PENUMBRA

Seclusion

PENUMBRA, PENUMBRA. Ce nom résonnait encore au début des années 2000 comme l’'un des fleurons et futurs grands espoirs de la scène Black Metal française. Ce troisième album m'’a en réalité fait vite changer d’'avis (peut-être temporairement? ).

En effet, la direction empruntée par le groupe est déjà déplaisante (voix Black mise en retrait et voix féminine accentuée), mais de plus, aucune composition ne sort vraiment du lot, à part peut-être le 3e morceau, grâce à une utilisation judicieuse de cornemuse. Et cette profusion de voix féminine ! Moi qui ne suis pas très fan, je n'’avais rien à dire pour le précédent album où elles étaient très intelligemment placées et agréables, mais là il n’'y a plus qu'une chanteuse (en plus certainement la moins bonne des deux) et de surcroît sa voix est mise tout le temps et n'’importe comment : on a l’impression de se retrouver devant un ultime ersatz de THEATRE OF TRAGEDY ou d'autres émules du genre. Bref : stérile et sans grand intérêt ! Loin de moi l’'idée d’'oublier les qualités instrumentales et symphoniques du groupe, mais force est de constater que l'’ambiance et la symphonie, justement, sont bien moins élaborées et mises en avant que sur le précédent album. L'’ajout de nombreuses voix claires (masculines) témoigne d'’un chant mal maîtrisé et qui n'’apporte strictement aucun intérêt au style et à la structure musicales. Cette dernière est d’'ailleurs plus épurée, classique et moins bien maîtrisée que sur leurs précédents albums. Seule une certaine touche d'’originalité est à mettre à leur avantage, et encore : elle est grandement sous-exploitée ! Elle aurait pu accentuer l'’intérêt du rendu musical, comme sur une partie du 3e morceau, mais au contraire, elle en devient souvent énervante, au mieux d’'une neutralité navrante.

Toute cette critique peut vous paraître franchement exagérée et blessante, mais elle tient surtout à ma déception par rapport à ce que j’'attendais d'’eux. Les fans du genre qui ne sont pas insensibles à une musique soft et très classique dans sa présentation, ne devrait pas être déçus, surtout que pour cette orientation plus Metal atmosphérique classique, il faut avouer que PENUMBRA a réussi son pari en évitant linéarité musicale et répétition abusive.

Bref, PENUMBRA a échoué là où on l’'attendait : insider d'’une scène française de Metal extrême et orchestral, le groupe a sombré dans la banalité d’un énième groupe de Metal atmosphérique à voix féminine, qui risque de leur offrir d'’autres fans de la première heure mais en écartera beaucoup de plus récents. Peut-être était-ce voulu ? Retournez écouter les précédents albums, ça vaudra mieux !

par Baalberith, le 28/11/2012

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

MIST OF MISERY - Shackles of LifeSKYFOREST - UnityART NOIR - Symphonies FunèbresDIABOLICAL BREED - Compendium InfernusALGHAZANTH - The Three-Faced PilgrimALGHAZANTH - Vinum Intus ALGHAZANTH - Wreath of ThevetatVAMPIRIA - Among MortalsTVANGESTE - Damnation Of RegiomontumNOKTURNAL MORTUM - Goat HornsKATAXU - Hunger Of ElementsMOONSORROW - Verisäkeet

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

PENUMBRA - EmanateNAGELFAR - SrontgorrthCATAMENIA - EshkataCATAMENIA - Chaos BornOLD MAN'S CHILD - Revelation 666 - The Curse Of DamnationDIMMU BORGIR - Enthrone Darkness TriumphantDIMMU BORGIR - Spiritual Black DimensionsDIMMU BORGIR - Puritanical Euphoric MisanthropiaABIGOR - Channeling The Quintessence Of SatanENSLAVED - Axioma Ethica OdiniALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityALGHAZANTH - The Three-Faced Pilgrim

Autres chroniques