MAYHEM

De Mysteriis Dom Sathanas

Ladies and gentlemen, aujourd'hui c'est un mètre étalon de la scène qui va se livrer à notre inspection. Bien sûr, beaucoup se demanderont ce que l'on pourra ajouter au sujet de cette auguste pièce historique du Black Metal, mais je leur répondrai silencieusement en pointant leurs jolies petites têtes blondes du bout de mon Smith & Wesson Modèle 29.

Si l'influence de De Mysteriis Dom Sathanas est aujourd'hui vaste, peu ou à dire vrai aucun opus de la connaissance de cet humble chroniqueur n'a jamais atteint l'aura maléfique particulière dont l'oeuvre se pare. Des riffs vicieux aux vocaux possédés en passant par la production absolument irréprochable, l'album semble taillé dans un bloc d'obsidienne extirpé tout droit d'abîmes innommables. Si de nombreuses mauvaises langues ont vilipendé Attila pour sa présente performance, peu semblent avoir saisi l'implication spectrale de Dead et son bien nommé groupe MORBID dans l'album ; non seulement tous les textes mémorables sont de la plume du suédois, mais Attila, au final, ne fait que son mieux pour imiter et magnifier la performance de son prédecesseur sur la démo December Moon, là où les riffs d'un "My Dark Subconscious" auront inspiré à un Euronymous jusqu'alors prisonnier d'un style tout à fait Venomesque les compositions qu'il nous fait partager ici depuis l'outre-tombe.

L'album est très compact, ne s'embarrassant d'aucune introduction ou interlude, huit titres bien échaffaudés qui, s'ils utilisent la répétition dans un but atmosphérique, le font à bon escient et toujours avec un souci d'efficacité admirable. La tracklist est également impeccable, débutant avec le féroce et acrrocheur "Funeral Fog" pour s'achever sur le sinistre titre éponyme et sa parodie blasphématoire de chant religieux. Le texte halluciné de "Life Eternal", supposément le dernier signé de Dead, apporte peut-être quelques éclaircissements quant aux sentiments de celui-ci avant son suicide.

Ses deux véritables géniteurs décédés avant la pose de la dernière pierre, cet édifice s'entoure de fantômes qui hantent encore ses auditeurs plus de vingt ans après sa sortie nécromantique des entrailles d'une terre non consacrée, célébrant à jamais la seule réalité de la Mort...

par W.Whateley, le 19/05/2015

D'autres albums de Black Metal orthodoxe recommandés

CLANDESTINE BLAZE - Deliverers Of FaithKARGVINT - Once Killed SoulsWÜRM - Demo '04PEST (Swe) - DauðafærðSHINING - I - Within Deep Dark ChambersOBSCURUS ADVOCAM - Verbia DaemonicusANTAEUS / KATHARSIS - SplitRAVENCULT - Morbid BloodONDSKAPT - Draco Sit Mihi DuxABSOLUTUS - Pugnare In Iis Quae Obtinere Non PossisDARK SONORITY - KaosrekviemWATAIN - Casus Luciferi

D'autres albums d'ambiance Satanique recommandés

DARK FUNERAL - Vobiscum SathanasDARK FUNERAL - Diabolis InteriumENTHRONED - Towards The Skullthrone Of SatanSARGEIST - Satanic Black DevotionFUNERAL MIST - SalvationDEVILISH ERA - Under The Aegis Of The MegathropistHETROERTZEN - Flying Across The Misty GardensARMAGEDDA - Only True BelieversARMAGEDDA - Ond Spiritism - Djefvulens SkalderWARLOGHE - Womb Of PestilenceTSJUDER - Desert Northern HellBEHEXEN - By The Blessing Of Satan

Autres chroniques