NIDEN DIV. 187

In the Twilight of War

NIDEN DIV. 187 a splité il y a de cela des années. Ce side-project suédois a été abusivement comparé avec le norvégien ZYKLON-B du fait de son approche minimaliste mais efficace du Black Metal et probablement de ses références guerrières malsaines. Cette version LP parue en 2004 sur Necropolis est limitée à 300 exemplaires et s'intitule In the Twillight of War. Elle associe le MCD Towards Judgement (1996) et l'album Impergium (1997), tous deux sortis originellement sur le même label.

“Impergium” nous plonge dans une atmosphère angoissante et apocalyptique, faite de grincements industriels, de choeurs, de menaçantes intrusions orchestrales et d'un orgue lugubre, ouvrant sur des riffs déchirants et des blast beats sauvages. Le cri introductif, hystérique et éraillé à souhait, a de quoi faire pâlir d'envie le Dani Filth des débuts...

Des riffs tumultueux et ondulants (“Impergium”, “Funeral Pyres”) créent des boucles courtes et insistantes, entre hypnose et obsession. Curieusement, ces incursions mélodiques plus aigües apparaissent souvent perdues dans ce magma grave et brut (“Funeral Pyres”). La simplicité des riffs n'entame pas la subtilité de la structure. L'alternance entre un chaos sonore dissonant, tempétueux et rugueux (“Judgement Dawns”, “Hate”, “Mass Burial Disorder”), de dramatiques descentes (“In The Twilight Of War”), et des parties plus mélodieuses de l'ensemble bass/guitar, confère toute leur puissance à ces compositions (“Towards Judgement”). Ce fonctionnement de la musique de NIDEN DIV. 187 n'est pas sans rappeler le Cut Your Flesh And Worship Satan d'ANTAEUS ou le titre “Misery to the Defeated”, paru sur leur récent split avec KATHARSIS.

Quelques titres explorent aussi des développements atmosphèriques plus sereins (“A View In The Mirror Black”, “Funeral Pyres”, “The End”), alors que des trémolos mélodiques (“Genocide”), ou même des arpèges, induisent parfois des digressions d'une surprenante complexité (“Hate”, “Towards Judgement”).

Exception faite du premier titre, la voix n'est pas aigüe, fort heureusement. Elle est plus basse et vraiment brute, mais parfaitement intégrée au reste de la musique. On note quelques samples utilisant des dialogues de films, ou autres sons de fusillades (“Judgement Dawns”, “Funeral Pyres”, “Hate”, “The End”). Ils se révèlent le plus souvent courts, peu envahissants, mais vraiment importants pour perpétuer l'atmosphère établie dès le début (“Impergium”), jusqu'à l'amère conclusion du dernier titre (“The End”)...

La basse n'est certainement pas mise en avant, bien qu'elle participe à la construction d'un son dynamique et massif. Quelques parties plus lentes révèlent le travail du bassiste, tels que l'interlude pesant sur “The Execution”, le break de “In The Twilight Of War”, la marche funéraire de “The End”, ou encore la mélodie attractive mais discrète sur “Funeral Pyres”, qui fait on ne peut mieux ressortir le riff de guitar.

Pour la plupart, le tempo reste inchangé, sans que les changements rythmiques de guitares soient pour autant absents (“In The Twilight Of War”, “The Execution”, “Black Water”, “Retinence”). Notons que les breaks sont aussi communs que soudains (“Hate”, “Mass Burial Disorder”, “Towards Judgement”). Ces éléments contrastent fortement avec l'apparente linéarité que laissent percevoir les premières écoutes.

Une touche martiale due à une caisse claire martelée est nettement perceptible (“Genocide”), tout comme les typiques écrasements, très bas, de l'ensemble des cordes (“Hate”)… Les finesses rythmiques de la batterie sont aussi à noter (“Judgement Dawns”, “In The Twilight Of War”, “Funeral Pyres”, “Retinence”), bien que la batterie se concentre sur un rôle d'accompagnement, les guitares étant au centre. Les transitions sont vraiment rapides et souvent difficilement prévisibles, mêmes après plusieurs écoutes, ce qui pimente considérablement les morceaux (“In The Twilight Of War”, “Hate”).

Les mélodies accrocheuses sont légions (“Mass Burial Disorder”). Certains titres en sont même saturés, tel l'épique “Towards Judgement”. Ce dernier, non sans rappeler du ABIGOR, présente certainement la mélodie la plus développée de ce vinyl et peut être considéré comme un concentré du tout NIDEN DIV. 187.

Globalement, nous retrouvons dans les titres du MCD Towards Judgement tous les éléments présents dans l'album, si ce n'est une manière plus lente de riffer (“Black Water”) et aussi un peu plus thrash (“Retinence”), qui sera abandonnée sur l'album. La version ancienne de “A View In The Mirror Black” montre plus de finesses guitaristiques que la version de Impergium outre quelques samples. Ce morceau montre une évolution en forme de synthèse entre le MCD et l'album.

 

Quelques points négatifs sont à déplorer. Les 4 titres de Towards Judgement souffrent d'un son trop aigu et relativement dégradé pour ce qui est des cymbales (problème déjà présent sur le MCD). A la première écoute, ce groupe peut sonner comme un groupe de trve black metal Scandinave. Mais, replacé dans son son contexte de la fin des années 90 et après quelques écoutes additionnelles, les perceptions et opinions peuvent évoluer radicalement. Ne soyez pas surpris si, à mesure que vous persistez et creusez, vous découvrez de plus en plus de finesses et contemplez plus allègrement cette beauté brute, allégorie féminine de la guerre. Il est assez incroyable de constater ce qui peut se cacher dans un morceau de deux minutes. Malgré des ambiances très différentes, on n'est pas très loin de l'effet que peut fournir le laconique et subtil Battles in the North d'IMMORTAL

Les points positifs sont innombrables. Notons le contraste entre un son brut de riffs tranchants et les mélodies dépeignant des paysages émotionnels changeants. On passe d'assauts tempétueux à des moments plus mélancoliques, non sans descentes dramatiques et dissonantes. Et n'oublions pas que les transitions sont aussi surprenantes qu'habiles. Le tout forme un mélange rapide et inattendu, synthèse d'agression et de mélodie. Beauté mélancolique à la grâce funéraire émergeant avec solennité d'un champ bataille... Un must sous-estimé pour les fans de Black Metal raw, rapide, mélodique et guerrier. Excellent!

 

par Advodia, le 08/10/2009

D'autres albums de Black Metal brutal recommandés

1349 - HellfireMARDUK - FrontschweinDARK FUNERAL - Where Shadows Forever ReignAOSOTH - IV - Arrow in HeartENSLAVED - BlodhemnCRYSTALIUM - De Aeternitate CommandoHANDFUL OF HATE - You Will BleedTSJUDER - Legion HelveteHOLDAAR - Year 120-thHAGL - IrminsulFOLGE DEM WIND - Inhale The Sacred PoisonN.K.V.D. - Vlast

D'autres albums d'ambiance Guerrière recommandés

KRIEGSMASCHINE - Prism : Archive 2002-2004FORTERESSE - Thèmes pour la RébellionCENDRES DE HAINE - Bellum Omium Contra OmnesLORD BELIAL - Unholy CrusadeFLAMEN - Supremo DieZYGOATSIS - Satanic Kultus - Unholy Desecration (S.K.U.D)EPHEMER - Gloire immortelleYAOTL MICTLAN - Dentro del Manto Gris de ChaacNEPTRECUS - Frères de SangPAGAN HELLFIRE - In Desolation, in RuinsMAQUAHUITL - Blood of Kings and Ancestral MightSANCTUAIRE - Le Sang sur l'Acier

Autres chroniques