MIST OF MISERY

Absence

Groupe inconnu au bataillon, MIST OF MISERY est un duo venu de Suède et qui depuis sa formation en 2010 n'aura publié avant ce premier album qu'un maigre split. Le groupe nous propose avec Absence un retour en arrière vers des temps où le black metal symphonique et mélodique se taillait une part plus conséquente dans les sorties black metal.

Avec une production claire et moderne, mais manquant de puissance, MIST OF MISERY parvient à mettre en valeur ses compositions et notamment les claviers et guitares, qui respectivement amènent les atmosphères et les mélodies. Avec 9 pistes pour 43 minutes, l’album s’organise entre pistes longues et interludes posant l’atmosphère (vent, pluie, bruissements, synthés, guitare sans distorsion…).

Alors autant le dire tout de go, MIST OF MISERY ne renouvelle pas un genre déjà éculé, pour ne pas dire has been. Mais pour ceux qui se seraient passés du genre pendant quelque années, voire pour ceux dont les oreilles sont encore vierges et naïves, l'album pourra révéler quelques moments plaisants. En effet, des moments agréables - bien qu'assez convenus - parsèment l'album : claviers mystérieux, guitares mélodiques à souhait ("Parangon of Perdition", "Mist of Misery", "Euthanasia"), piano sirupeux... La voix est passe-partout (on dirait la voix du DIMMU BORGIR des années 2000), et la batterie un peu faiblarde mais correcte. 

Tout les ingrédients du style sont là, et bien exécutés pour la plupart. Rien ne dépasse en somme. Ça m'en touche une sans faire bouger l'autre, s'exclameraient alors les âmes les plus poétiques... 

L'album n'est pas exempt de défauts, à commencer par son accessibilité : en effet, sa production arrondie le rend très facilement écoutable en même temps qu'il le rend insipide, tout cela manquant au final de personnalité. Parfois on se demande si on écoute pas une version "banque de sons" tellement on a l'impression que toutes les types de sons de synthé ont été essayés. De même, les parties atmosphériques et les interludes sont tellement nombreuses qu'on en perd parfois un peu le fil, et cela n'arrange pas l'impression de mollesse de l'ensemble. Dommage.

Pour ce qui est du concept, c'est nébuleux et les titres de chansons alambiqués ne sont pas un gage de profondeur. 

Malgré tout cela reste un effort honnête pour une première sortie, et l'avenir nous dira si le groupe parvient à s'extirper de ses défauts de jeunesse pour gagner en personnalité.  


par obsoletedream, le 21/03/2017

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

ANOREXIA NERVOSA - Redemption ProcessPENUMBRA - EmanatePENUMBRA - The Last BewitchmentGRAVEWORM - As The Angels Reach The BeautyGRAVEWORM - Scourge Of MaliceGRAVEWORM - Engraved In BlackTVANGESTE - Damnation Of RegiomontumENSLAVEMENT OF BEAUTY - MegalomaniaMOONSORROW - Suden UniMOONSORROW - Voiamasta Ja KumiastraMOONSORROW - KivenkantajaMOONSORROW - V: Hävitetty

D'autres albums d'ambiance Gothique/Romantique recommandés

GRAVEWORM - When Daylight's GoneHORTUS ANIMAE - Waltzing MephistoCRADLE OF FILTH - Vempire (Or Dark Faerytales In Phallustein)HECATE ENTHRONED - The Slaughter Of Innocence - A Requiem...CRADLE OF FILTH - The Principle Of Evil Made FleshPENUMBRA - The Last BewitchmentMORGUL - The Horror GrandeurTARTAROS - The Grand Psychotic CastleYOUR SHAPELESS BEAUTY - Sycamore GroveGRAVEWORM - Scourge Of MaliceLOVE LIES BLEEDING - S . I . N .ANOREXIA NERVOSA - Redemption Process

Autres chroniques