OLD MAN'S CHILD

Revelation 666 - The Curse Of Damnation

Après un 3e album simple mais plutôt efficace et un split (avec DIMMU BORGIR, comme par hasard) assez inutile car il ne représente en fait que la réédition de In the Shades of Life, première sortie (EP) du groupe en 1994, OLD MAN'S CHILD sort ici un 4e album qui présente une certaine maturité musicale...

Pour ce faire, Galder a dû recruter un line-up complet qui supporte son caractère. On y trouve notamment Tjodalv (ex-... DIMMU BORGIR) à la batterie (déjà présent sur le premier album) et un second guitariste qui lui permet de générer une plus grande complexité musicale et c'est tant mieux. Ainsi, sieur Galder a toutes les cartes en main pour nous offrir le meilleur de ses compositions. Et le résultat est très intéressant. D'abord parce que d'un point de vue formel c'est du OLD MAN'S CHILD : son pro, technique de qualité, style bien mélodique, mais aussi parce qu'au contraire d'Ill-natured Spiritual Invasion, les structures musicales sont travaillées et chaque instrument s'exprime clairement. Les guitares offrent de bons riffs mélodiques, très visibles dans la structure musicale d'ensemble, et les claviers restent de grande qualité et polyvalents. La construction musicale est également maîtrisée, même si on aurait aimé un peu plus de finition sur un album finalement (encore) fort court : une quarantaine de minutes. Pas d'introduction ni de conclusion. Pour la voix, c'est du pur Galder : pas mauvaise, mais toujours trop grave. Bon, elle a l'avantage d'avoir du coffre  et de passer ici peut-être un peu mieux qu'à l'accoutumée. Ensuite, à côté de la qualité formelle il y a aussi une qualité de rendu : l'inspiration est bien au rendez-vous, culminant avec le 4e morceau que l'on se repasserait bien toute la journée, parfaite symbiose de mélodie, de travail structurel et de violence, entrecoupée de breaks salvateurs ! Tous les autres morceaux ne sont pas aussi bons, mais sont loin de pâlir à ses côtés, et participent à créer au final une certaine pusisance musicale qui manquait à la musique du groupe.

Si ce 4e album ne brille pas par le visuel, ça reste du OLD MAN'S CHILD, hélas, il nous dispense pourtant quelque chose d'homogène et d'assez bien réussi dans les tons et les couleurs. Dommage que ce soit si cliché et que le concept soit encore assez mal mis en scène. Ce n'est pas l'ambiance qui va l'aider, car comme tout bon album de ce type qui se respecte (cf. DIMMU BORGIR depuis le 3e album), l'atmosphère thématique reste finalement assez stérile, même si l'on devine quelque chose d'assez porté sur la mythologie chrétienne.

Peut-être leur meilleur album : riche et toujours aussi efficace ! Ce serait presqu'un crime que de l'ignorer...

par Baalberith, le 01/10/2012

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

ESPHARES - Par delà le fleuve de la mort...WINDRIDER - To New Lands... SKYFOREST - AftermathMESARTHIM - AbsenceHORTUS ANIMAE - Waltzing MephistoCRADLE OF FILTH - Vempire (Or Dark Faerytales In Phallustein)DIMMU BORGIR - StormblastBAL-SAGOTH - Starfire Burning Upon the Ice-Veiled Throne of Ultima ThuleLOVE LIES BLEEDING - S . I . N .MORGUL - The Horror GrandeurMOONSORROW - Jumalten aikaMIRZADEH - The Creatures Of Loviatar

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

F41.0 - BürdeSOL SISTERE - Unfading Incorporeal VacuumCATACOMBES - "Le Démoniaque"VIOLET COLD - Desperate DreamsENSLAVED - Axioma Ethica OdiniDEAFHEAVEN - New BermudaALGHAZANTH - The Three-Faced PilgrimGERM - LossGERM - WishNUIT NOIRE - The Gigantic HideoutKESTREL - Weather EyeKHORS - Cold

Autres chroniques