PESTE NOIRE

Ballade cuntre lo Anemi Francor

PESTE NOIRE fait partie de ces groupes qui ont à cœur d'innover et de ne pas se cantonner aux sentiers parfois très balisés du Black Metal. Oui, c'est là un bon point et une démarche tout à fait louable. Le problème est, comme souvent avec ce genre de résolutions, d'arriver à maîtriser son style. Et c'est justement là que la question se pose ! Le groupe a voulu allier à la fois un concept médiéval avec une bonne touche de crade et de malsain, ainsi qu'une bonne dose d'originalité et de variété. Le but ? Peut-être offrir un produit de Black Metal nouveau, une sorte de style épuré dans le fond et non la forme ? Le résultat pêche surtout sur un point : la sauce a du mal à prendre.

On y a cru sur le premier album, beaucoup moins sur le deuxième, et ce troisième album, qui reprend plutôt la voie du deuxième album, n'arrive pas à créer cette atmosphère et ce sentiment chez l'auditeur. Les passages de voix claire sont mal positionnés ou mal faits (ex : début de l'album), l'ajout de quelques passages sont si décalés par rapport à la musique et au « concept » (tenté que l'on puisse réellement en définir un !) qu'ils n'apportent strictement rien. La présence de piano, d'un son retravaillé pour faire vieillot (ex : début du 3e morceau), de guitare sèche ou d'autres instruments classiques chez les troubadours du Moyen Age, voire de l'harmonica pourtant inconnu sous sa forme actuelle au Moyen Age, sont insuffisants pour compenser les carences d'inspiration. C'est aussi le cas pour ces breaks réguliers qui coupent l'album sous forme de courts morceaux plus ou moins pertinents et bien faits.

Justement le concept, l'ambiance également, qu'en attendre ? Ce n'est certainement pas ce visuel totalement niais (qui, on l'aura compris, participe volontairement à donner l'impression d'un style épuré et malsain dans sa simplicité) qui fait chou blanc sur ce point et n'aide en rien l'auditeur à se plonger dans l'atmosphère de l'album. Il ne reste pour PESTE NOIRE en fait que le talent certain (ou un certain talent) dans les riffs de guitare pour sauver quelques meubles. C'est là le côté intéressant de cet album, qui dépasse les influences rock (presque punky), pour rester un tant soit peu dans le style Black Metal (que je suis certain le groupe renie parfaitement, comme tout bon groupe de Black qui veut se donner un genre intègre -ironie-). Les structures sont certes bancales, mais on accroche sans problème à plusieurs passages d'un album au final assez riche. Le dernier morceau est par exemple vraiment prenant !

Un album qui ravira certains, horripilera d'autres, mais ne laissera certainement personne indifférent.  Il possède des qualités indéniables et il est certain qu'il demande au moins deux ou trois écoutes avant de conclure quant à son appréciation, mais PESTE NOIRE a voulu trop bien faire, aller trop loin dans son « trip », pour rester parfaitement crédible. C'est dommage car le potentiel des compos est bien là ! Je doute que même après plusieurs écoutes ceux qui se seront fait un avis premier en changent radicalement...

par Baalberith, le 04/05/2009

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

ANGMAR - Zurück in die Unterwelt CATAMENIA - Winternight TragediesFRIGORIS - WindASMUND - WillFINSTERFORST - Wiege der FinsternisTHY PRIMORDIAL - Where Only The Seasons Mark The Path Of TimeGRAVEWORM - When Daylight's GoneFINSTERFORST - WeltenkraftORDER OF THE WHITE HAND - Veren muistoGOATMOON - VarjotVALLENDUSK - VallenduskELDRIG - Urlagarne

D'autres albums d'ambiance Médiévale recommandés

PESTE NOIRE - La Sanie des siècles - Panégyrique de la dégénérescenceDARKENHOLD - Memoria SylvarumLUNAR AURORA - AndachtDARKENHOLD - CastellumSUHNOPFER - OffertoireSATYRICON - Dark Medieval Times

Autres chroniques