PESTNACHT

Nosophoros, of Blackness and Misanthropy

Première démo pour cette formation française dont on ne sait quasiment rien (si on ne lit pas les bons fanzines bien sûr), les membres n'ayant même pas de pseudo et le contact ne se faisant que via le label. Pourtant, comme souvent dans l'underground, cette discrétion camoufle une très grande qualité, à la hauteur de certains classiques du genre, et j'en suis le premier surpris — d'où chronique.

Premier constat donc, le type derrière le projet connait très bien ses classiques, au premier abord on est dans la tradition DARKTHRONE / GORGOROTH de la bonne époque, un auditeur lambda de Black Metal y trouvera rapidement ses marques, mais c’est sans compter ce petit plus qui fait justement toute la différence. En effet, PESTNACHT sait y mettre toute la dévotion nécessaire pour pousser l'ensemble vers le haut. Il ne fait pas de simple copier-coller sans âme, il ne fait pas juste que rendre hommage à ses aînés non plus, il y insuffle justement tout son fiel, ses traumatismes, ses blessures et ses angoisses pour un rendu des plus convainquant, voire transcendant, et je pèse mes mots.  

L’ensemble est évidemment porté par la voix, pourtant classique, mais terriblement traumatisante, par son omniprésence mais aussi par son rendu totalement déchirant et jusqu’au-boutiste, on sent que le type a vraiment tout donné. Et c’est sans compter les leads et la tension permanente, rappelant les grands moments d'un GORGOROTH (première période évidemment), notamment sur ce « In the Shadow of Borgo » qui atteint des sommets d’entrée de jeu. Par extension, on y trouve aussi de nombreux points communs avec la scène finlandaise, entre SARGEIST et HORNA, ce dernier étant particulièrement palpable sur un titre comme « Return to Darkness and Despair » où l’ombre d'un Evangels of Satan n’est pas loin du tout. Et c’est comme ça partout, sincèrement, je ne vois vraiment aucun défaut à cette sortie.

Je ne vais donc pas m’étendre plus et ne peux que vous inciter fortement à vous procurer la démo, car rarement dans le genre une telle intensité fut atteinte dès le début. Si une suite est prévue — ça a l’air mal parti, mais on ne sait jamais — on ne peut que l'attendre avec impatience !

par Blaise, le 10/03/2016

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

BLOOD OF KINGU - Sun in the House of the ScorpionSHOGGOTH - Pandemia Of HatredMALEFICUM ORGIA - Maleficum OrgiaONE MASTER - Forsaking A Dead WorldAMNION - Burn The ForestIRRLYCHT - IrrlychtZERVM - Nihil Morte CertivmSUPPLICIUM - Atrae PoenaeDEATHCULT (Nor) - Cult of the DragonPAGAN HELLFIRE - The Will of NightCHADENN - ChadennDARKTHRONE - Sardonic Wrath

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

AFSKY - SorgULG - WindarkRUNESPELL - Unhallowed Blood OathDEADWOOD - Picturing a Sense of LossWHITE DEATH - White DeathDARK SONORITY - KaosrekviemMIST OF MISERY - Shackles of LifeAU CHAMP DES MORTS - Dans la joieEMPEROR / ENSLAVED - Emperor / Hordanes LandARKONA (POL) - LunarisURFAUST - Der Freiwillige BettlerURFAUST - Trúbadóirí Ólta an Diabhail

Autres chroniques