PAGAN HELLFIRE

In Desolation, in Ruins

Commencé en tant que duo en 1995 puis one-man-band depuis 1998, PAGAN HELLFIRE parcourt l'underground black metallique depuis un certain temps, souvent pour le meilleur. Après un A Voice from Centuries Away bien raw mais déjà inspiré, le projet se révèle enfin sur In Desolation, in Ruins dont la première édition en CDr par le micro label Water on Magnesium a laissé la place en 2007 à la réédition CD de Soldats Inconnus (cf. cover ci-dessus) plus facilement trouvable. PAGAN HELLFIRE nous offre ici un album tout simplement terrible, qui explique certainement la signature avec Tour de Garde par la suite. Un hommage total à ses influences (européennes) et magnifiquement exécuté. A genoux s'il vous plait !

Quoi de mieux pour illustrer toute la grandeur de cet album que le titre d'ouverture "Over Mountains Grand" ? Il montre à lui seul tout le talent du projet, on y retrouve chaque caractéristique de PAGAN HELLFIRE, à savoir ce rendu froid, fier et à la fois désabusé, avec des riffs qui tournent en boucle et qui rendent littéralement fou. Cela pourrait rappeler sans problème TAAKE à certains.

L'aspect dépouillé des compositions fait en outre fortement ressortir la guitare, accrocheuse au possible, cela se ressent sur la plupart des riffs. A ce titre, des morceaux comme "Leading To Downfall" ou "Hear The Trumpet Call" sont très proches du meilleur d'un BILSKIRNIR et sont terriblement poignants !
Dans les passages les plus mid-tempo, ce côté épuré offre une touche de désespoir et laisse entrevoir une influence BURZUM (première période) assez palpable, comme sur "Towards A Dead Horizon". Et quand les riffs se font plus cycliques et le rendu encore plus dense, c'est indéniablement à CLANDESTINE BLAZE que l'on pense, à l'image du titre éponyme qui clôt l'album de la meilleur des manières, terriblement lourd et hypnotique. Du très haut niveau !

Alors certes, les influences s'entendent plus que le groupe lui même, ça peut être un reproche, mais la production toute particulière (et même assez unique dans les sorties du groupe) donne une certaine personnalité à l'album, qui à défaut de briller par ses particularités, brille par son exécution sans faille.

Ce coté direct et sans artifice tendra un peu à s'effacer par la suite (à partir de Solidarity), Incarnatus ne cessant d'affiner ses compositions, mais sans pour autant perdre en cohérence ou s'égarer outre mesure. Encore aujourd'hui, un projet intègre, exemplaire et méritant, assurément.

par Blaise, le 01/12/2013

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

CLANDESTINE BLAZE - Fist of the Northern DestroyerCLANDESTINE BLAZE - City of SlaughterDARKTHRONE - A Blaze in the Northern SkyDARKTHRONE - Under a Funeral MoonBATHORY - Under the Sign of the Black MarkGORGOROTH - Under the Sign of HellDARKTHRONE - Transilvanian HungerGRAVEN - Reborn Misanthropic SpiritPESTNACHT - Nosophoros, of Blackness and MisanthropyAUTARCIE - Retour en crassePHLEGEIN - From the Land of DeathNADIWRATH - Circle of Pest

D'autres albums d'ambiance Guerrière recommandés

MAQUAHUITL - Blood of Kings and Ancestral MightYAOTL MICTLAN - Dentro del Manto Gris de ChaacKAEVUM - NaturNIDEN DIV. 187 - In the Twilight of WarLORD BELIAL - Unholy CrusadeCRYSTALIUM - De Aeternitate CommandoREVENGE - Scum.Collapse.EradicationHEGEMON - Contemptus MundiFORTERESSE - Thèmes pour la RébellionNOKTURNAL MORTUM - To The Gates Of Blasphemous FireEPHEMER - Gloire immortelleFLAMEN - Supremo Die

Autres chroniques