NARGAROTH

Rasluka

Rasluka, c’est la compilation de deux aventures distinctes sorties indépendamment en 2002 et 2004, ici rééditées sur un seul CD. Il s’agit donc d’une fausse sortie en cette année 2011, les morceaux présents ici appartenant en réalité à la première période de l’évolution musicale de Wagner (même si musicalement parlant il y a un peu des deux). Il n’empêche que nous avons le droit à un peu plus de 48 minutes de musique sur un seul CD, ce qui est ma foi un bon point…

Après une introduction (en reprise) un peu pourrie (il faut le dire), on rentre dans le sujet : un Black Metal à la NARGAROTH où la forme est simple et les mélodies (se veulent) efficaces. En effet, le travail technique n’a rien de très poussé, les structures sont simples, la construction musicale va à l’essentiel avec juste quelques breaks et quelques rebondissements, sur fond de rythmique mid-tempo, et l’ensemble tourne d’abord autour de quelques mélodies directrices menées par des riffs choisis. On ajoute à cette petite soupe une voix bien criarde et mise en avant et on a un album typique du one-man-band allemand, du moins dans l’approche. Car le résultat reste moyen pour du NARGAROTH : trop brouillon et approximatif pour être vraiment plaisant (surtout dans la première partie), mais suffisamment pour ceux qui aiment le travail du groupe, on reste un peu sur notre faim. Les mélodies sont dans l’ensemble intéressantes, mais manquent de relief, de mise en valeur. L’effet de linéarité ressort davantage dans le rendu général, ce qui nuit un peu à l’appréciation des compositions. Il faudra donc juste ne pas être trop exigeant et se rappeler qu’il s’agit là de produits plus proches d’une démo que d’un album en soi. Quelques moments sortent pourtant du lot (notamment dans la seconde partie), comme la mélodie principale du 6e morceau.

N’attendons rien de bien folichon d’un point de vue du visuel. Wagner étant par nature égocentrique et m’as-tu-vu, hormis la pochette le reste du livret ne délivre que des paroles en blanc sur fond de photos du Maître d’œuvre et de ses potes. C’est bien dommage de constater que pour une compilation, certains groupes ne trouvent rien de mieux que de montrer…que c’est une compilation (au lieu d’en profiter pour sortir un ensemble renouvelé qui laisserait penser le contraire !). Bref, le concept n’est déjà pas très expressif, il n’est pas plus aidé par le visuel. Il ne nous reste qu’une ambiance acceptable, due à la voix principalement…

Un « album » en demi-teinte, à réserver aux seuls fans.

par Baalberith, le 16/02/2016

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

CELESTIA - Frigidiis Apotheosia: Abstinencia GenesiisMORTIFERA - MaledictiihEPHELES - Je Suis AutrefoisHAKUJA - LegacyMORTIFERA - IV: Sanctii tristhessHARAKIRI FOR THE SKY - Harakiri for the SkyHARAKIRI FOR THE SKY - AokigaharaKATECLYSM - Demo 2007APOPTOSIS - From Fall to Winter SolsticeOV HOLLOWNESS - DiminishedGARLEBEN - HammoniaFOREST OF FOG - Nebelhymnen

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

F41.0 - BürdeDEAFHEAVEN - New BermudaKESTREL - Weather EyeCIRRHUS - CirrhusPESTE NOIRE - L'ordure à l'état purMURMUÜRE - MurmuüreNUIT NOIRE - The Gigantic HideoutNUIT NOIRE - Lunar DeflagrationCATACOMBES - "Le Démoniaque"GERM - LossGERM - WishMISOGI - Tofotukami Wemitamafe

Autres chroniques