OSIRION

Reconquista

Il semblerait que 230 années après sa mort, l'esprit de Voltaire perdure encore au pied du Semnoz... En tout cas, c'est la réflexion que je me suis faite en parcourant le livret du deuxième album des haut-savoisiens d'OSIRION. Et quand j'ai inséré le CD dans la platine, c'est avec plaisir que j'ai entendu un OSIRION qui a su garder les meilleurs éléments de son premier album, pour en tirer la substantifique moëlle dans ce Reconquista.

En effet, après deux démos inspirées par un DARK FUNERAL (en moins massif et plus Thrash) et un album Har Sabbat assez inégal, avec dans chacun de ces travaux des thématiques travaillées, très souvent en lien avec l'histoire (Evil Made History est par exemple entièrement dédié à quatre tyrans de l'histoire, dans Har Sabbat il y a un titre sur les grognards de Napoléon, un autre sur les poilus de 14-18...), OSIRION nous propose ici un album où l'on retrouve sa griffe, au meilleur de lui-même, que ce soit musicalement ou conceptuellement.

Musicalement je dois avouer que c'est quand même une bonne claque ! Les titres sont puissants, soutenus par une rythmique rapide (au début j'ai cru que l'ancien batteur avait été remplacé par une boîte à rythme, mais non, c'est bien un batteur !), et par des riffs variés et inspirés pour la plupart. On retrouve par moment l'héritage des maîtres du Black brutal, mais à aucun moment on ne s'ennuie, des morceaux tels "Sadomaniac"ou "Reconquista" donnent furieusement envie de headbanger, signe que OSIRION aura su intégrer également quelques influences Thrash salvatrices (d'ailleurs une reprise de SODOM, "Batism of fire", figure à la fin de cet album). Les vocaux, en français s'il-vous-plaît, sont bien mis en avant et compréhensibles, et il apparaît clairement qu'un gros travail a été effectué sur les textes pour combiner la forme et le fond. A ce titre c'est une réussite : des morceaux comme "Fable christique" se scandent comme de véritables hymnes (à l'athéisme évidemment).

D'ailleurs, pour une fois qu'un groupe ne se contente pas de textes bateaux, je vais prendre la peine de m'attarder un peu sur le livret de Reconquista : enfin, enfin un groupe qui a les couilles de s'en prendre à l'Islam autant qu'au Christianisme ! Ca fait plaisir à voir, c'est tellement sans risques aujourd'hui de taper sur l'ami JC qu'il est difficile d'y voir quelconque subversion. OSIRION enfonce le clou et proclame son rejet de toute forme de monothéisme et sa foi au dieu raison, mais n'oublie pas que le Black Metal, ça n'est pas que les Lumières, c'est aussi l'obscurité d'un caveau SM dans "Sadomanic", où la lumière blafarde d'un clair de lune dans "Diane en majesté" (en reprenant les vers de Alfred de Musset)... L'artwork est assez difficilement discernable (à l'image de la cover), mais le rendu est bon.

Pour tempérer un peu tout ça, il me faudra bien être honnête : certains titres sont un peu insipides (comme "Credo" ou "And Lucifer Fell"). Mais cet album sort suffisamment du lot pour que l'on puisse passer outre, et apprécier la personnalité unique d'OSIRION sur cet album qui sera, à mon avis, la pierre angulaire de sa discographie.

par Necrowarrior, le 28/03/2009

D'autres albums de Black Thrash Metal recommandés

TRIUMPHANT - Herald the UnsungMANZER - Pictavian Bastards

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

THE RUINS OF BEVERAST - Unlock The ShrineJANVS - VegaABIGOR - Channeling The Quintessence Of SatanSPITE EXTREME WING - Non Dvcor, DvcoNUIT NOIRE - Lunar DeflagrationNUIT NOIRE - The Gigantic HideoutKESTREL - Weather EyeCIRRHUS - CirrhusNUIT NOIRE - Infantile EspiegleryPESTE NOIRE - L'ordure à l'état purTHE RUINS OF BEVERAST - Foulest Semen Of A Sheltered EliteNUIT NOIRE - Fantomatic Plenitude

Autres chroniques