PANPHAGE

Drengskapr

Si la sortie du premier album Storm a permis au projet principal de Fjällbrandt (ex-DOMGARD) de sortir de l'ombre en 2015, après 10 ans de grande discrétion, j'espère que la sortie du deuxième album, Drengskapr, va lui offrir une reconnaissance encore supérieure, car s'il y a un bien un groupe intéressant ces dernières années dans le BM, c'est bien PANPHAGE !

On peut déjà remercier Aetergap et Nordvis d'avoir rapidement pris les devants face à l'engouement autour du projet, en nous permettant de facilement retrouver les précédentes démos —  regroupées sur Genom Konst & Krig en une compilation 2 CD  —  déjà sold-out, mais aussi de bientôt rééditer Storm, aka. l'album-tuerie-de-2015-qui-n'existe-qu'en-cassette-pour-le-moment, et de rendre le petit dernier, Drengskapr, accessible à une échelle convenable. 

Alors vous allez me dire, "C'est si bien que ça PANPHAGE ?" Et comment !  Si vous aimez TAAKE (bonne période, devrait-on préciser) croisé avec les ambiances du vieux ARCKANUM et doublé d'une aura terriblement dominatrice, alors vous accrocherez sans hésiter. Storm représentait vraiment la quintessence de ce mélange, tout y était éminemment supérieur et bien dosé. Les deux splits sortis successivement avec JARNVIDR et ÞUL n'ont fait que confirmer le talent et la constance de PANPHAGE dans sa manière de composer, par des titres d'une efficacité sans faille.

Si l'on prend plus de recul et que l'on remonte aux débuts du groupe, on note que l'influence TAAKE tend à diminuer avec le temps, l'identité de PANPHAGE se fait plus affirmée, plus reconnaissable, et Drengskapr représente à ce jour l'album le plus abouti de la formation. La fougue et l'énergie de cet album ne peuvent que vous convaincre : rien que les premières secondes de "Gettir Àsmundarsonar" risquent d'en mettre à terre plus d'un, "Landrensningen" possède une rythmique des plus haletante, le refrain de "Utlagr" est terriblement fédérateur, etc. En fait, chaque titre apporte son lot de surprises et surtout de grandeur. On ne va pas se mentir, la qualité de composition est ici admirable, et cerise sur le gâteau, la production met en valeur l'album dans ses moindres détails, reproche que l'on pouvait faire à l'album précédent, plus "négligé" à ce niveau, sans que cela soit un véritable soucis d'ailleurs.

Bref, avec ce retour longue-durée, aucun doute que PANPHAGE est sur la pente ascendante. Drengskapr nous montre une fois de plus le génie de son auteur, au cas ou certains en douteraient encore. Et si le succès n'est pas immédiat, en raison de l'offre abondante de sorties chaque année, le temps se chargera de faire le tri. Longue vie à PANPHAGE !


par Blaise, le 06/12/2016

D'autres albums de Black Metal orthodoxe recommandés

ABSOLUTUS - Pugnare In Iis Quae Obtinere Non PossisCAVERNE - Aux Frontières du MondeNECROPOLE - OstaraASTHENIE - Oraison funèbre par le sang et la maladieELITE - We Own the MountainsRIENAUS - SaatanalleRIENAUS - AamutähdelleSENTIMEN BELTZA  - PagopeanOWL'S BLOOD - Cold Night of MeditationCAEDES CRUENTA - Skies DaimononPROPAST - Věstnik PreispodnjiDUNKELHEIT - Mors Aeterna

D'autres albums d'ambiance Guerrière recommandés

SANCTUAIRE - Le Sang sur l'AcierKRIEGSMASCHINE - Prism : Archive 2002-2004PAGAN HELLFIRE - In Desolation, in RuinsNEPTRECUS - Frères de SangPANPHAGE - JordZYGOATSIS - Satanic Kultus - Unholy Desecration (S.K.U.D)MARTIRE - MartireBESTIAL WARLUST - Blood and ValourVEHEMENCE - AssiégéCENDRES DE HAINE - Bellum Omium Contra OmnesFLAMEN - Supremo DieEPHEMER - Gloire immortelle

Autres chroniques