MYRD

Myrd dig selv

Le Danemark a beau faire partie de la Scandinavie, en terme de black metal il n'a jamais connu la même renommée que ses voisins, pour un nombre d'habitant quasi similaire pourtant. Certains groupes sont néanmoins plébiscités, comme les projets gravitant autour d'Ynleborgaz (ANGANTYR, ZAHRIM, MAKE A CHANGE...KILL YOURSELF), et le hasard veut qu'un des membre live d'ANGANTYR (le bassiste) fasse partie de MYRD justement. Bonne pioche ? Il semblerait.

Ce qui frappe à la première écoute pourtant, c'est la banalité de l'album en question. Pour les habitués des sonorités maladives et suicidaires, c'est du déjà entendu en moins poussé, et le risque serait de prendre cette sortie de haut en se disant que l'on connaît bien mieux ailleurs. Ce n'est pas complètement faux. Mais voilà, MYRD nous offre justement le genre de compos qui nécessitent un certain nombre d'écoutes avant d'êtres appréciées à leur juste valeur. Attention, pas le genre d'écoutes castratrices et laveuses de cerveau qui feraient passer le plus mauvais DIMMU BORGIR pour un chef d'oeuvre du genre, non. Je parle d'écoutes étalées dans le temps, afin de digérer chaque écoute et de laisser cet album mûrir dans votre esprit. Vous verrez, instinctivement, vous y reviendrez.

MYRD propose donc un black suicidaire efficace et touchant, où l'automutilation est le coeur du problème. Mais là où la musique d'un MAKE A CHANGE... invite au suicide solitaire, enfermé dans une cave loin de toute forme de vie, ici c'est au contraire la torture sadique de son prochain qui est à l'honneur, avant l'inévitable et salutaire sacrifice de sa propre personne. Une inversion des priorités en somme, mais dont le résultat reste identique.

Il va de soi que l'album contient son lot de moments forts, comme le long et maladif "Medlidenhedsdrab" capable de tourmenter n'importe quel esprit sain, ou le riff central de "Voldtaget på dødslejet" qui risque de vous torturer la tête un petit bout de temps, même une fois l'album terminé. C'est d'ailleurs l'effet que font un bon nombre de riffs présents, et vous avez des chances de trouver celui qui vous conviendra pour vous passer la corde au cou. Et si vous n'êtes pas encore mort, la rythmique d'un "De dødes sang" vous rendra névrotique à coup sûr, croyez-moi. Seul le dernier titre semble désinhiber un peu et ramène à la dure réalité.

Un bon début donc pour cette formation avec un album qui aurait mérité d'être plus longuement développé. Ces 31 minutes paraissent courtes et on en redemande, de quoi maintenir en vie en attendant la suite. Un comble !

par Blaise, le 01/03/2013

D'autres albums de Black Metal orthodoxe recommandés

DEATHSPELL OMEGA - Si Monumentum Requires CircumspiceFUNERAL MIST - SalvationWATAIN - Casus LuciferiMAYHEM - De Mysteriis Dom SathanasLUTOMYSL - De ProfundisPANPHAGE - JordELITE - We Own the MountainsARCKANUM - KostogherPANPHAGE - DrengskaprSHINING - I - Within Deep Dark ChambersTAAKE - Nattestid Ser Porten VidCLANDESTINE BLAZE - Deliverers Of Faith

D'autres albums d'ambiance Dépressive/Suicidaire recommandés

SILENCER - Death - Pierce MeSTERBEND - Dwelling LifelessNYKTALGIA - NyktalgiaLYRINX - Nihilistic PurityNYKTALGIA - PeisithanatosLYRINX / ELYSIAN BLAZE / D.O.R - Universal AbsenceLUROR - Cease To LiveTHE ARRIVAL OF SATAN - Vexing VersesAUSTERE - To Lay Like Old AshesBE PERSECUTED - End LeavingLOST INSIDE - Cold daysNEKROS MANTEIA - Deus Otiosus

Autres chroniques