MOONSORROW

Verisäkeet

Après un si bon album que Kivenkantaja, la bande à Henri Sorvali se trouvait devant un véritable challenge pour assurer à celui-ci un digne successeur. C'est ainsi que naquit deux ans seulement après Verisäkeet. N'égalant pas le précédent album, quoi que, MOONSORROW n'a pourtant pas à rougir de ce nouvel album, qui offre à ses fans une œuvre de qualité. Moins épique certes, mais plus introspectif et proche de la Nature.

Présentons d'abord cet opus : 5 morceaux pour plus de 70 minutes de musique ! En effet, un rapide calcul nous fait deviner que les morceaux ne doivent pas être très courts si vous me passez l'euphémisme. Autour d'une quinzaine de minutes chacun, il n'y a que le dernier morceau pour (n')offrir (que) 8 bonnes minutes, alors que le 4e morceau frôle les 20 minutes. C'est ainsi que MOONSORROW annonce à sa manière la tournure que prend sa musique : toujours plus symphonique, toujours plus pompeuse et fouillée. Dorénavant, les morceaux seront donc longs ou ne seront pas. Pour sûr, les structures musicales ont tout le temps de se développer et d'offrir à l'auditeur une belle richesse formelle. Les claviers, toujours aussi compétents et polyvalents, mènent la danse, mais les autres instruments ne sont pas oubliés, que ce soient les guitares électriques ou sèche, l'accordéon, la guimbarde ou quelques flûtes. De même, la présence de chœurs est parfaitement placée. Ils s'insèrent très bien dans une musique plutôt posée mais qui ne manque pas de puissance, et lui confèrent à la fois un intérêt musical, mais aussi une bien belle subtilité qui sied à leur concept (nous y reviendrons). Bref, chacun a sa place et sa fonction, participant de la construction générale de cette œuvre musicale qui n'ennuie pas un seul moment l'auditeur. Au contraire, les morceaux sont prenants, générant de bien belles mélodies, avec un paroxysme atteint sans nul doute au début du 4e morceau, grâce à l'accordéon. Sur un temps aussi long en plus, on ne saurait faire la fine bouche.

Cet album se lit comme un livre, en tout cas c'est ce que le groupe a voulu. La pochette arbore en effet la couverture d'un vieux grimoire, refermé de la même manière par la dernière page du livret. A l'intérieur, une succession de pages jaunies incarnant les pages dudit grimoire. Sur le principe donc c'est intéressant, la réalisation graphique est d'ailleurs crédible. Le problème c'est que ce « livre » est marqué par une incroyable pauvreté ! Pas même une image, aucun effort pour essayer de l'enrichir par quelques symboles, dessins ou autres éléments visuels mettant en avant leur concept. Vraiment dommage. Ce concept qui à ce sujet est dédié à la Nature et au paganisme nordique, cette fois-ci plus orienté sur le premier que sur le second. En tout cas il est très bien rendu par une ambiance plutôt prenante et imagée par pas mal de samples tout à fait adéquats. Un beau voyage dans les forêts finlandaises !

Un bien bon album qui reste à l'heure actuelle (2012) dans les meilleurs produits offerts par MOONSORROW !

par Baalberith, le 12/07/2012

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

GRIEVANCE - The Phantom NovelsBAL-SAGOTH - The Chthonic ChroniclesBAL-SAGOTH - Starfire Burning Upon the Ice-Veiled Throne of Ultima ThuleCHTHONIC - Takasago ArmyROTTING CHRIST - AealoCARACH ANGREN - Death Came Through a Phantom Ship TROLL - Neo-Satanic Supremacy NAZXUL - IconoclastCHTHONIC - Mirror of RetributionESPHARES - Par delà le fleuve de la mort...BLOOD STAINED DUSK - Black Faith InquisitionMIRRORTHRONE - Gangrene

D'autres albums d'ambiance Nature recommandés

ANGMAR - Zurück in die Unterwelt NACHTFALKE - Wotan's ReturnFINSTERFORST - Wiege der FinsternisSOLBRUD - VemodVALLENDUSK - VallenduskDRAUTRAN - Unter dem Banner der NordwindeSKYFOREST - UnityWOLVES IN THE THRONE ROOM - Two HuntersORAKLE - Tourments & PerditionOCTOBER FALLS - The Womb of Primordial NatureODELEGGER - The Titan's TombWINTERFYLLETH - The Threnody of Triumph

Autres chroniques