir gros comme un camion j'imagine. La musique contenue sur cet album n'est absolument pas à la hauteur de l'excellence de l'artwork. On pourrait même dire que les deux sont à l'opposé : le dessin de couverture est fin, très détaillé, respire une ambiance occulte qu'on aime tant retrouver dans un bon disque de black metal ; la musique est basique au possible, l'ambiance inexistante, les riffs plats comme les terres belges et le tout avec une réalisation médiocre. Dès le début du disque, après une intro bien entendu inutile, on doit se taper du riff lent, chiant et sans aucun feeling ni intensité. Et le gus derrière tout ça, un certain Scorpios Androctonus, n'a même pas la courtoisie d'abréger nos souffrances : 10 putain de minutes pour une première piste où 2 - 3 riffs sans aucun intérêt se battent en duel, peu aidés par une voix tout ce qu'il y a de plus banale (voire médiocre), une batterie ennuyeuse et une production embarrassante. L'ambiance se veut certainement sombre et occulte, mais on est bien loin du compte. Au final on imagine plutôt un mec venant de découvrir le BM se terrer dans sa chambre en pondant deux riffs basiques plus ou moins dissonants et se dire « wow, c'est trop black metal ».

Et comme on pouvait s'y attendre, l'inspiration n'est pas venue chez le sieur Scorpios après cette très mauvaise entrée en bouche. On se re-mange du riff chiant et des simagrées pseudo-occultes avec voix claires déclamatrices à la con sur le reste de l'album, avec l'apparition de blast sur la deuxième piste. On est bien loin de l'accélération salvatrice, cela va sans dire. Mais vous n'avez encore aucune idée du potentiel de moisi que cet album possède tant que vous n'êtes pas arrivés au troisième titre, « Lunar Hysteria ». On atteint avec ce titre le climax du mauvais black metal, avec notamment ce premier riff dissonant totalement affreux et inaudible qui restera à jamais gravé dans ma mémoire comme ce qui se fait de pire dans ce style (même si POSSESSION RITUAL a quand même quelques sérieux concurrents, bien entendu).

Après m'être forcé à écouter ce disque plusieurs fois, je vais essayer de voir la vie du bon côté. On pourra dire que ce Incense of Opened Gates m'aura rendu plus tolérant envers les groupes de black metal moyen. Ecouter un disque de repompe de DARKTHRONE sera une sinécure après m'être farci cette infamie ! Bref, à tout le monde, évitez absolument ce disque, à moins que vous ne vouliez le « Guide des erreurs à éviter en black metal ».

par Jankowitch, le 28/05/2012

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ANTLERS - Beneath.Below.BeholdTHIASOS DIONYSOS - SatyrDRAUGNIM - Horizons LowBORKR - AmberOSCULUM INFAME - Dor-Nu-FauglithMOTHER DARKNESS - One Hundred Years of EmptinessAUSTERE / ISOLATION - BleakDRUDKH - Autumn AuroraKALMANKANTAJA - WaldeinsamkeitENTHRONED - Prophecies of Pagan FireERED WETHRIN - Tides of WarVINTERSORG - Ödemarkens Son

D'autres albums d'ambiance Occulte recommandés

LIMBONIC ART - Ad Noctum - Dynasty Of DeathALGHAZANTH - Wreath of ThevetatARYOS - Maître des Dominations CérébralesALGHAZANTH - Vinum Intus OCCULTUS - InthialABHOR - Ab Luna Lucenti, Ab Noctua ProtectiWOLD - FreermasonrySIGH - In SomniphobiaDESOLATION TRIUMPHALIS - Forever Bound To NothingnessIMMORTAL - Diabolical Fullmoon MysticismDUX - VintrasNEHËMAH - Light Of A Dead Star

Autres chroniques