NAGELFAR

Srontgorrth

NAGELFAR a fait parti de ces groupes qui ont marqué la scène sans jamais faire parler vraiment d'eux. Leur style assez complexe et unique, lié à des valeurs musicales indéniablement Black Metal en font un groupe à part, mais dont la personnalité ne peut laisse indifférent.

Difficile donc de parler de cet album de 1999 car sur près de 70 minutes et au travers de morceaux longs (près de 10 minutes) ou même très longs (plus de 16 minutes), les expériences musicales sont nombreuses. Chaque morceau est en soi une aventure musicale vraiment intéressante, car là où le talent du groupe s'exprime, c'est que jamais il ne rebute : les mélodies sont en effet pertinentes, le style maîtrisé et les structures plutôt efficaces. L'utilisation des parties de clavier sont certes assez étranges, avec des influences parfois limites électro (les dernières minutes du premier morceau sont à cet égard parlantes), mais comme pourra le faire plus tard un groupe comme WINDIR. Nous sommes donc loin d'avoir à faire à du bm avant-gardiste ou du bm électro. C'est du bm mélodique, pur et dur, et assumé. Mais cela ne les empêche de tenter de l'originalité sur les claviers et les voix, et de casser un peu les clichés du genre sans pour autant sombrer dans la musique « déstructurée ». C'est à mon sens la seule forme d'originalité tolérable dans le bm, car elle ne le dénature pas et n'annihile pas la qualité des mélodies. On peut citer à ce sujet d'autres groupes comme MUSTAN KUUN LASPET voire DRAPSNATT dans un registre un peu plus émotionnel. Le rythme est globalement bien présent, avec des passages calmes vraiment salvateurs. Les exemples ne manquent pas, et ce talent dans la construction musicale avec ces nombreux breaks pertinents et ces rebondissements tout aussi crédibles, est à mettre à leur crédit !

Dans tout cela, l'ambiance est présente, indéniablement, mais le concept est bien difficile à trouver. Ce n'est pas le visuel lamentable de l'album, à l'image de la pochette, qui va nous aider ! Srontgorrth fait donc parti de ces rares albums qui peut se targuer d'offrir une bonne ambiance sans l'appuyer sur un concept bien affirmé.

Splitté en 2003, on retrouve un peu l'influence de ce groupe dans le nouveau projet de leur compositeur, EGONOIR, mais avec le talent en moins...

par Baalberith, le 10/04/2012

D'autres albums de Black Metal avant-gardiste recommandés

THE SKADEN - You Will Hope I Had DiedORANSSI PAZUZU - VärähtelijäJANVS - VegaORANSSI PAZUZU - ValonieluFURZE - UTDABIGOR - Time is the Sulphur in the Veins of the SaintTRANSCENDING BIZARRE? - The serpent's manifoldLEVIATHAN (USA) - The Tenth Sublevel Of SuicideTHE MEADS OF ASPHODEL - The Murder of Jesus The Jew SOLEFALD - The Linear ScaffoldWOLD - StratificationWOLOK - Servum Pecus

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

GERM - WishKESTREL - Weather EyeJANVS - VegaTHE RUINS OF BEVERAST - Unlock The ShrineSOL SISTERE - Unfading Incorporeal VacuumFURZE - UTDMISOGI - Tofotukami WemitamafeALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityALGHAZANTH - The Three-Faced PilgrimSOLEFALD - The Linear ScaffoldNUIT NOIRE - The Gigantic HideoutSEELENTOD - The Ageless Dynasty

Autres chroniques